Le taux de survie des personnes ayant un caillot sanguin dans les poumons et son traitement

Un thrombus pulmonaire endommage à la fois le tissu pulmonaire et le fonctionnement normal de tous les systèmes corporels, avec le développement de modifications thromboemboliques de l'artère pulmonaire. Les caillots sanguins ou les embolies sont des caillots sanguins qui bloquent les tissus vasculaires et bloquent le passage du sang. Des formations étendues de caillots sanguins en cas de traitement tardif entraîneront le décès d'une personne.

Effectuer des mesures diagnostiques de la thrombose pulmonaire est problématique, car les symptômes de la pathologie sont similaires à ceux d'autres maladies et ne sont pas immédiatement apparents. Par conséquent, la mort du patient est possible pendant quelques heures après le diagnostic.

Menant à la thrombose

Les scientifiques médicaux admettent que la thrombose pulmonaire provoque des caillots sanguins. Ils se forment au moment où le flux sanguin dans les vaisseaux sanguins est lent, il s’effondre au moment du mouvement dans le corps. Cela se produit souvent lorsqu'une personne est inactive pendant une longue période. Lors de la reprise des mouvements, l'embole peut se détacher, les conséquences pour le patient seront alors graves, voire mortelles.

Il est difficile de déterminer à cause de quoi se forment les emboles. Mais il existe des circonstances qui prédisposent à la formation de caillots sanguins pulmonaires. La formation de thrombus est due à:

  • Interventions chirurgicales passées.
  • Immobilité trop longue (avec le repos au lit, les longs vols).
  • En surpoids.
  • Fractures osseuses.
  • Recevoir des fonds qui augmentent la coagulation du sang.
  • Diverses autres raisons.

D'autres circonstances sont considérées comme des conditions importantes pour la formation d'un caillot sanguin dans les poumons, formant des symptômes de la maladie:

  • vascularisation pulmonaire endommagée;
  • circulation sanguine suspendue ou sévèrement ralentie dans le corps;
  • coagulabilité sanguine élevée.

À propos des symptômes

Les embolies sont souvent secrètes et difficiles à diagnostiquer. Dans les cas où un caillot de sang dans un poumon est sorti, le décès est généralement inattendu, il est déjà impossible d'aider le patient.

Mais il existe des symptômes de pathologie, en présence desquels une personne est obligée de recevoir un avis médical et une assistance au cours des deux prochaines heures, le plus tôt sera le mieux.

Il s’agit de symptômes caractérisant l’échec cardiopulmonaire aigu, qui se manifestent chez un patient:

  • essoufflement, qui ne s'était jamais manifesté auparavant;
  • poitrine douloureuse du patient;
  • faiblesse, vertige aigu, évanouissement du patient;
  • l'hypotension;
  • insuffisance de la fréquence cardiaque du patient sous la forme d'un rythme cardiaque rapide et douloureux, ce qui n'avait pas été observé auparavant;
  • gonflement des veines du cou;
  • toux
  • hémoptysie;
  • peau pâle du patient;
  • peau bleuâtre du haut du corps du patient;
  • hyperthermie.

De tels symptômes ont été observés chez 50 patients atteints de cette maladie. Chez d'autres patients, la pathologie était invisible, ne causait aucune gêne. Par conséquent, la fixation de chaque symptôme est importante, car les petits vaisseaux artériels bouchés présenteront des symptômes bénins, qui ne sont pas moins dangereux pour le patient.

Comment aider

Vous devez savoir que lorsqu'un embole dans le tissu pulmonaire se détache, l'apparition des symptômes se manifeste par la foudre et le patient peut mourir. Si des symptômes de la maladie sont détectés, le patient doit être dans une atmosphère détendue, le patient doit être hospitalisé d'urgence.

Les mesures immédiates comprennent les suivantes:

  • la région de la veine centrale est cathétérisée de toute urgence, effectuer l'introduction de Reopolyglukine, ou un mélange de glucose et de novocaïne;
  • administration intraveineuse d’héparine, d’énoxaparine, de daltéparine;
  • Élimination de la douleur par des médicaments (promedol, fentanyl, morine, lexir, dropéridol);
  • conduire l'oxygénothérapie;
  • administration de médicaments thrombolytiques (urokinase, streptokinase);
  • administration d'arythmies de sulfate de magnésium, digoxine, ramipril, panangine, ATP;
  • prévention des chocs par l'administration de prednisolone ou d'hydrocortisone et d'antispasmodiques (No-shpy, Euphyllina, Papaverine).

Comment traiter

Les mesures de réanimation rétabliront l’alimentation en sang des tissus pulmonaires du patient, empêcheront le développement de réactions septiques et l’hypertension artérielle pulmonaire.

Mais après que les soins d'urgence aient été fournis, le patient a besoin de mesures médicales supplémentaires. La rechute de la pathologie doit être évitée pour permettre la résolution des embolies non fracturées. La thérapie thrombolytique et la chirurgie sont utilisées dans le traitement.

Les patients sont traités avec des thrombolytiques:

  • L'héparine.
  • Streptokinase.
  • Fraxiparine.
  • Activateur tissulaire du plasminogène.
  • Urokinase.

Avec l'aide de ces fonds, les embolies vont se dissoudre, la formation de nouveaux caillots sanguins cessera.

L'héparine par voie intraveineuse devrait durer de 7 à 10 jours. Il est nécessaire de surveiller le paramètre de coagulation du sang. 3 ou 7 jours avant la fin du traitement, on prescrit au patient des comprimés:

  • Warfarine.
  • Thrombostop
  • Cardiomagnyl.
  • ACC thrombothique

Continuer à surveiller la coagulation sanguine. Après avoir souffert de la maladie, les comprimés sont pris pendant environ 12 mois.

Dans les opérations, les thrombolytiques sont interdits. Ils ne sont pas non plus utilisés pour le risque de perte de sang (ulcère de l'estomac).

L'opération chirurgicale est indiquée en cas d'embolie large. Il est nécessaire d'éliminer localisée dans l'embole des poumons, après quoi le mouvement du sang est normalisé. L'opération est réalisée s'il y a un blocage par l'embole du tronc artériel ou une grosse branche.

Comment diagnostiquer

En cas d'embolie pulmonaire, il est obligatoire de:

  • Examen électrocardiographique, qui permet de constater la négligence du processus pathologique. Lorsque combiné avec les antécédents d'un patient avec un ECG, la probabilité de confirmer le diagnostic est élevée.
  • L'examen radiographique n'est pas informatif, mais distingue cette maladie de celles qui présentent les mêmes symptômes.
  • Un examen échocardiographique révélera l'emplacement exact de l'embole, ses paramètres de taille, de volume et de forme.
  • Un examen pulmonaire scintigraphique montrera à quel point les vaisseaux des poumons sont affectés, les zones où la circulation sanguine est altérée. Il est possible de diagnostiquer une maladie avec cette méthode uniquement avec la défaite des gros vaisseaux.
  • Echographie des vaisseaux veineux des membres inférieurs.

A propos de la prévention

Les mesures de prévention primaires sont mises en œuvre avant l'apparition d'un caillot sanguin dans les poumons des patients prédisposés à la thrombose. Il est destiné aux personnes alitées, ainsi qu'à celles qui ont tendance à fuir, aux patients dont la masse corporelle est élevée.

Les mesures de prévention primaire comprennent les suivantes:

  • il est nécessaire de panser les membres inférieurs du patient avec des bandages élastiques, en particulier contre la thrombophlébite;
  • Pour mener une vie active, il est nécessaire de rétablir l'activité motrice chez les patients ayant subi une intervention chirurgicale ou un infarctus du myocarde, afin de réduire davantage leur repos au lit;
  • devrait être une thérapie d'exercice;
  • en cas de forte coagulation sanguine, le médecin prescrit les moyens pour éclaircir le sang sous surveillance médicale stricte;
  • effectuer une intervention chirurgicale pour éliminer les caillots sanguins existants, afin qu'ils ne puissent pas se détacher et bloquer le flux sanguin;
  • établir un filtre spécifique qui empêche la formation d'un nouvel embole dans le tissu pulmonaire. Il est utilisé en présence de processus pathologiques sur les jambes pour empêcher leur formation ultérieure. Ce dispositif ne permet pas les embolies, mais il n'y a pas d'obstacles au mouvement du sang;
  • appliquer la méthode de compression pneumatique pour les membres inférieurs afin de réduire le gonflement avec des changements variqueux des vaisseaux veineux. En même temps, l'état du patient devrait s'améliorer, la formation de thrombus se résorbera progressivement, la probabilité de rechute diminuera;
  • devrait complètement abandonner les boissons alcoolisées, les drogues, ne pas fumer, ce qui affecte la formation de nouvelles emboles.

Des mesures préventives secondaires sont nécessaires dans le cas où le patient a eu une embolie pulmonaire et que les agents de santé se battent pour prévenir les rechutes.

Les principales méthodes pour cette option:

  • installer un filtre à cava pour piéger les caillots sanguins;
  • Des anticoagulants sont prescrits au patient pour prévenir la coagulation sanguine rapide.

Il est nécessaire d'abandonner complètement les habitudes destructrices, de manger un régime équilibré, en respectant les normes requises pour les macro-et micronutriments humains. Les rechutes répétées sont dures et peuvent entraîner la mort du patient.

Quelles sont les complications possibles?

Un caillot de sang dans les poumons pose de nombreux problèmes, parmi lesquels:

  • mort inattendue du patient;
  • changements d'infarctus du tissu pulmonaire;
  • inflammation de la plèvre;
  • manque d'oxygène du corps;
  • récurrence de la maladie.

A propos des prévisions

La chance de sauver un patient avec un embole déchiré dépend de l'étendue de la thromboembolie. Les petites zones focales sont capables de se résoudre elles-mêmes, la réserve de sang sera également rétablie.

Si les lésions sont multiples, une crise cardiaque pulmonaire menace la vie du patient.

Si une insuffisance respiratoire est constatée, les poumons ne saturent pas le sang en oxygène et l'excès de dioxyde de carbone n'est pas éliminé. Des changements hypoxémiques et hypercapniques apparaissent. Lorsque cela se produit, une violation de l'équilibre acide et alcalin du sang, les structures tissulaires sont endommagées par le dioxyde de carbone. Dans cet état, les chances de survie du patient sont minimes. Une ventilation pulmonaire artificielle urgente est requise.

Si des embolies étaient formées sur de petites artères, un traitement adéquat a été effectué, le résultat est alors favorable.

Selon les statistiques, un patient sur cinq souffrant de cette maladie décède au cours des 12 premiers mois suivant l'apparition des symptômes. Seulement environ 20% des patients vivent les 4 prochaines années.

Thrombus pulmonaire: symptômes, traitement, effets

Causes de la formation de thrombus dans les poumons

De nombreux experts ont discuté des causes de l'embolie et ont conclu que les caillots sanguins étaient à blâmer. Un caillot se forme au moment où le sang commence à se coaguler pendant la circulation dans les artères. De tels symptômes se produisent lorsqu'une personne ne bouge pas. Au moment de la reprise du mouvement d'un caillot de sang peut se détacher et entraîner des conséquences très terribles.

Les médecins ne peuvent toujours pas comprendre définitivement pourquoi la formation de caillots sanguins. Mais ils identifient plusieurs facteurs pouvant contribuer à cela:

  1. Opération reportée.
  2. Long séjour personne dans la même position.
  3. Trop de poids.
  4. Diverses fractures.
  5. Les médicaments qui entraînent une coagulation sanguine accélérée.
  6. Blessures aux mailles des vaisseaux pulmonaires.
  7. Ralentir le flux de sang dans le corps.
  8. Problèmes cardiaques congénitaux.
  9. Varices.
  10. La période de procréation, l'accouchement et la période post-partum.
  11. Âge du vieillard.
  12. Longs vols sédentaires.
  13. L'hérédité.

Les facteurs ci-dessus sont considérés comme des conditions préalables à la manifestation de la maladie, ce qui entraîne l'apparition des premiers symptômes de danger.

Symptomatologie

Les caillots de caillots sanguins sont souvent invisibles et rarement diagnostiqués. Mais si un caillot de sang a déjà éclaté, une personne ne peut pas être sauvée, car la mort arrive instantanément.

Cependant, il convient de faire immédiatement attention à plusieurs points clés et de ne pas hésiter à consulter un médecin chez qui une thrombose est suspectée. En voici quelques unes:

  1. Essoufflement soudain sévère.
  2. Douleurs à la poitrine.
  3. Vertiges ou perte de conscience.
  4. Abaisser la pression artérielle.
  5. Symptômes uniques de la tachycardie.
  6. Veines enflées dans le cou.
  7. Toux avec du sang.
  8. Peau trop pâle.
  9. Dans la moitié supérieure du corps, la peau peut devenir bleue.
  10. Augmentation de la température.

Ce sont ces symptômes que se sont plaints les patients ayant eu une thrombose. Le reste de la population n'a remarqué aucun changement dans le corps. Cela suggère que votre corps doit être surveillé de près et réagir de manière adéquate aux échecs de son travail.

Méthodes de diagnostic

Au cours de la période de diagnostic, un examen physique du patient doit être effectué afin de détecter certains signes spécifiques. Les experts notent souvent la présence d'une dyspnée, d'une forte fièvre et d'une hypotension artérielle.

Les principales méthodes d'étude des patients présentant une suspicion de thromboembolie sont les suivantes:

  1. ECG
  2. Radiographie
  3. Échocardiogramme.
  4. L'étude du sang du patient.

Ici, il est nécessaire de préciser que, dans 25% des cas, l'affection pulmonaire n'est pas détectée sur l'ECG, car il n'y a pas de changement significatif dans ce domaine.

L'option la plus efficace et la plus fiable pour examiner un patient est un scanner de ventilation et de perfusion du système respiratoire.

Au cours du diagnostic, une étude instrumentale peut également être appliquée, consistant en ce qu'un spécialiste détecte une phlébothrombose dans les jambes. Cela peut être fait en utilisant la phlébographie radiopaque. Les problèmes de perméabilité veineuse sont déterminés par échographie Doppler des vaisseaux des membres inférieurs.

Thérapie moderne

Le traitement de la maladie doit être orienté vers la reprise de la perfusion pulmonaire. En outre, avec une thérapie, il convient de prévenir la thrombose et la survenue de complications sous forme d'hypertension artérielle pulmonaire chronique.

Si les médecins soupçonnent une embolie pulmonaire, le patient doit être placé au repos, ce qui permettra d'éviter la récurrence de la maladie. Lorsqu'un patient est hospitalisé, un cathétérisme veineux central est effectué pour assurer un traitement efficace et une surveillance de la pression veineuse. En cas d'insuffisance respiratoire aiguë, l'intubation trachéale est appropriée.

Si une personne se plaint de thrombose et de douleurs aiguës, le cercle de la circulation sanguine devrait être élargi. Pour cela, le patient doit prendre des analgésiques spéciaux de type narcotiques. Par exemple, une solution de morphine, capable de soulager une crise d'essoufflement. Les personnes qui ont un thrombus pulmonaire, un choc ou une hypotension, vous devez immédiatement entrer Reopoliglyukin. Mais ici, il est nécessaire de prendre en compte les indications de la pression veineuse centrale: si elles sont trop élevées, le médicament ne doit pas être administré.

Afin de réduire la pression et de supprimer certains symptômes, les médecins prescrivent Eufillin par voie intraveineuse. Mais, encore une fois, si l’échelle de pression supérieure affiche un chiffre inférieur à 100, le médicament ne peut pas être utilisé. En cas de pneumonie par infarctus, un traitement antibiotique est approprié.

Pour rétablir la perméabilité des artères, la médecine moderne utilise un traitement conservateur et chirurgical.

Le traitement conservateur comprend la thrombolyse et des mesures visant à prévenir la récurrence de la maladie. Ceci suggère que le traitement doit être effectué jusqu'au moment où le flux sanguin dans les artères pulmonaires est rétabli.

Un tel traitement est approprié dans le cas où le médecin a complètement établi le diagnostic et pris le contrôle du processus de traitement. Mais ici, il est nécessaire de prendre en compte certaines contre-indications: la première semaine après la chirurgie, le traitement des maladies chroniques, la présence de tuberculose, une diathèse hémorragique ou des varices dans l'œsophage.

Pour les personnes qui ne peuvent pas recevoir de traitement thrombolytique en raison de la présence d'un caillot au poumon, les médecins recommandent de se débarrasser du problème par voie chirurgicale. De plus, un spécialiste préférera peut-être installer un filtre à cava dans les vaisseaux. Ces filtres sont des substances qui inhibent la thrombose et bloquent l’accès aux artères des poumons. Le filtre est inséré à travers la peau sur les veines fémorales ou rénales.

Mesures préventives

La prophylaxie thromboembolique est divisée en deux types: primaire et secondaire. La prévention primaire doit être effectuée avec les personnes à risque à l'avance, avant même que les symptômes dangereux n'apparaissent. Si une personne mène une vie passive, reste alitée longtemps, vole souvent en avion et est obèse, elle court un risque. Le thrombus pulmonaire peut être prévenu en suivant ces règles:

  1. Tous les jours, effectuez un programme spécial d'exercices thérapeutiques.
  2. Bougez plus, ne restez pas au même endroit si des symptômes apparaissent. Vous devez également intensifier les patients après une chirurgie ou une crise cardiaque, réduire leur temps au lit.
  3. Si, au cours de l'examen, le médecin a déterminé que le sang pouvait coaguler trop rapidement, il devrait alors prescrire au patient des médicaments qui fluidifient le sang. Mais il convient de rappeler que leur admission devrait se faire sous la stricte surveillance du même médecin.
  4. La thrombose existante peut être enlevée par chirurgie. Une telle décision est appropriée en cas de colmatage important du patient.
  5. La médecine moderne offre un traitement grâce à l'installation d'un filtre empêchant l'apparition de nouveaux caillots. De plus, il est placé même lorsqu'il y a déjà une thrombose. Ceci est un piège spécifique qui attrape les caillots de sang, mais n'interfère pas avec la capacité de passage du sang.
  6. L'utilisation de pneumocompression des jambes, qui combat avec l'œdème apparu en cas de varices. Certains patients affirment que cette technique est très efficace pour résoudre les caillots sanguins et prévenir leurs récidives.

Les mesures de prévention secondaire sont utilisées chez les patients ayant déjà eu une thrombose. Les médecins qui luttent pour prévenir les rechutes appliquent ces mesures:

  1. Installez un filtre à cava.
  2. Les patients reçoivent des anticoagulants, luttant contre la coagulation sanguine rapide.
  3. En outre, il est très important de se débarrasser des mauvaises habitudes, de bien manger et de prendre des vitamines.

Complications possibles et prédictions

La thrombose, quelle que soit sa forme ou sa localisation, est dangereuse car elle peut entraîner de graves complications. Voici certaines des conséquences:

  1. Mort subite. Il est important de comprendre que le patient ne peut être sauvé que pendant quelques minutes.
  2. La mort du poumon et son inflammation.
  3. Progression de la pleurésie.
  4. Manque d'oxygène dans le corps.
  5. Récurrence de la maladie et mauvais pronostic. La maladie reprend le plus souvent au cours des 10 premiers mois suivant sa guérison.

La thrombose pulmonaire est une maladie qui peut entraîner des modifications du corps qui menacent l’invalidité ou la mort.

Le pourcentage de chances de sauver un patient lorsqu'un caillot de sang s'est rompu dépend de l'étendue de l'embole. Il n'est pas nécessaire d'exclure le fait que de petits foyers peuvent se résoudre avec une restauration complète de la circulation sanguine. Mais en cas de foyers multiples, il peut se produire un infarctus du poumon qui, sans traitement d'urgence, menace la vie du patient. Cette prévision est défavorable.

Avec le développement de l'insuffisance respiratoire, les poumons cessent de saturer le sang en oxygène et d'éliminer l'excès de dioxyde de carbone. En conséquence, une hypoxémie et une hypercapnie sont observées.

Pendant cette période, l’équilibre acido-basique du sang est perturbé et les tissus sont empoisonnés par le dioxyde de carbone. Cette condition est mortelle, son taux de survie est plutôt faible. Les patients ont besoin d'une ventilation mécanique.

Si une thromboembolie survient sur de petites artérioles et si une thérapie adéquate est observée, le pronostic est plus favorable, mais il ne peut être assoupli car le taux de mortalité est assez élevé.

Selon les statistiques, toutes les 5 personnes atteintes d'une maladie meurent au cours de la première année après l'apparition des symptômes. Et seulement 20% des patients vivent les 4 prochaines années.

Toutes ces données suggèrent qu'il est très important d'être régulièrement observé par des spécialistes, d'être testé, de traiter des maladies concomitantes et de procéder à une intervention chirurgicale si nécessaire.

Thromboembolie de l'artère pulmonaire

L'embolie pulmonaire (version abrégée - embolie pulmonaire) est une affection pathologique dans laquelle des caillots sanguins bouchent les branches de l'artère pulmonaire de façon dramatique. Les caillots sanguins apparaissent initialement dans les veines de la grande circulation humaine.

Aujourd'hui, un pourcentage très élevé de personnes souffrant de maladies cardiovasculaires décèdent des suites d'une embolie pulmonaire. Très souvent, l'embolie pulmonaire est la cause du décès des patients après l'intervention. Selon les statistiques médicales, environ un cinquième des personnes atteintes de thromboembolie pulmonaire décèdent. Dans ce cas, le décès survient dans la plupart des cas dans les deux heures suivant le développement d'un embole.

Les experts disent qu'il est difficile de déterminer la fréquence des embolies pulmonaires, car environ la moitié des cas de la maladie passent inaperçus. Les symptômes courants de la maladie ressemblent souvent aux signes d'autres maladies et le diagnostic est donc souvent erroné.

Causes de l'embolie pulmonaire

L'embolie pulmonaire survient le plus souvent à cause de la formation de caillots sanguins dans les veines profondes des jambes. Par conséquent, la principale cause d'embolie pulmonaire est le plus souvent le développement d'une thrombose veineuse profonde des jambes. Dans des cas plus rares, la thromboembolie est provoquée par des caillots de sang provenant des veines du cœur droit, de l'abdomen, du bassin et des membres supérieurs. Très souvent, des caillots sanguins apparaissent chez les patients qui, en raison d'autres affections, suivent constamment le repos au lit. Le plus souvent, il s'agit de personnes souffrant d'un infarctus du myocarde, de maladies pulmonaires, ainsi que de personnes ayant subi une lésion de la moelle épinière, qui ont subi une opération à la cuisse. Augmente considérablement le risque de thromboembolie chez les patients atteints de thrombophlébite. Très souvent, l'embolie pulmonaire se manifeste par une complication de maladies cardiovasculaires: rhumatismes, endocardite infectieuse, cardiomyopathie, hypertension, maladie coronarienne.

Cependant, une embolie pulmonaire affecte parfois des personnes ne présentant aucun signe de maladie chronique. Cela se produit généralement si une personne est dans une position forcée pendant une longue période, par exemple, si elle vole souvent en avion.

Pour qu'un caillot de sang se forme dans le corps humain, les conditions suivantes sont nécessaires: présence de lésions de la paroi vasculaire, ralentissement du flux sanguin au site de la lésion, coagulation sanguine élevée.

Des dommages aux parois de la veine surviennent souvent lors d'une inflammation, d'une lésion ou d'une injection intraveineuse. À son tour, le débit sanguin ralentit en raison du développement d'une insuffisance cardiaque chez un patient, avec une position forcée prolongée (port de gypse, repos au lit).

Les médecins déterminent un certain nombre de troubles héréditaires comme facteurs d'augmentation de la coagulation du sang, et cette affection peut également déclencher l'utilisation de contraceptifs oraux et du SIDA. Un risque plus élevé de caillots sanguins est déterminé chez les femmes enceintes, chez les personnes du deuxième groupe sanguin, ainsi que chez les patients obèses.

Les plus dangereux sont les caillots de sang qui, à une extrémité, sont fixés à la paroi du vaisseau, tandis que l'extrémité libre d'un caillot de sang se trouve dans la lumière du vaisseau. Parfois, seuls de petits efforts suffisent (une personne peut tousser, faire un mouvement brusque, se fatiguer) et un tel thrombus se rompt. En outre, le caillot de sang se trouve dans l'artère pulmonaire. Dans certains cas, le thrombus frappe les parois du vaisseau et se brise en petits morceaux. Dans ce cas, les petits vaisseaux dans les poumons peuvent être bloqués.

Symptômes de thromboembolie pulmonaire

Les experts déterminent trois types d’embolie pulmonaire, en fonction de l’endommagement des vaisseaux pulmonaires. Avec une embolie pulmonaire massive, plus de 50% des vaisseaux pulmonaires sont touchés. Dans ce cas, les symptômes de la thromboembolie se traduisent par un choc, une chute brutale de la pression artérielle, une perte de conscience, un dysfonctionnement du ventricule droit. Les troubles cérébraux deviennent parfois une conséquence de l'hypoxie cérébrale avec thromboembolie massive.

La thromboembolie submassive est déterminée dans les lésions de 30 à 50% des vaisseaux pulmonaires. Avec cette forme de maladie, la personne souffre d'essoufflement, mais la pression artérielle reste normale. La dysfonction du ventricule droit est moins prononcée.

Dans la thromboembolie non massive, la fonction du ventricule droit n’est pas altérée, mais le patient souffre d’essoufflement.

Selon la gravité de la maladie, la thromboembolie est subdivisée en maladies chroniques aiguës, subaiguës et récurrentes. Dans la forme aiguë de la maladie, PATE commence soudainement: hypotension, douleur thoracique sévère, essoufflement. En cas de thromboembolie subaiguë, on observe une augmentation des insuffisances ventriculaire droite et respiratoire, signes de pneumonie par infarctus. Forme chronique récurrente de thromboembolie est caractérisée par la récurrence de l'essoufflement, symptômes de la pneumonie.

Les symptômes de la thromboembolie dépendent directement de l’ampleur du processus, ainsi que de l’état des vaisseaux, du cœur et des poumons du patient. Les principaux signes de l'apparition d'une thromboembolie pulmonaire sont un essoufflement grave et une respiration rapide. La manifestation de l'essoufflement, en règle générale, forte. Si le patient est en position couchée, cela devient plus facile. La survenue d'une dyspnée est le premier et le plus caractéristique symptôme de l'embolie pulmonaire. L'essoufflement indique le développement d'une insuffisance respiratoire aiguë. Cela peut s'exprimer de différentes manières: parfois, il semble à une personne qu'il manque un peu d'air, mais dans d'autres cas, l'essoufflement se manifeste de manière particulièrement prononcée. La tachycardie est également un signe de thromboembolie: le cœur se contracte à une fréquence supérieure à 100 battements par minute.

Outre l’essoufflement et la tachycardie, une douleur à la poitrine ou un inconfort se manifestent. La douleur peut être différente. Ainsi, la majorité des patients constate une vive douleur à la dague derrière le sternum. La douleur peut durer plusieurs minutes et plusieurs heures. Si une embolie du tronc principal de l'artère pulmonaire se développe, la douleur peut alors être déchirante et se faire sentir derrière le sternum. En cas de thromboembolie massive, la douleur peut se propager au-delà de la région du sternum. Une embolie des petites branches de l'artère pulmonaire peut apparaître sans douleur. Dans certains cas, il peut y avoir une broche de sang, un bleuissement ou un blanchiment des lèvres, des oreilles du nez.

En écoutant, le spécialiste détecte une respiration sifflante dans les poumons, un souffle systolique sur la région cardiaque. Lors de la réalisation d'un échocardiogramme, des caillots sanguins se trouvent dans les artères pulmonaires et les parties droites du cœur, ainsi que des signes de dysfonctionnement du ventricule droit. Sur la radiographie sont visibles les changements dans les poumons du patient.

En raison du blocage, la fonction de pompage du ventricule droit est réduite, ce qui entraîne une insuffisance de sang dans le ventricule gauche. Cela entraîne une diminution du sang dans l'aorte et l'artère, ce qui provoque une chute brutale de la pression artérielle et un état de choc. Dans de telles conditions, le patient développe un infarctus du myocarde, une atélectasie.

Souvent, le patient présente une augmentation de la température corporelle allant jusqu’à des indicateurs subfébriles, parfois fébriles. Cela est dû au fait que de nombreuses substances biologiquement actives sont libérées dans le sang. La fièvre peut durer de deux jours à deux semaines. Quelques jours après la thromboembolie pulmonaire, certaines personnes peuvent ressentir des douleurs à la poitrine, de la toux, de la toux, des symptômes de pneumonie.

Diagnostic de l'embolie pulmonaire

Au cours du processus de diagnostic, un examen physique du patient est effectué pour identifier certains syndromes cliniques. Le médecin peut déterminer l’essoufflement, l’hypotension, la température du corps, qui augmente pendant les premières heures de l’embolie pulmonaire.

Les principales méthodes d’examen de la thromboembolie devraient comprendre un ECG, une radiographie pulmonaire, un échocardiogramme et des analyses de sang biochimiques.

Il convient de noter que dans environ 20% des cas, le développement de la thromboembolie ne peut pas être déterminé à l'aide d'un électrocardiogramme, car aucun changement n'est observé. Un certain nombre de signes spécifiques sont déterminés au cours de ces études.

La méthode d’investigation la plus informative est la scintigraphie pulmonaire à la ventilation. Également mené une étude par angiopulmonographie.

Dans le processus de diagnostic de la thromboembolie, un examen instrumental est également présenté, au cours duquel le médecin détermine la présence de phlébothrombose des membres inférieurs. Pour la détection de la thrombose veineuse, on utilise une phlébographie radio-opaque. Une échographie Doppler des vaisseaux des jambes permet de détecter une altération de la perméabilité veineuse.

Traitement de l'embolie pulmonaire

Le traitement de la thromboembolie vise principalement à améliorer la perfusion pulmonaire. En outre, l’objectif de la thérapie est de prévenir les manifestations de l’hypertension pulmonaire chronique postembolique.

Si une suspicion d'embolie pulmonaire semble être suspectée, il est important de veiller immédiatement, au stade précédant l'hospitalisation, à ce que le patient respecte le repos au lit le plus strict. Cela évitera la récurrence de la thromboembolie.

Le cathétérisme de la veine centrale est effectué pour le traitement par perfusion, ainsi que pour le suivi attentif de la pression veineuse centrale. En cas d'insuffisance respiratoire aiguë, la patiente est intubée par la trachée. Pour réduire la douleur intense et soulager le petit cercle de la circulation sanguine, le patient doit prendre des analgésiques narcotiques (une solution de morphine à 1% est principalement utilisée à cet effet). Ce médicament réduit également efficacement l'essoufflement.

Les patients qui souffrent d’insuffisance ventriculaire droite aiguë, de choc, d’hypotension artérielle, reçoivent de la reopolyglucine par voie intraveineuse. Cependant, ce médicament est contre-indiqué à une pression veineuse centrale élevée.

Afin de réduire la pression dans la circulation pulmonaire, l'administration intraveineuse d'aminophylline est indiquée. Si la pression artérielle systolique ne dépasse pas 100 mm Hg. Art., Alors ce médicament n'est pas utilisé. Si un patient est diagnostiqué avec une pneumonie par infarctus, on lui prescrit un traitement antibiotique.

Pour rétablir la perméabilité de l'artère pulmonaire, un traitement conservateur et chirurgical est appliqué.

Les méthodes de traitement conservateur comprennent la mise en œuvre d'une thrombolyse et la prévention de la thrombose afin de prévenir une re-thromboembolie. Par conséquent, un traitement thrombolytique est effectué pour rétablir rapidement le flux sanguin dans les artères pulmonaires obstruées.

Un tel traitement est effectué si le médecin est confiant dans l'exactitude du diagnostic et peut fournir une surveillance complète en laboratoire du processus de traitement. Il est nécessaire de prendre en compte un certain nombre de contre-indications pour l’application d’un tel traitement. Ce sont les dix premiers jours après une intervention chirurgicale ou une blessure, la présence de maladies concomitantes, dans lesquelles il existe un risque de complications hémorragiques, la forme active de la tuberculose, la diathèse hémorragique, les varices de l'œsophage.

En l'absence de contre-indications, le traitement par l'héparine commence immédiatement après le diagnostic. Les doses du médicament doivent être sélectionnées individuellement. La thérapie se poursuit avec la nomination d’anticoagulants indirects. Les patients sous warfarine ont indiqué avoir pris au moins trois mois.

Il a été démontré que les thrombus avaient été enlevés chirurgicalement (thrombectomie) chez les personnes pour lesquelles une contre-indication au traitement thrombolytique était évidente. Dans certains cas, il est également conseillé d'installer des filtres à cava dans les vaisseaux. Ces tamis peuvent contenir des caillots sanguins et les empêcher de pénétrer dans l'artère pulmonaire. Ces filtres sont injectés à travers la peau - principalement à travers la veine jugulaire ou fémorale interne. Installez-les dans les veines rénales.

Prévention de l'embolie pulmonaire

Pour la prévention de la thromboembolie, il est important de savoir exactement quelles conditions prédisposent à l'apparition de thrombose et de thromboembolie veineuses. Les personnes souffrant d'insuffisance cardiaque chronique, obligées de rester au lit pendant longtemps, soumises à un traitement diurétique massif et prenant des contraceptifs hormonaux pendant une longue période sont particulièrement attentives à leur état de santé. En outre, un certain nombre de maladies systémiques du tissu conjonctif et de vascularite systémique, le diabète sucré, constitue un facteur de risque. Le risque de thromboembolie augmente avec les accidents vasculaires cérébraux, les lésions de la moelle épinière, le maintien à long terme du cathéter dans la veine centrale, la présence d'un cancer et la chimiothérapie. Ceux qui ont reçu un diagnostic de varices des jambes et les personnes obèses atteintes d'un cancer doivent être particulièrement attentifs à leur état de santé. Par conséquent, afin d’éviter le développement d’une embolie pulmonaire, il est important de sortir à temps du repos au lit postopératoire pour traiter la thrombophlébite veineuse de la jambe. Les personnes à risque suivent un traitement prophylactique avec des héparines de bas poids moléculaire.

Pour prévenir les manifestations thromboemboliques, les antiagrégants sont périodiquement pertinents: il peut y avoir de petites doses d'acide acétylsalicylique.

Qu'est-ce qu'une embolie pulmonaire dangereuse?

L'embolie pulmonaire est une maladie mortelle qui, dans près de 90% des cas, se termine par la mort. Qu'est-ce que la thrombose dans les poumons, quels sont les symptômes et les causes? Combien vivent avec cette pathologie et existe-t-il des traitements? Considérez plus en détail.

Le contenu

La thromboembolie de l’artère pulmonaire, qui n’est pas une maladie indépendante, mais se développe dans le contexte d’autres pathologies, est considérée comme une situation d’urgence menaçant la vie d’une personne.

Une thrombose dans les poumons peut se manifester pour de nombreuses raisons, mais quel que soit le facteur étiologique, cette affection est extrêmement dangereuse pour la vie et entraîne le décès dans 85% des cas. Avec le développement de la thromboembolie dans la lumière de l'artère pulmonaire, un blocage des vaisseaux sanguins apparaît, ce qui bloque partiellement ou totalement le flux sanguin vers les organes et systèmes internes. Après 50 ans, les personnes à risque de développer cette maladie ainsi que les personnes de l’histoire présentant des pathologies du cœur et des vaisseaux sanguins.

Thrombus de l'artère pulmonaire

Le taux de survie d'un caillot sanguin dans les poumons est assez faible, car la mort peut survenir instantanément.

C'est important! Afin de réduire les risques d'obstruction, les personnes à risque doivent consulter périodiquement un cardiologue et se soumettre aux examens nécessaires.

Quelle est la thrombose de l'artère pulmonaire?

L'embolie pulmonaire est une affection aiguë pathologique caractérisée par un blocage soudain du tronc ou des branches de l'artère pulmonaire avec embole (caillot). La localisation d'un caillot sanguin peut survenir dans le ventricule droit ou gauche, le lit veineux ou le coeur auriculaire. Souvent, un caillot sanguin peut «venir» avec un flux sanguin et s'arrêter dans la lumière de l'artère pulmonaire. Avec le développement de cette affection, il existe une perturbation partielle ou complète du flux sanguin dans l'artère pulmonaire, ce qui provoque un œdème pulmonaire, suivi d'une rupture de l'artère pulmonaire. Cette condition conduit à la mort rapide et soudaine d'une personne.

C'est important! En nombre de décès, la thrombose pulmonaire occupe la deuxième place après l'infarctus du myocarde. Selon les dossiers médicaux, chez 90% des personnes décédées avec un diagnostic d'embolie pulmonaire, le diagnostic principal était erroné et une assistance prématurée avait entraîné la mort.

Raisons

Il existe de nombreuses causes et facteurs prédisposants pouvant déclencher un caillot sanguin dans l'artère pulmonaire, notamment:

  • Pathologies du système cardiovasculaire: angine de poitrine, hypertension, athérosclérose vasculaire, ischémie, fibrillation auriculaire et autres.
  • Maladies oncologiques.
  • Maladies du sang.
  • Thrombophilie.
  • Varices.
  • Le diabète.
  • L'obésité.
  • Le tabagisme

Un effort physique excessif, une surcharge nerveuse prolongée, l'utilisation de certains médicaments et d'autres facteurs affectant négativement le travail du système cardiovasculaire peuvent provoquer le développement d'un caillot sanguin.

Les varices - une des causes de l'embolie pulmonaire

Les symptômes

Les thrombus dans les grands vaisseaux et les artères sont difficiles à diagnostiquer, de sorte que le taux de mortalité de la population concernée par ce diagnostic est assez élevé. Dans le cas où un thrombus pulmonaire a éclaté, combien de personnes peuvent vivre dépend des soins médicaux fournis, mais la plupart du temps, la mort survient instantanément. Les signes cliniques d'embolie pulmonaire peuvent être suspectés à l'avance. Les symptômes suivants sont souvent associés à cette condition:

  • Toux sèche avec expectorations avec du sang.
  • Essoufflement.
  • Douleur au sternum.
  • Augmentation de la faiblesse, de la somnolence.
  • Vertiges, jusqu'à perte de conscience.
  • Abaisser la pression artérielle.
  • Tachycardie
  • Gonflement des veines dans le cou.
  • Pâleur de la peau.
  • Augmentation de la température corporelle à 37,5 degrés.

Les symptômes ci-dessus ne sont pas toujours présents. Selon les statistiques, seulement 50% des personnes sont confrontées à de tels signes. Dans d'autres cas, les symptômes d'un thrombus de l'artère pulmonaire passent inaperçus et la mort d'une personne peut survenir quelques minutes après l'attaque.

Traitement

Si une embolie pulmonaire est suspectée, chaque seconde coûte cher. Si le patient a pu être conduit à l'hôpital, il est placé dans l'unité de soins intensifs, où des mesures urgentes sont prises pour normaliser la circulation pulmonaire. Afin d'éviter la récurrence de l'embolie pulmonaire, le patient se voit attribuer un repos au lit, ainsi qu'un traitement par perfusion, qui permet de réduire la viscosité du sang et de normaliser la pression artérielle.

La douleur thoracique est le signe d’un caillot sanguin dans les poumons.

Dans le cas où la thérapie conservatrice ne donne pas de résultats, les médecins procèdent de manière urgente à une opération - thromboembolectomie (ablation d'un thrombus). Une alternative à une telle opération peut être la fragmentation par cathéter d'un thrombo-embole, qui implique l'installation d'un filtre spécial dans la branche de l'artère pulmonaire ou de la veine cave inférieure.

C'est important! La prévision après la chirurgie est difficile à prédire, mais étant donné la complexité de la maladie et le risque élevé de décès, l'opération est souvent la seule chance de sauver la vie du patient.

Symptômes d'un caillot sanguin dans les poumons, soins d'urgence et traitement

Le contenu

Un caillot sanguin dans les poumons est un caillot pathologique qui obstrue le lit vasculaire et ne donne pas de sang en mode normal pour se déplacer dans les artères et les veines. Elle conduit au développement d'un processus pathologique tel que l'embolie pulmonaire - thromboembolie pulmonaire.

La thrombose n'est pas une unité nosologique indépendante. Ceci est une conséquence de la thrombose veineuse. Dans 90% des cas, le thrombus pulmonaire pénètre dans l’organe affecté par les veines profondes des jambes. Le caillot qui traverse l'artère s'appelle un embole. 85% des patients avec ce diagnostic décèdent, la mort survient à tout moment.

Causes de développement et classification

Le groupe à risque est constitué de patients âgés de 50 ans (plus souvent que les hommes). La présence de maladies du système cardiovasculaire dans le passé aggrave considérablement la situation.

Il existe un certain nombre de causes et de facteurs suggérant qu’ils ont une influence significative sur le développement d’une maladie telle que la thrombose pulmonaire.

Ceux-ci comprennent:

  • pathologie du coeur et des vaisseaux sanguins;
  • tumeurs malignes;
  • troubles sanguins;
  • varices et thrombophlébite;
  • augmentation de la coagulation du sang;
  • pathologies endocriniennes;
  • surpoids;
  • mauvaises habitudes
  • les médicaments qui affectent le système cardiovasculaire et le processus de la coagulation du sang;
  • long séjour dans la même position (repos au lit, longue position assise en position assise pendant les vols ou les transferts);
  • interventions opérationnelles;
  • formation de tumeurs, formation de kystes dans l'utérus.

En plus d’un caillot sanguin, la thrombose pulmonaire est causée par un thrombus d’origine graisseuse ou aéroportée.

PE dans la gravité du processus pathologique est divisé en 3 étapes:

Au premier stade, 50% et plus de tous les vaisseaux pulmonaires sont touchés. Les caillots sanguins bloquent la lumière du tronc du poumon ou de ses artères principales. Lorsque cela se produit, une forte diminution de la pression artérielle provoque un état de choc.

Dans la forme submassive de la maladie détectée, pas plus de 30% à 50% des artères pulmonaires sont touchées. Un thrombus dans les poumons chevauche les artères lobaires et segmentaires. Dans ce cas, il y a violation des fonctions du ventricule droit.

Le troisième stade est caractérisé par une obstruction des petites artères pulmonaires et la circulation sanguine est légèrement affectée. Symptômes inexprimés, un infarctus se développe rarement.

Avec le flux, la maladie peut être divisée en trois formes:

  1. Aiguë - pour un caillot sanguin détaché rapide obstruant la grande artère pulmonaire, il se produit un arrêt respiratoire, des contractions cardiaques et la mort.
  2. Subaiguë - accompagné de crises cardiaques récurrentes, dure plusieurs semaines, très souvent à la fin - la mort du patient.
  3. Chronique - lésions fréquentes aux petits vaisseaux, développe une insuffisance cardiaque.

Symptôme complexe et diagnostic

Le tableau clinique de la maladie est très diversifié. Son évolution est influencée par les symptômes et la sévérité de la maladie sous-jacente, le taux de changements pathologiques.

En présence d'un caillot sanguin dans les poumons, il existe des symptômes de la maladie, dont la présence est obligatoire:

  • essoufflement soudain;
  • le rythme cardiaque augmente de manière significative (plus de 100 battements / min);
  • la peau devient pâle et acquiert une teinte gris pâle;
  • attaque douloureuse se produit à différents endroits dans la poitrine;
  • changements de la motilité intestinale;
  • les veines du cou et du plexus solaire sont remplies de sang, elles gonflent considérablement, l'aorte bat;
  • Des symptômes d'irritation péritonéale apparaissent, une douleur intense est ressentie lors de la palpation de l'abdomen;
  • avec l'auscultation, des bruits de coeur sont entendus;
  • AD tombe dramatiquement.

Si un caillot de sang dans les poumons se dégage, le médecin dispose de peu de temps pour prendre une décision. Cela dépend du degré d'embolie. Si la lésion est de petite focale, il existe un risque d'auto-résorption d'un caillot sanguin, même sans traitement. Avec des lésions étendues - développe souvent une crise cardiaque, ce qui peut entraîner la mort.

Les symptômes ne sont observés que dans 50% des cas. Le reste ne remarque pratiquement rien. La mort survient en quelques minutes.

Le diagnostic de l'embolie pulmonaire est très difficile. Afin de déterminer quelles veines sont bloquées ou leur nombre, il est nécessaire de procéder à un examen diagnostique.

Il comprend:

  • histoire de la collection de la maladie et de la vie;
  • un examen externe est effectué (pâleur et bleu de la peau, auscultation du cœur et des poumons);
  • test sanguin général et biochimique;
  • effectuer un coagulogramme;
  • vérification de la présence de D-dimères (informations sur la présence de signes de destruction de caillots sanguins dans l'artère pulmonaire);
  • retrait de l'électrocardiogramme;
  • radiographie;
  • Échographie du cœur, des membres inférieurs;
  • tomographie par ordinateur;
  • l'angiographie;
  • échocardiographie;
  • scintigraphie de ventilation et de perfusion.

Plus le diagnostic correct est établi rapidement, plus le traitement d'urgence sera instauré rapidement.

Premiers secours

Si l'on soupçonne qu'un thrombus est capable de se dégager ou si cela s'est déjà produit, les symptômes commencent à se développer très rapidement. La mort peut survenir rapidement. Par conséquent, vous devez envoyer le patient le plus rapidement possible à l'unité de soins intensifs.

Les mesures de secours d'urgence suivantes devraient être prises:

  • cathétérisme de la veine centrale;
  • l'introduction de Reopoliglyukina ou d'un mélange glucose-novocaïne;
  • médicaments administrés par voie intraveineuse: héparine, énoxaparine;
  • les analgésiques narcotiques soulagent une douleur intense: Promedol, Maureen, Droperidol;
  • conduire l'oxygénothérapie;
  • administration de thrombolytiques: streptokinase, urokinase;
  • en cas d'arythmie, on utilise le sulfate de magnésium, la digoxine, la panangine et le ramipril;
  • avec choc, prednisolone, hydrocortisone, no-shpa, eufilline, papavérine.

Une fois que les premières mesures de réanimation ont été prises, un traitement supplémentaire est nécessaire.

Il est divisé en:

  • traitement thrombolytique;
  • intervention chirurgicale.

La thrombose de l’artère pulmonaire peut commencer à être traitée à l’héparine: par voie intraveineuse pendant 7 à 10 jours sous le contrôle de la coagulation sanguine.

Trois jours avant la fin du traitement, le médicament prescrit sous forme de comprimés:

  1. Warfarine.
  2. Cardiomagnyl.
  3. ACC thrombothique
  4. Thrombostop.

Ces médicaments doivent être pris pendant 12 mois et sous le contrôle constant du processus de coagulation.

En plus de l'héparine nommée:

  1. Streptokinase.
  2. Fraxiparine.
  3. Urokinase.
  4. Activateur tissulaire du plasminogène.

Les symptômes de la maladie peuvent être éliminés par ce traitement thrombolytique, mais ils ne sont pas exécutés si une intervention chirurgicale a été effectuée. Ce traitement n'est pas prescrit lorsqu'il y a une forte probabilité de saignement (par exemple, avec un ulcère peptique).

L'opération est réalisée exclusivement dans les conditions dans lesquelles une partie importante de la lésion s'est produite - les caillots sanguins sont enlevés, localisés dans les grosses branches ou la tige de l'artère pour rétablir le flux sanguin complet. Le pronostic de la maladie après la chirurgie est imprévisible. Mais dans la plupart des cas, c'est la seule option pour sauver une personne.

Les caillots sanguins ont tendance à se rompre, et si cela se produit, les conséquences peuvent être très tristes. La mort survient en quelques minutes. Le processus pathologique aigu se termine dans 90% des cas d'arrêt cardiaque.

Conséquences et prévention

Il est beaucoup plus facile de prévenir la thrombose pulmonaire que de traiter la maladie et ses conséquences. Le processus de formation de caillots sanguins peut être réduit de 80% si vous suivez toutes les mesures préventives recommandées par le médecin traitant.

Le groupe à risque comprend les catégories suivantes de la population:

  • patients âgés de plus de 40 ans;
  • les patients ayant des antécédents d'AVC ou de crise cardiaque;
  • avec un poids corporel dépassant la limite supérieure de la normale;
  • s'il y a des antécédents de thromboembolie;
  • patients opérés de la poitrine, des membres inférieurs, des organes, localisés dans la région pelvienne et dans l'abdomen.
Les principales mesures préventives comprennent:
  • effectuer des exercices doux;
  • observer l'activité locomotrice, ne pas rester longtemps au même endroit;
  • après une crise cardiaque le plus tôt possible pour sortir du lit;
  • refus total de porter des chaussures à talons hauts;
  • l'éradication des mauvaises habitudes;
  • respect des principes d'une saine alimentation;
  • prendre des anticoagulants sous la surveillance directe d'un médecin;
  • porter des sous-vêtements de compression pour empêcher le développement de varices;
  • traitement opportun de toutes les maladies chroniques.

Les patients atteints de maladies du système cardiovasculaire doivent consulter leur cardiologue au moins deux fois par an pour un examen de routine.

Les complications possibles incluent:

  • mort en quelques minutes;
  • inflammation et mort du poumon;
  • développement ultérieur de la pleurésie;
  • manque d'oxygène;
  • l'apparition de la récurrence de la maladie (le plus souvent répété dans les 10 mois après le premier cas).

Selon les statistiques médicales, un patient sur cinq ayant subi une thrombose pulmonaire décède au cours des 12 premiers mois et 20% des patients au cours des quatre prochaines années.

Thrombus dans les poumons: causes et conséquences d'une affection aiguë

Des dommages occlusifs sur les vaisseaux vitaux du système respiratoire peuvent provoquer une mort subite. Un thrombus pulmonaire ferme la lumière de l'artère principale, à travers laquelle le sang contenant de l'oxygène circule vers le cœur: l'absence de circulation cardiopulmonaire normale entraîne la perturbation inévitable de l'activité vitale du corps humain.

Causes de blocage artériel

La présence la plus fréquente d'un caillot sanguin dans les poumons et d'une occlusion de l'artère pulmonaire se produit avec une certaine combinaison de facteurs indésirables, notamment:

  1. La formation d'un caillot sur la paroi du vaisseau dans les extrémités inférieures ou dans le système veineux pelvien;
  2. Créer les conditions pour la séparation d'un caillot de sang;
  3. Déplacez le thromboembole avec le flux sanguin veineux dans la direction du tissu pulmonaire.

Les principales maladies et affections qui provoquent l’apparition de caillots sanguins veineux sont les suivantes:

  • maladie variqueuse compliquée;
  • anomalies congénitales et malformations cardiaques;
  • prédisposition génétique à l'épaississement du sang (thrombophilie);
  • tout type de chirurgie;
  • blessures graves aux membres.

Les causes suivantes contribuent à la thrombose:

  • syndrome métabolique avec obésité sévère;
  • hypertension sans traitement;
  • mode de vie sédentaire;
  • fumer;
  • traitement médicamenteux à long terme avec utilisation de médicaments faisant fonctionner le système de coagulation du sang;
  • immobilité prolongée;
  • maladies infectieuses ou néoplasiques.

L'apparition d'un caillot est la première étape d'une maladie mettant la vie en danger. Afin de détacher et d'atteindre les poumons, un certain effet externe ou interne doit être exercé sur le thrombus de la paroi. Dans tous les cas, en cas de blocage d'un grand tronc artériel, la mort peut survenir subitement (avec embolie pulmonaire, 75% des patients ont une issue triste).

Manifestations d'une maladie aiguë

Si un caillot de sang dans les poumons s'est détaché et qu'une grande artère est obstruée, la personne présente les symptômes suivants:

  • douleur thoracique sévère;
  • essoufflement croissant;
  • vertige avec tendance à perdre conscience;
  • la tachycardie;
  • baisse du tonus vasculaire;
  • décoloration de la peau (pâleur avec des zones de cyanose);
  • troubles psycho-émotionnels sous la forme d'une forte peur de la mort.

Les symptômes vifs et prononcés ne peuvent pas être ignorés: il est nécessaire d'appeler immédiatement une ambulance et de tenter d'éviter le résultat défavorable d'un blocage aigu. Plus les mesures thérapeutiques et diagnostiques sont mises en place tôt, plus il y a de chances de sauver la vie d'une personne.

Méthodes d'enquête

L'équipe d'urgence évaluera les symptômes, l'état général de la personne malade, réalisera un ECG et conduira le patient à l'hôpital le plus rapidement possible. Si l'on soupçonne qu'un caillot de sang s'est rompu et qu'il y a un risque de mort, alors à l'hôpital, il est nécessaire de réaliser les études suivantes:

  • tests généraux avec évaluation de la coagulation du sang;
  • électrocardiographie;
  • Échographie du coeur et des vaisseaux sanguins (balayage duplex);
  • radiographie thoracique;
  • études vasculaires spéciales (phlébographie, angiographie);
  • examen tomographique avec l'utilisation d'agents de contraste.

Au stade de l'examen, il est nécessaire de détecter les caillots sanguins dans les vaisseaux et d'évaluer le risque possible d'occlusion mortelle: dans des circonstances défavorables, il est nécessaire de recourir à la chirurgie le plus tôt possible. Avec un risque minimal, le médecin vous prescrira une pharmacothérapie visant à la résorption et à l’élimination non chirurgicale du caillot de la lumière du vaisseau.

Tactique médicale

En fonction de la situation spécifique, le médecin utilisera une combinaison de 2 options de traitement principales - chirurgicale et conservatrice. Une thromboembolie soudaine suggère un délai minimum pour sauver des vies en cas d'occlusion: toutes les personnes ne peuvent pas vivre plus d'une heure après le blocage du tronc pulmonaire principal, même si le diagnostic est établi à temps et qu'un traitement d'urgence est instauré. Pour traiter une pathologie aiguë devrait être les méthodes suivantes:

  • administration intraveineuse de médicaments qui favorisent la résorption des masses thrombotiques à l'intérieur des vaisseaux;
  • l'utilisation de médicaments qui préviennent les caillots sanguins;
  • maintenir une fonction cardiaque et pulmonaire normale;
  • correction de la pression artérielle;
  • mener une opération pour rétablir le flux sanguin dans les vaisseaux vitaux en utilisant les dernières techniques chirurgicales;
  • interventions chirurgicales préventives dans la détection de la thrombose dans les membres inférieurs.

Lorsqu'un caillot sanguin se trouve dans les poumons, dont les conséquences sont imprévisibles pour la vie, il est nécessaire de fournir une assistance médicale en utilisant toutes les méthodes modernes de restauration de la circulation sanguine. Le pronostic à vie avec blocage thrombo-embolique des branches de l'artère pulmonaire est défavorable: le pourcentage de survie est faible, en particulier avec le diagnostic tardif d'une pathologie dangereuse. La mort dans un proche avenir après l'occlusion se produit dans 25-30% des cas. Pour le reste, le risque de complications (infarctus pulmonaire, formation de cœur pulmonaire, insuffisance cardiopulmonaire progressive) est élevé, ce qui nuit à la qualité de vie des personnes malades.

Mesures préventives

Pour prévenir les affections représentant un danger de mort, vous devez utiliser les recommandations d'un médecin pour la prévention de la thromboembolie. Le conseil médical suivant aidera à réduire le risque de thrombose:

  • examen de laboratoire préventif avec identification des facteurs de risque d'épaississement du sang;
  • l'utilisation de traitements médicamenteux contre la thrombophilie;
  • traitement médicamenteux ou chirurgical des varices;
  • compression des membres inférieurs lors d'interventions chirurgicales et d'études de diagnostic;
  • exercice ou exercice modéré régulier;
  • bonne nutrition et perte de poids;
  • contrôler la glycémie;
  • correction médicamenteuse de l'hypertension artérielle;
  • lutter contre les mauvaises habitudes.

S'il y a un caillot de sang dans les vaisseaux, les prescriptions du médecin doivent être suivies avec prudence et de manière constante afin de recevoir les comprimés ayant l'effet de la thrombolyse. Dans les cas difficiles et à haut risque de complications dangereuses, il est nécessaire d'installer un filtre à cava dans le tronc veineux. La durée de l'observation et la régularité des visites sont déterminées par un spécialiste: dans certains cas, une surveillance médicale constante, accompagnée de médicaments à vie, est requise.

En Savoir Plus Sur Les Bateaux