Qu'est-ce que la coupure d'anévrisme vasculaire, les conséquences

L'anévrisme cérébral se produit lorsque des changements pathologiques dans les vaisseaux, tout en changeant leur forme. Ils deviennent minces et fragiles, ils s'étirent et font saillie. Un sac anévrysmal se forme sur le site de la déformation, qui peut par la suite éclater, entraînant une hémorragie intracrânienne.

La probabilité d'une issue fatale à la rupture d'un vaisseau est très élevée, c'est pourquoi une confirmation chirurgicale du diagnostic est nécessaire. Dans ce cas, la coupure de l'anévrisme cérébral est le plus souvent effectuée, sauf dans les situations où la poche est trop profonde.

L'essence de l'anévrisme de coupure, le déroulement de l'opération

En parlant de ce qui est un anévrisme de coupure, ils désignent la procédure permettant de couper l'anévrisme du flux sanguin général. Ceci est fait en superposant la pince sur le cou du vaisseau affecté.

En fonction de la forme de l'anévrisme, il peut être nécessaire de fixer les clamps des deux côtés. Pour accéder au site souhaité, une trépanation du crâne est effectuée.

Comment se passe l'opération?

Lors de la manipulation, les actions suivantes sont effectuées:

  1. Le patient fait une anesthésie générale.
  2. Trépanation effectuée de la zone désirée du crâne.
  3. Kranitom trou excisé.
  4. La couverture ferme du cerveau est ouverte.
  5. La zone touchée est déterminée et séparée des tissus restants.
  6. L'anévrisme est déconnecté du flux sanguin général au moyen d'un clip superposé.
  7. Le crâne est restauré. Le trou excisé est fixé avec des plaques et des vis.

L'opération exige de la précision et de l'attention du chirurgien. Au cours de la procédure, divers équipements de microchirurgie sont utilisés. Si le médecin constate que les vaisseaux sont amincis, il peut les envelopper de gaze chirurgicale ou de particules musculaires. Cela réduira le risque de rupture lorsque la pression augmente.

Indications et contre-indications à la chirurgie

Le médecin traitant prend la décision de l'opération une fois que le patient a accepté la procédure. Les principales indications à des fins d'écrêtage sont les suivantes:

  • anévrisme atteignant 7 mm ou plus;
  • prédisposition génétique aux ruptures du sac anévrysmal.

Quand l'opération est contre-indiquée

Dans certains cas, l'opération devrait être abandonnée:

  1. Dans les maladies du système circulatoire.
  2. Avec décompensation du diabète.
  3. En présence de processus inflammatoires et infectieux aigus.
  4. Si l'asthme bronchique a un cours sévère.
  5. Avec exacerbation de maladies chroniques.

L'écrêtage n'est pas effectué lorsque l'anévrisme est situé suffisamment profondément.

Politique de prix

La question de savoir combien coûte une opération peut être résolue de différentes manières. Avec une hospitalisation planifiée, le patient a droit à un traitement gratuit. Pour ce faire, lorsque vous contactez le ministère de la Santé, vous devez remplir le document et fournir les documents pertinents.

Dans ce cas, plusieurs semaines ou mois peuvent être nécessaires pour examiner la demande et allouer des fonds du budget.

S'il n'y a pas de temps, vous pouvez aller à la clinique en privé, le coût de la procédure sera de 80 000 à 180 000 roubles. Cela dépend de la complexité de l'opération, du prestige de la clinique et des qualifications des médecins, ainsi que du prix du matériel à utiliser pour le découpage.

Comment se préparer à la procédure

Lorsque vous choisissez une méthode de traitement de l'anévrisme, effectuez une série d'examens. En gros c'est:

  • Analyse générale du sang, de l'urine.
  • Test sanguin pour la biochimie et les maladies infectieuses.
  • Rayons X.
  • Cardiogramme.
  • Examen par un thérapeute et un neurologue, parfois par d'autres spécialistes, en fonction des symptômes.
  • Angiographie par résonance magnétique. Illustré avec anévrisme de 3 mm.
  • CT est nécessaire pour obtenir une image globale dans la formation de 5 mm. Il peut être utilisé pour détecter des calcifications et des caillots sanguins à l'intérieur de l'anévrisme.
  • L'angiographie par soustraction numérique vous permet de voir l'éducation à 3 mm.

Avant de couper les vaisseaux cérébraux est nécessaire pour préparer le corps à la chirurgie. Pour ce faire, effectuez la normalisation des maladies existantes: compensez le diabète, la pression artérielle et les autres maladies chroniques survenant sous forme aiguë.

Après examen par le chirurgien, un anesthésiste et le consentement, la date de l'opération est fixée. À la veille de la consommation d'aliments et de liquides après 18 heures n'est pas recommandé.

Période postopératoire

Pour que le patient retrouve rapidement son mode de vie habituel après la chirurgie, il lui est montré de la paix et une attitude positive.

Lors de l'exécution d'une intervention chirurgicale planifiée, le patient est laissé plusieurs jours dans l'unité de soins intensifs afin de pouvoir fournir une assistance médicale à temps en cas de complications. Après le délai spécifié, le patient est transféré à la division générale.

En période postopératoire, une fatigabilité rapide et une faiblesse peuvent être préoccupantes. Par conséquent, le repos complet et le repos au lit sont recommandés.

La céphalée est également un compagnon fréquent de l'opération de coupure d'anévrisme. Ce symptôme est éliminé avec les stupéfiants. Par conséquent, en cas de migraines fortes et fréquentes, vous devriez consulter votre médecin.

La période de rééducation totale est d'environ deux mois. Il est important de prendre en compte la présence d'autres maladies et leur gravité, l'état dans lequel se trouvait le patient au moment de l'écrêtage. Si l'opération était planifiée et que la taille de la formation était insignifiante, alors la procédure est transférée plus facilement, la récupération du corps se fait plus rapidement.

L'opération est-elle dangereuse, à quoi dois-je me préparer après la coupure?

La détérioration après l'opération est assez rare. Selon les statistiques, ce nombre ne dépasse pas 10%. Mais en acceptant le traitement d'un anévrisme, le patient doit évaluer tous les risques encourus.

Les conséquences peuvent être très différentes: commencer par des violations mineures de la parole, de la mémoire, de l'attention, des maux de tête constants et se terminer par des complications ischémiques, un œdème pulmonaire et, dans certains cas, des décès.

Mais le refus de l’opération n’est toujours pas la peine. La condition essentielle de la réussite du traitement est le choix d’un personnel qualifié, le respect de toutes les recommandations du médecin et le diagnostic rapide des complications postopératoires.

Dans la plupart des cas, des complications surviennent lors de la rupture préopératoire de l'anévrisme ou d'un saignement au cours de la procédure.

  • Coordination motrice altérée ou sensibilité diminuée des membres, paralysie.
  • Dysfonctionnement de l'appareil vocal.
  • Vision réduite.
  • Fermeture des navires.
  • Troubles psychologiques.
  • L'apparition de l'épilepsie.

Espérance de vie après la procédure

En général, si toutes les recommandations sont suivies et que l’opération est effectuée à temps, l’espérance de vie du patient n’est pas réduite.

En cas de refus de traitement, la taille de l'anévrisme augmentera progressivement, pour finir par provoquer une hémorragie, entraînant souvent la mort.

Les principales recommandations pour un prompt rétablissement sont les suivantes:

  • Nutrition de révision.
  • Rationnement de l'activité physique.
  • Observation par un neurologue.
  • Rejet des mauvaises habitudes.
  • Le passage de M. angiographie et CT scan 6 mois après la chirurgie.
  • Surveiller l'état afin d'éviter de nouvelles formations.

Anévrisme Invalidité

La question de la désignation d'un handicap après une craniotomie est décidée lors de l'examen socio-médical. En général, seulement 7 à 10% de ceux qui sont opérés ont besoin de prestations. La condition est évaluée selon les critères suivants:

  1. La présence de déséquilibre fonctionnel systématique dû à l'opération.
  2. Incapacité partielle, cela peut être une limitation de la mobilité et une déficience mentale.
  3. Le besoin de réhabilitation.

Si les complications énumérées persistent pendant toute l'année, alors l'invalidité des groupes I, II ou III est compensée, en fonction des symptômes:

  • Le groupe I est destiné aux personnes qui ne peuvent pas subvenir à leurs besoins, elles ont besoin de surveillance et de soins constants. Ces citoyens sont considérés comme incapables, leur tuteur leur est assigné.
  • Le groupe II d'invalidité prévoit une violation partielle de la fonctionnalité du corps après la maladie. Une personne peut être considérée comme partiellement invalide.
  • Le groupe III est destiné aux personnes présentant un dysfonctionnement corporel modéré. Par exemple, paralysie partielle, désorientation, perte auditive. Cette catégorie de personnes handicapées ne nécessite pas de surveillance constante. Ils peuvent eux-mêmes effectuer toutes les activités de soins personnels nécessaires.

Pour déterminer le groupe approprié, les effets de l'opération, le type et la localisation de l'anévrisme sont évalués. Un argument important est la présence de troubles mentaux et d'épilepsie.

Selon les statistiques, plus de 40% des patients opérés reprennent leurs activités professionnelles habituelles après la période de réadaptation. Le reste des citoyens valides sont recyclés dans des institutions spéciales et peuvent occuper des postes soumis à des conditions de travail réduites.

L'anévrisme du cerveau est une rupture dangereuse du vaisseau. La décision de mener l'opération doit être prise par le patient avec une compréhension de tous les risques et complications possibles. En général, la vie après le découpage n'est pas très différente de la période préopératoire. Les principaux critères de réussite de la manipulation sont le diagnostic rapide de la maladie et le respect des recommandations du médecin traitant.

Complications anévrismales après la chirurgie

La paroi des vaisseaux de l'une des zones du cerveau peut se dilater pour une cause congénitale ou acquise. Les parois des artères sont plus souvent endommagées, car elles perdent la couche de membrane et de muscle. À la place de la saillie, le vaisseau devient inélastique et perd ses caractéristiques de résistance. Une intervention chirurgicale est nécessaire pour éviter la rupture du vaisseau lors de la formation d'un anévrisme cérébral. Mais même après cela, les conséquences peuvent être irréversibles: un anévrisme répété ou une rupture du vaisseau se produit.

Avec l'augmentation du volume de l'anévrisme, il se produit une compression des tissus du cerveau et des nerfs, qui entraîne des anomalies neurologiques et des troubles de la coordination, des troubles du système musculo-squelettique et d'autres complications.

Est important. Le retrait de l'anévrisme est nécessaire à la fois avant et après la rupture du vaisseau. Cela sauve souvent la vie d’une personne, car après une hémorragie, la mort peut survenir aux points les plus importants du cerveau.

Causes de l'anévrisme

L'anévrisme se développe pour de nombreuses raisons, notamment des lésions des membranes de la paroi artérielle et des augmentations de pression artérielle. Ils conduisent à la rupture du sac et au développement d'un accident vasculaire cérébral hémorragique.

Coquilles de navire

L'artère, comme les autres vaisseaux, est constituée de 3 coquilles:

intima - la surface interne mince du vaisseau. Intima, avec sa sensibilité particulière, est endommagé par des toxines, des anticorps ou des infections au contact de ses cellules. Les torsions et les caillots sanguins bloquent la circulation normale du sang sur sa surface, et le média constitue la couche intermédiaire qui assure l'élasticité du vaisseau. Le média est constitué de cellules musculaires, ce qui permet au vaisseau de se rétrécir ou de s’étendre lors du processus de régulation de la pression artérielle. La couche intermédiaire subit un changement dans la propagation des processus pathologiques de la couche interne, et l'adventice est une coquille solide à l'extérieur du vaisseau avec de nombreuses fibres et cellules de tissu conjonctif. Les dommages à la couche supérieure entraînent un gonflement du média et de l'intima et la formation d'un sac anévrysmal.

S'il n'y a pas de processus pathologique dans les membranes - les mécanismes de la poche, aucun anévrisme ne se forme. Si au moins une couche du vaisseau cérébral échoue, la force de ses tissus est perdue, en particulier en cas d'hypertension. Par conséquent, la formation d'anévrisme se produit le plus souvent dans les artères cérébrales ou dans l'aorte.

Pathologies

Les pathologies comprennent:

1. Blessures

Avec des blessures à la tête fermées (avec de forts coups à la tête), la paroi du vaisseau peut exfolier, perdre de la force et de l'élasticité. Dans cet endroit et développe un anévrisme immédiatement ou peu de temps après une blessure à la tête.

2. Méningite

Lorsque l'inflammation de la paroi du cerveau due à divers agents pathogènes: bactéries, virus, champignons ou parasites - la membrane externe est endommagée. L’état du patient en présence de méningocoques, d’herpès et d’autres facteurs provocateurs de la méningite est assez complexe, de sorte que les symptômes de l’anévrisme sont détectés après l’application du traitement de la méningite. Détecter les défauts dans les parois des vaisseaux sanguins - les causes de l'anévrisme ultérieur.

3. Infections

Les infections dans le sang peuvent endommager les vaisseaux sanguins, car il circule dans tout le corps et introduit des microbes dans le cerveau. Par exemple, une syphilis avancée ou une endocardite bactérienne contribue à la formation d'un défaut local dans les artères, où un sac vasculaire est ensuite formé.

4. Maladies congénitales

Les maladies congénitales peuvent affaiblir le tissu conjonctif ou créer d’autres facteurs de risque de dilatation vasculaire. Par exemple:

Le syndrome de Marfan altère la reproduction du collagène de type 3, ce qui entraîne des pathologies du tissu conjonctif, une perturbation du système musculo-squelettique et des systèmes importants: cardiovasculaire, pulmonaire et nerveux. La fibrilline est impliquée dans la formation de la sous-structure en élastine, qui pénètre dans les parois de l'aorte et d'autres vaisseaux, les ligaments, le parenchyme cutané et pulmonaire. Lorsqu'il manque, le tissu conjonctif s'affaiblit et les vaisseaux se dilatent, la sclérose tubéreuse ou neurofibromatose du 1er type conduit à des modifications structurelles locales des tissus et des vaisseaux du cerveau et de l'anévrisme.

Le sac vasculaire peut également se former en cas de syndrome d'Ehlers-Danlos, d'anémie falciforme, de lupus érythémateux disséminé ou de maladie rénale polykystique congénitale autosomique dominante.

5. l'hypertension

Dans l’hypertension et à haute pression, des anévrismes sont souvent formés, car la pression à l’intérieur des vaisseaux étire le mur dans un endroit mince et défectueux. Les maladies cardiaques et rénales, les troubles endocriniens et les prédispositions génétiques augmentent également la pression. Par conséquent, ils peuvent être attribués à des raisons indirectes pour la formation de poches vasculaires.

6. maladie de l'artère

Les maladies auto-immunes (rhumatismales) sont capables de développer un processus inflammatoire dans les artères du cerveau. Dans le même temps, les auto-anticorps formés par le système immunitaire attaquent leurs propres cellules dans le corps. L'inflammation qui en résulte à l'avenir conduit au développement d'un anévrisme.

7. Plaques athérosclérotiques

Dans l'athérosclérose, les dépôts de cholestérol s'accumulent sur les parois vasculaires, rétrécissant la lumière et augmentant la pression dans le vaisseau. Dans ce cas, le mur est affaibli et se dilate, formant un sac.

8. Autres raisons

Le gonflement sur le mur se produit en présence d'une angiopathie amyloïde cérébrale. Avec cette maladie rare, la lumière des vaisseaux de petit diamètre se rétrécit en raison de l’accumulation de l’amyloïde, une protéine pathologique. La pression artérielle augmente, de sorte que de petits anévrismes apparaissent. Ils peuvent être formés dans les néoplasmes malins, syndrome paranéoplasique.

L'anévrisme n'est pas hérité, car il ne s'applique pas aux maladies individuelles. Seules les maladies à l'origine du développement de cette pathologie sont héritées, à savoir:

athérosclérose, hypertension, syndrome de Marfan, lupus érythémateux disséminé.

Cependant, en raison d'anomalies structurelles congénitales existantes, dans de rares cas, un anévrisme peut être héréditaire, comme la couleur des cheveux, les taupes ou les taches de naissance.

Types d'anévrisme

La pathologie est sacculée (sacculée), en forme de fuseau et en couches longitudinales.

La saillie sacculaire la plus commune (vers l’extérieur) a une bouche du même diamètre que le mur et le fond est plus large. Cela conduit à des conditions de bateau dangereuses:

turbulence dans la circulation sanguine due à l'entrée de sang dans le sac, ralentissement du transport du sang, ce qui crée une pénurie dans le vaisseau derrière le sac, turbulence dans le sac, pouvant entraîner une coagulation du sang et la formation de caillots sanguins; presser la substance et les tissus du cerveau.

L'anévrisme bagulaire est le plus dangereux. S'il est détecté, il doit être utilisé sans délai, car la thrombose et la rupture du sac peuvent être fatales.

Le renflement de la tige se produit souvent sur l'aorte et se présente sous la forme d'un cylindre. Il dilate uniformément les parois vasculaires et augmente le diamètre du vaisseau.

Un anévrisme longitudinal est situé dans la paroi entre ses couches s’il est mal connecté en relation avec des processus pathologiques. Si les extensions sont petites, elles sont difficiles à diagnostiquer en raison de symptômes bénins. À des augmentations importantes, le tissu cérébral est comprimé, des symptômes neurologiques apparaissent.

Les pathologies sont de diamètre différent:

jusqu'à 11 mm. - petit jusqu'à 25 mm. - moyenne: plus de 25 mm. - grand

Le gonflement se produit sur ces artères:

cérébral: antérieur, postérieur et moyen; basilaire; cérébelleux: supérieur et inférieur.

Il y a un faux anévrisme, ou hématome pulsé. La pathologie est dite fausse en cas de rupture du vaisseau et d'apparition d'un hématome due à l'accumulation de sang traversant un défaut traversant de la paroi vasculaire. Le sang coule dans une cavité limitée dans les tissus et en modifie la pression. Les coquilles de la paroi vasculaire ne supportent pas la cavité, un faux anévrisme est appelé un hématome à pulsations. Il est dangereux de développer des saignements abondants à travers la paroi du vaisseau défectueux.

Les anévrismes congénitaux chez le nouveau-né se forment dans l'utérus en raison de:

infections virales en période de gestation, maladies génétiques qui affaiblissent le tissu conjonctif, maladies chroniques de la femme enceinte, rayonnements ionisants sur le corps de la mère pendant la gestation.

Signes de rupture de vaisseaux sanguins

Avant la rupture de la paroi vasculaire, l'anévrisme se manifeste par des symptômes sévères:

douleur fréquente et intense à la tête et aux orbites, sang versé à la tête, au cou et au visage, vision détériorée et diplopie apparue (vision double), perception des couleurs déformée (tout est visible en rouge), acouphènes croissant, difficultés de prononciation des mots; les muscles des membres sont réduits, le sommeil est perturbé, ce qui se manifeste par une insomnie ou une somnolence, des nausées et des vomissements sont perturbés, étourdi par une pression intracrânienne croissante, des symptômes méningés apparaissent: convulsions, mouvements et sensibilité s'aggravent fossés et ptose manifeste (omission du siècle), asymétrie des muscles du visage, enrouement.

Les symptômes de rupture de la poche de sang se manifestent par des maux de tête soudains et graves, des troubles de la conscience et le coma. Chez l'adulte, la respiration devient fréquente - plus de 20 mouvements / min., La fréquence cardiaque - plus de 80 battements / min. En outre, l’accident vasculaire cérébral hémorragique progresse et le rythme cardiaque ralentit, la bradycardie se développe avec une fréquence cardiaque inférieure à 60 battements / min.

Diagnostics

Pour la détection rapide de l'anévrisme et sa classification, un diagnostic complet du patient est réalisé: le liquide céphalo-rachidien, l'angiographie, le scanner et l'IRM sont examinés. La localisation exacte et le degré d'endommagement des vaisseaux, la présence de particules sanguines dans la moelle épinière, l'emplacement de la rupture, l'identification des comorbidités aident le chirurgien à choisir une méthode de traitement et de chirurgie de l'anévrisme cérébral.

Complications après la chirurgie

Une intervention chirurgicale effectuée avec succès vous permet de sauver la vie du patient, mais après la chirurgie, l’anévrisme cérébral peut avoir des conséquences et des complications graves.

C'est important de savoir. Toute intervention chirurgicale comporte un risque de complications et de décès. Mais un anévrisme non opéré donne un pronostic très défavorable et ne laisse aucune chance de survie. Par conséquent, le bénéfice de l'opération dépasse le risque de conséquences postopératoires.

Au cours de l'opération, l'anévrisme peut se rompre: un ballon ou une spirale peut endommager la paroi du sac, provoquer des caillots de sang dans les artères voisines et développer un déficit en oxygène dans les tissus cérébraux. Le patient peut avoir une réaction indésirable à l'anesthésie.

Les complications postopératoires comprennent:

rupture répétée de l'artère et hémorragie dans la région cérébrale, œdème cérébral et lésions cérébrales importantes pour le patient, nouveaux caillots sanguins à l'intérieur des vaisseaux, spasmes des artères; équilibre et coordination, développement de l'AVC.

Enlever le sac de sang jusqu'à sa rupture réduit au minimum les conséquences graves. Les complications partielles sont éliminées pendant l'opération. Après la procédure, les patients sont observés chez le médecin et sont en cours de rééducation grâce à des procédures physiothérapeutiques. Un orthophoniste travaille avec eux pour éliminer les difficultés d'élocution, un psychologue, un médecin spécialisé en thérapie par l'exercice et un massothérapeute.

Types d'interventions chirurgicales

Les opérations mini-invasives renforcent le vaisseau affecté de l'intérieur pour prévenir la rupture de l'anévrisme.
En tant que chirurgie mini-invasive, l’embolisation du sac de sang est utilisée: des substances spéciales sont injectées dans sa cavité pour arrêter le flux sanguin. L'embolisation est réalisée à l'aide de:

colle spéciale; alcool avec additifs; gel-mousse chirurgical; microsphères.

Lorsque le sang est associé à une substance collante, il durcit et ferme la circulation sanguine dans la poche. Pour éliminer complètement l'anévrisme, la substance est injectée 3 à 4 fois. Dans le même temps, injecter des médicaments, par exemple, une thrombolyse pour éliminer le vasospasme, ou des médicaments chimiques.

Empêche la rupture du mur par la méthode du ballon. Cathéter de 2 mm de large et un ballon élargir une partie étroite de l'artère. Afin de maintenir la perméabilité du vaisseau, un stent ou une hélice est implanté. Les chirurgiens, au cours de l'opération, installent et ouvrent des «parapluies-pièges» dans le sens du flux sanguin. Ils sont nécessaires en raison du risque accru de formation de caillots sanguins pendant une opération et à titre préventif.

Opération ouverte

Une opération d'ouverture est également effectuée, au cours de laquelle le crâne est ouvert. Continuez le traitement en coupant ou en retirant l'anévrisme par différentes méthodes. Avec une opération réussie, la lumière du vaisseau se normalise et la pression sanguine diminue sur la paroi vasculaire. Cela empêche le développement d'un réanévrysme et sa rupture sur le site de l'excision.

Coupure

Effectuer une trépanation du crâne et former un trou temporaire. Un équipement spécial aide le chirurgien à localiser la lésion, à séparer le vaisseau de la substance du cerveau et des tissus et à poser une pince de titane sur le col du sac. Il est exclu de la circulation sanguine, empêchant la rupture. La durée de l'opération est de 3 à 6 heures.

Blocage de l'artère porteuse

Avec l'aide de l'occlusion et du piégeage, ce n'est pas le cou de la poche qui est déconnecté, mais l'artère de soutien où il se trouve. Avec de bonnes possibilités alternatives d'approvisionnement en sang dans la région du cerveau, le patient transfère ce blocage en toute sécurité.

En raison de la localisation des anévrismes après le piégeage, le cerveau manque de oxygène. Il s’agit d’un défaut neurologique grave ou d’un infarctus cérébral.

Envelopper un navire endommagé

Pour éliminer l'anévrisme dans les situations difficiles, l'artère n'est pas désactivée, mais enveloppée dans le vaisseau avec son propre muscle ou utilisée pour cette gaze chirurgicale. Alors renforcez le mur d'artère. La sclérose de l'anévrisme commence, alors que le tissu conjonctif dense se développe.

L'anévrisme vasculaire cérébral est un gonflement de la paroi source de l'une des artères cérébrales, remplie de sang.

Ceux qui l'ont, ont une "bombe à retardement" dans le crâne. La paroi de l'artère à l'endroit où cette saillie a été formée n'a pas de couche musculaire ni de membrane, ce qui provoque le manque d'élasticité et de résistance du vaisseau à cet endroit.

Un danger particulier de la maladie est dû au fait que la paroi amincie de l'artère peut se briser à tout moment, entraînant une hémorragie dans le cerveau. En outre, un anévrisme peut comprimer le tissu cérébral et les nerfs à proximité.

Quelles sont ses causes?

A la suite de nombreuses études, plusieurs facteurs ont été identifiés qui augmentent considérablement le risque d'anévrismes.

Le facteur héréditaire est un déficit de la couche musculaire des artères avec un déficit en collagène de type III. Les anévrismes se forment souvent dans ce cas dans la zone de bifurcations (bifurcations) des artères et dans les endroits où il y a un grand sertissage de l'artère. Elle s'accompagne également d'autres pathologies, telles que la coarctation aortique, l'hypoplasie de l'artère rénale, les traumatismes artériels dans l'histoire, l'hyalinose des parois vasculaires, le tabagisme, l'utilisation de médicaments. n'importe quelle durée d'artériosclérose cérébrale

L’anévrisme des vaisseaux cérébraux est une maladie chez les adultes de 30 à 60 ans: les femmes sont plus sujettes à l’anévrysme que les hommes et le risque de développer une prédisposition héréditaire est élevé.

Classification des anévrismes

Chirurgie endovasculaire de l'anévrisme cérébral

Anévrisme bagulaire - de forme arrondie, se connecte au cou de l'artère. Il survient le plus souvent chez les adultes. Anévrisme latéral - extérieurement similaire à la formation plate ressemblant à une tumeur sur le vaisseau. Anévrisme en forme de fuseau - apparaît lorsque la paroi du vaisseau se dilate dans une certaine zone.

Petit anévrisme - diamètre inférieur à 11 mm. Anévrisme moyen - diamètre de 11 mm à 25 mm. Anévrisme géant - plus de 25 mm de diamètre.

Symptômes d'anévrisme

Souvent, alors que l'anévrisme est petit, il peut ne pas se manifester et le patient peut même ne pas en être conscient. C'est la ruse de la maladie - les patients ne sont pas conscients de leur diagnostic, une personne n'est dérangée par rien et peut-être qu'avec cela, elle pourra vivre toute sa vie. Les manifestations cliniques se produisent lorsque l'anévrisme est grand ou déchiré.

Avec un anévrisme important, le tissu cérébral et les troncs nerveux peuvent être compressés, ce qui entraîne un certain nombre de symptômes possibles d'anévrisme cérébral:

Douleur dans les globes oculaires Déficience visuelle Champs de perte de vision Engourdissement au visage Perte auditive Expansion de l'un des pupilles (mydriase) Paralysie des muscles du visage d'un côté

Lors de la rupture d'un anévrisme et d'une hémorragie intracrânienne, les symptômes suivants apparaîtront:

Nausée, vomissements, prise de conscience possible, sensibilité à la lumière, au bruit, dans les cas graves - coma, paralysie des muscles des membres d'un côté, altération de la fonction du langage, trouble de la déglutition, perte de coordination, trouble de l'urine.

Conséquences de l'anévrisme cérébral - risque de rupture

Dans la plupart des cas, l'anévrisme pendant longtemps ne se fait pas sentir. Pendant de nombreuses années, une personne ne peut vivre avec cette "bombe" dans la tête que si la rupture d'un anévrisme des vaisseaux cérébraux se produit (le risque de rupture est d'environ 1% par an). La mortalité dans ce cas n’est pas inférieure à 50%, l’invalidité - 25% et seulement le quart des personnes qui ont subi une hémorragie cérébrale à la suite d’une rupture d’anévrisme sont des personnes valides. Les conséquences de la maladie:

Accident vasculaire cérébral hémorragique Vasospasm Coma Hydrocéphalie (voir Hydrocéphalie cérébrale chez l'adulte - symptômes, traitement) Lésion cérébrale irréversible

L'hémorragie peut être dans les espaces membranaires du cerveau ou dans les ventricules du cerveau. Dans tous les cas, il y a gonflement du cerveau, augmentation de la pression intracrânienne. Il peut y avoir un blocage des voies du fluide cérébrospinal avec un déplacement ultérieur des structures cérébrales. Le sang commence à se décomposer avec le temps, ses produits de décomposition provoquent une réaction inflammatoire dans les tissus cérébraux, ce qui entraîne la nécrose de ces zones. Cela signifie que les fonctions dont ces parties du cerveau étaient responsables seront perdues.

Dans les hémorragies sous-arachnoïdiennes, une complication telle que l'angiospasme cérébral peut survenir. En d'autres termes, les vaisseaux périphériques du cerveau sont fortement réduits, ce qui ralentit ou rend impossible la circulation du sang dans ceux-ci, ce qui conduit à une ischémie du tissu cérébral.

Méthodes de diagnostic

L'anévrysme peut rarement être détecté par un examen aléatoire, même avant sa rupture. Mais généralement, les méthodes de diagnostic sont appliquées après sa rupture.

Angiographie - Méthode par rayons X utilisant des agents de contraste. Une drogue est injectée par voie intraveineuse, ce qui vous permettra de voir sur les photos tous les vaisseaux du cerveau, les endroits où ils se trouvent, des tortuosités, afin de déterminer où se trouve exactement l'anévrisme. La tomodensitométrie (TDM) est une méthode de recherche non invasive qui vous permet de déterminer dans quelle partie du cerveau l'hémorragie s'est produite, la quantité de tissu endommagé. L'angiographie par TDM est une combinaison des deux méthodes précédentes. Tomodensitométrie avec injection préalable d'un agent de contraste. Imagerie par résonance magnétique (IRM) - vous permet de visualiser plus précisément les vaisseaux. Avec l'aide de l'IRM peut déterminer avec précision la localisation et la taille de l'anévrisme. L'étude du liquide céphalo-rachidien - sous anesthésie locale est réalisée par ponction de la colonne vertébrale et prélèvement du LCR. Avec une hémorragie avec une percée dans les ventricules ou une hémorragie sous-arachnoïdienne dans le liquide céphalo-rachidien sera le sang.

En l'absence de symptômes d'anévrisme, un diagnostic fréquent n'est pas justifié. Un dépistage régulier est recommandé, et s'il existe au moins deux parents immédiats apparentés à cette maladie, un diagnostic régulier est indiqué pour les patients ayant eu une rupture d'anévrisme, le risque de développer un anévrisme étant de 1-2% par an.

Méthodes de traitement d'anévrisme

Dans le cas d'un anévrisme non explosé, le traitement peut ne pas être nécessaire immédiatement. Le plus souvent, seule une surveillance de l'état et un examen régulier du patient sont nécessaires. Lors du choix du traitement de l'anévrisme cérébral, les risques d'intervention chirurgicale et le risque de rupture sont comparés. Ceci prend en compte la taille et le type d'anévrisme, l'âge du patient, sa localisation, la santé et l'hérédité du patient.

Même le spécialiste le plus expérimenté dans le diagnostic de l'anévrisme à lui seul ne sera pas en mesure de prédire s'il se rompra ou non. Les conséquences de sa rupture sont très graves, voire mortelles, mais la décision de procéder à une intervention chirurgicale doit être envisagée très individuellement, car le traitement chirurgical de l’anévrisme (chirurgie) présente également un risque considérable pour le patient. Sur la base de nombreuses études, les scientifiques concluent que lorsque la taille de l’anévrisme est inférieure à 10 mm, la probabilité de rupture ne est pas grande et, dans ce cas, l’opération comporte un risque plus grand. Selon divers experts, la survenue de complications après la chirurgie est de 4 à 15% et le taux de mortalité de 0 à 7%.

Lorsque l'anévrisme de l'opération des vaisseaux cérébraux peut être de deux types:

1. Coupure de l'anévrisme avec craniotomie. Opération neurochirurgicale compliquée, son but est de désactiver l'anévrisme de la circulation sanguine générale. Dans le même temps, le flux sanguin dans le vaisseau sur lequel il se trouve n'est pas perturbé. Dans ce cas, le crâne est ouvert dans la projection souhaitée, il y a un vaisseau avec un anévrisme. Un clip est placé sur son cou. Il utilise un microscope spécial et une technique de microchirurgie.

2. Chirurgie endovasculaire. Dans ce cas, l'accès se fait par l'artère fémorale. Un cathéter est inséré dans celui-ci, un ballon ou une spirale est placé à l'extrémité de celui-ci, qui est effectué avant le vaisseau avec l'anévrisme sous contrôle CT. À ce stade, un cylindre ou une spirale est installé, ce qui vous permet d'éteindre le vaisseau endommagé de la circulation sanguine. Cela n'entraîne aucune conséquence sur l'apport sanguin au cerveau, puisque chaque partie du cerveau est alimentée par plusieurs sources. Ce type d'opération est jugé préférable car moins traumatisant.

Réhabilitation

Après le traitement de l'anévrisme, les patients nécessitent un traitement de rééducation. Ceux qui ont souffert d’une hémorragie ont besoin d’un traitement réparateur plus approfondi, plus durable et plus intensif des conséquences. Cela inclut la physiothérapie, les massages, la physiothérapie, la gymnastique de la parole, la stimulation électrique et d'autres méthodes.

Complications de l'anévrisme cérébral

anévrisme cérébral

Chacun des symptômes neurologiques peut être considéré comme une complication, car il perd toute fonction. Par exemple, la perte

peuvent être considérées comme des complications complètes. Cependant, ils sont causés par la présence de l'anévrisme lui-même, qui serre le tissu nerveux. L'anévrisme, à son tour, cache le danger d'autres complications. Le plus grave et le plus évident de ces problèmes est l’écart qui sera discuté séparément plus tard. D'autres complications sont moins fréquentes, mais elles constituent également un grave danger pour la santé et la vie des personnes.

En présence d'un anévrisme cérébral, les complications suivantes sont possibles:

Coma. Avec des anévrismes dans le cerveau, responsables des fonctions vitales, le patient peut sombrer dans le coma pendant une durée indéterminée. Il s'agit d'un état d'inconscience au cours duquel les processus de respiration, de battement de coeur, de contrôle de la température corporelle, etc., peuvent être perturbés Même avec des soins médicaux qualifiés, tous les patients ne sortent pas du coma. Dans la cavité de l'anévrisme, il y a souvent une turbulence du sang, qui contribue parfois à la formation de caillots sanguins. En règle générale, cela se produit dans les anévrismes de grande taille. Un thrombus peut se former sur le site de l’anévrisme, remplir sa cavité, ou se détacher et bloquer le vaisseau de plus petit diamètre. Dans les deux cas, il y a un arrêt complet du saignement dans un vaisseau particulier. Plus son diamètre est grand, plus les conséquences sont graves. En fait, dans une telle situation, la personne souffre d'un AVC ischémique. Actuellement, une assistance opportune peut sauver la vie du patient. Un caillot de sang peut être dissout avec des médicaments.La formation de malformation artério-veineuse (MAV). La MAV est un défaut de paroi dû à la connexion partielle de l'artère et de la veine. Comme la pression artérielle dans les artères est plus élevée, la pression y chute et une partie du sang artériel coule dans la veine. En conséquence, la pression dans la veine augmente et les parties du cerveau alimentées par cette artère commencent à souffrir d'un manque d'oxygène. Un renflement important du sac anévrismal et l’étirement de ses parois peuvent contribuer à la formation de MAV. Ses symptômes ressemblent aux symptômes d'un AVC ischémique (attaques ischémiques transitoires) ou aux symptômes de l'anévrisme lui-même. Le seul traitement efficace est la chirurgie, en raison des symptômes graves qui causent des anévrismes et des complications dangereuses, les médecins recommandent le retrait chirurgical des anévrismes le plus tôt possible.

Rupture d'anévrisme cérébral

L'anévrisme cérébral lui-même n'est le plus souvent accompagné d'aucun symptôme clinique. Un certain nombre de facteurs peuvent déclencher la rupture d'un anévrisme. Ceux-ci sont, par exemple, un stress psycho-émotionnel sévère, une activité physique excessive, une pression artérielle élevée, une intoxication alcoolique, des maladies infectieuses à température corporelle élevée. Avec une rupture menaçante, des symptômes non spécifiques sont possibles, ce qui s'explique par des micro-dommages de la paroi vasculaire et des fuites de sang dans les tissus cérébraux. Le plus souvent, cela aggrave considérablement l'état du patient. S'il est conscient de sa maladie (anévrisme), vous devez immédiatement appeler un médecin.

Une rupture d'anévrisme cérébral peut présenter les symptômes précurseurs suivants:

mal de tête sévère, sensation de bouffées de chaleur à la tête ou au visage, vision trouble, vision double (diplopie), perception des couleurs (le patient voit tout en rouge), troubles de la parole, acouphène croissant, douleur au visage, principalement dans les orbites, convulsions étourdissements, contractions musculaires involontaires dans les bras ou les jambes, mais il est très difficile pour de tels symptômes de poser un diagnostic correct dans les meilleurs délais. Il est très important de prêter attention à ces signes non spécifiques afin de pouvoir suspecter le problème à temps et d’augmenter les chances de succès.

L'écart lui-même dans la plupart des cas a un début aigu. Les symptômes dépendent en grande partie de la localisation de l'anévrisme rompu, du volume de sang qui s'est écoulé et de la vitesse à laquelle le sang pénètre dans les tissus environnants. Les hémorragies peuvent être de plusieurs types: dans le tissu cérébral (hémorragie parenchymateuse), dans les ventricules cérébraux ou dans l'espace sous-arachnoïdien (hémorragie sous-arachnoïdienne).

L'hémorragie en cas de rupture d'anévrisme elle-même peut être accompagnée des symptômes suivants:

Maux de tête brusques et soudains. De nombreux patients comparent cette douleur à un coup à la tête. Le syndrome douloureux prononcé peut être rapidement remplacé par une altération de la conscience, de la confusion au coma. L'augmentation du souffle (tachypnée) est supérieure à 20 mouvements respiratoires par minute pour un adulte. Au fur et à mesure de l'évolution de l'AVC hémorragique, les battements cardiaques rapides sont remplacés par la bradycardie (ralentir la fréquence cardiaque est inférieure à 60 battements par minute) Il est possible que des crises généralisées se développent. Un tel symptôme se développe dans 10 à 20% des cas. En général, la rupture de l'anévrisme des vaisseaux cérébraux est la complication la plus sévère et, malheureusement, très fréquente. La mortalité reste élevée même avec une hospitalisation rapide et la fourniture de soins médicaux qualifiés. À bien des égards, la possibilité de décès dépend de la localisation d'un anévrisme rompu. Il peut être situé dans des centres vitaux. Souvent, après avoir subi un AVC hémorragique, les patients perdent un certain nombre de compétences (parole, mouvement, perception auditive, etc.). Parfois, elles peuvent être restaurées en cours de rééducation, mais ces blessures sont souvent irréversibles.

Diagnostic de l'anévrisme cérébral

Le diagnostic de l'anévrisme cérébral est une tâche très difficile. Souvent, pour identifier cette pathologie, le patient doit rendre visite à divers spécialistes, jusqu'à ce que quelqu'un soupçonne la présence d'un défaut dans le vaisseau. Cela s'explique par le fait que les anévrismes du système nerveux central (SNC) peuvent produire une variété de symptômes qui ressemblent à d'autres pathologies. Par exemple, les maux de tête peuvent être le résultat d'intoxications, d'hypertension et de centaines d'autres maladies. En outre, tous les patients ne présentent aucune manifestation d'anévrisme.

Les symptômes suivants parlent très éloquemment de la présence de problèmes dans le système nerveux central:

syndrome convulsif; déficience auditive; déficience visuelle; déficience olfactive; perte de sensibilité cutanée; paralysie; troubles de la coordination motrice; hallucinations; troubles de la parole ou de l’écriture, etc. Un certain nombre de procédures de diagnostic standard permettent de détecter un anévrisme cérébral. Lors de la première étape, un examen physique du patient est effectué. Après cela, si un anévrisme est suspecté, des méthodes de diagnostic permettant de visualiser (rendre visible, détecter) le défaut vasculaire sont attribuées.

Examen physique du patient

L'examen physique s'appelle des procédures qui impliquent la mise en place par le médecin d'un examen neurologique général et spécialisé. Cela révèle les signes de la maladie qui ne pouvaient pas être remarqués par le patient. Lors de l'examen physique, il est presque impossible de confirmer le diagnostic d'anévrisme. Cependant, un médecin expérimenté peut suspecter cette pathologie et prescrire des études plus spécifiques.

L'examen physique comprend les procédures suivantes:

Palpation. La palpation est une méthode d’examen physique au cours de laquelle le médecin, en exerçant des pressions sur différentes zones du corps, détermine les phoques atypiques, forme des sondes sur la peau, etc. On ne peut obtenir que peu d’informations sur l’anévrisme des vaisseaux sanguins dans le cerveau. d'autres maladies concomitantes peuvent être identifiées. La palpation aide à déterminer l'état de la peau, ce qui est une information particulièrement importante, car de nombreuses maladies systémiques du tissu conjonctif se manifestent sur la peau. La percussion consiste à puiser dans différentes parties du corps afin d'identifier les zones de résonance acoustique élevée ou faible. Pour les patients présentant un anévrisme cérébral, ce type d'examen est peu utilisé, mais il est utile pour identifier des pathologies concomitantes des poumons et du cœur. L'auscultation fait référence à un examen physique, qui consiste à écouter un médecin avec un stetofonendoskop différent du bruit du corps. Une personne présentant un anévrisme vasculaire cérébral peut détecter la présence de bruits anormaux dans l'aorte, le cœur (apparaissant en liaison avec une endocardite bactérienne et une coarctation aortique), des artères carotides. La pression artérielle est mesurée quotidiennement chez les patients présentant un anévrisme. Cela aide à identifier l'état général du corps à un moment donné (une pression faible peut être le résultat d'une hémorragie massive, d'une lésion du centre vasomoteur dans le cerveau). À l’aide du contrôle de la pression, il est parfois possible de prévenir la rupture d’anévrysme de manière opportune. Examen neurologique. Le moyen le plus efficace d’examiner un patient présentant un anévrisme des vaisseaux cérébraux est considéré comme un examen neurologique. Dans ce cas, le médecin détermine l’état des réflexes tendineux-musculaires et cutanés, révèle la présence de réflexes pathologiques (apparaissant à la suite de maladies et de lésions du système nerveux central). De plus, le médecin vérifie l'activité motrice et détermine la sensibilité ou son déficit. Vous pouvez également vérifier les symptômes méningés - signes d'irritation de la muqueuse du cerveau. Mais il convient de garder à l'esprit que les données obtenues lors d'un examen physique ne constituent pas une confirmation du diagnostic. Les malformations artérioveineuses, les néoplasmes ou les attaques ischémiques transitoires peuvent produire un tableau clinique similaire.

TDM et IRM pour anévrisme cérébral

La tomodensitométrie (TDM) et l’imagerie par résonance magnétique (IRM) sont actuellement les moyens les plus efficaces de détecter les défauts structurels. À l'aide d'ondes de rayons X ou d'un champ électromagnétique puissant, ils vous permettent d'obtenir une image haute définition, capable de détecter l'anévrisme.

Lors de la tomodensitométrie, la patiente reçoit une certaine dose de rayonnement. Cette méthode n’est donc pas utilisée pendant la grossesse, ni chez les jeunes enfants, ni chez les patients atteints de maladies du sang ou de tumeurs. Plus le dispositif pour la TDM est récent, plus la dose reçue par le patient est faible et plus la procédure est sûre. Pour un adulte, de petites doses ne sont pas dangereuses. Dans le cas de l'IRM, une telle exposition n'existe pas et il n'y a aucun risque d'exposition. Cependant, l'IRM n'est pas réalisée sur des patients porteurs de stimulateurs cardiaques, d'implants métalliques et d'autres types de prothèses électroniques, car un puissant champ magnétique chauffe et attire les fragments métalliques.

En utilisant la TDM et l’IRM, vous pouvez obtenir les informations suivantes sur l’anévrisme cérébral:

la taille de l'anévrisme, sa localisation, le nombre d'anévrismes, la formation de caillots sanguins, le degré de compression du tissu nerveux voisin, la vitesse du flux sanguin dans le vaisseau (en IRM dans certains modes) Il convient de noter que ces procédures de diagnostic sont assez coûteuses et que toutes les cliniques ne disposent pas du matériel nécessaire. À cet égard, le scanner et l'IRM sont prescrits avant la chirurgie, pour évaluer le risque de rupture et pour d'autres indications graves.

Rayon X avec anévrisme cérébral

La radiographie est la méthode de diagnostic de routine la plus courante disponible pour chaque patient. Le moyen le plus efficace de réaliser la soi-disant angiographie. Dans cette procédure, une certaine quantité de produit de contraste est injectée dans l'artère du patient, ce qui souligne les contours du vaisseau sur la photo. Ainsi, après avoir pris un instantané, il sera facile de détecter le renflement du mur.

La précision de la radiographie (même en utilisant le contraste) est généralement inférieure à celle obtenue avec la tomodensitométrie et l'IRM. Elle est réalisée dans les premières étapes afin de déterminer si le patient présente un anévrisme ou est impliqué dans d'autres troubles (tumeurs, blessures, etc.). Avec cette procédure, le patient reçoit également une certaine quantité de radiations, mais celles-ci sont très petites et ne causent pas de préjudice grave. Si l’état du patient suscite des craintes et si aucune méthode de recherche plus sûre n’est disponible, il arrive même que les contre-indications soient négligées (prenez des photos pour les enfants et les femmes enceintes).

Lors de l'utilisation d'un agent de contraste doit également être considéré avec le fonctionnement des reins. S'il existe des maladies chroniques (par exemple, un anévrisme sur fond de maladies rhumatismales ou avec une maladie rénale polykystique concomitante), alors l'angiographie est très dangereuse. Le corps ne peut pas éliminer complètement le produit de contraste du sang, à cause duquel l'état du patient se détériorera considérablement.

Électroencéphalographie (EEG) avec anévrisme cérébral

Cette méthode de recherche est fonctionnelle. Il ne peut pas détecter la présence d'un anévrisme ou donner des informations spécifiques à ce sujet. Cependant, une EEG est souvent réalisée chez ces patients afin de déterminer l'activité cérébrale. Cela aidera, par exemple, à éliminer l'épilepsie en tant que cause possible de convulsions.

Cette procédure est totalement indolore et sans danger pour le patient. Des capteurs électromagnétiques spéciaux enregistrent l'activité du tissu cérébral sur la tête du patient. Cette activité est enregistrée, similaire à l'enregistrement lorsqu'un électrocardiogramme est retiré. Un spécialiste expérimenté basé sur cette étude peut tirer des conclusions utiles sur la mesure dans laquelle des parties particulières du cerveau sont touchées. Parfois, cette information est utile pour décider d’une opération.

Traitement de l'anévrisme cérébral

Le traitement de l'anévrisme cérébral a plusieurs directions. La principale option, que les médecins considèrent, d’une manière ou d’une autre, est une intervention chirurgicale. Il vise à éliminer le problème lui-même (sac anévrysmal) et à rétablir la force normale de la paroi vasculaire. Cela élimine pratiquement la possibilité de saignement ou de re-formation de l'anévrisme à cet endroit.

Un autre domaine important est la prévention de la rupture anévrysmale. Pour ce faire, les médecins prescrivent une variété de médicaments conçus pour agir sur les causes de la formation de l'anévrisme. Ils affectent également des facteurs indésirables pouvant provoquer une rupture et un saignement. Dans chaque cas, la liste de ces médicaments sera individualisée, les patients étant exposés à divers facteurs.

Les médicaments suivants peuvent être utilisés pour le traitement médical des patients présentant un anévrisme cérébral:

Nimodipine La dose standard est de 30 mg 4 fois par jour, mais elle peut varier d’un cas à l’autre. Le médicament empêche les spasmes des artères du cerveau et empêche l'augmentation de la pression. Ainsi, la prévention de la rupture d'anévrisme est réalisée. En outre, la dilatation des vaisseaux sanguins améliore l'apport d'oxygène au tissu nerveux, ce qui atténue certains des symptômes. 15 à 20 mg par voie intraveineuse pour 1 kg de poids corporel. Le médicament agit sur le tissu nerveux en stabilisant la conduction de l'influx nerveux. Cela peut atténuer de nombreux symptômes tels que vomissements, nausées, maux de tête, crampes, etc. Captopril, labétalol. Ces médicaments sont très courants pour lutter contre l'hypertension. La dose est ajustée individuellement en fonction des indicateurs de pression artérielle. Leur action détend les parois des artères du corps, réduisant ainsi la pression. En conséquence, la paroi de l'anévrisme n'est pas tellement étirée et diminue le risque de rupture. Assigné à 25 mg par jour, mais la dose peut être augmentée si nécessaire. Le principal effet du médicament est de réduire l’activité du centre de vomissement dans le cerveau. Il est utilisé par voie intraveineuse dans de rares cas avec une douleur intense. Son rendez-vous n'est possible que dans un hôpital en raison d'un éventuel arrêt respiratoire. La posologie est choisie par le médecin individuellement, en fonction de l'état du patient et, dans certains cas, d'autres médicaments ayant le même effet thérapeutique peuvent être utilisés. Cela dépend du rendez-vous avec quels symptômes apparaissent exactement chez le patient. En principe, presque tous peuvent être éliminés avec des médicaments. De telles tactiques sont utilisées jusqu'à ce qu'une décision finale sur l'opération soit prise. L'autotraitement de ces symptômes peut ne pas avoir l'effet escompté et être simplement dangereux. Par exemple, certains médicaments antiémétiques agissent uniquement sur les organes du tube digestif, ils ne pourront donc pas éliminer les vomissements provoqués par la compression du tissu cérébral. Parallèlement, ces médicaments présentent un certain nombre de contre-indications et d'effets secondaires qui ne feront qu'aggraver l'état du patient.

Premiers secours en cas de rupture d'anévrisme cérébral

Tous les patients chez qui on soupçonne une rupture d'anévrisme cérébral doivent être hospitalisés d'urgence. Cependant, lorsque les symptômes spécifiques mentionnés ci-dessus sont mentionnés, les premiers secours doivent être donnés immédiatement. Si aucune assistance médicale n'est fournie dans les premières heures du début de la maladie, le risque de décès est très élevé.

Les principales activités d’assistance avant l’arrivée des médecins sont:

Placez le patient en position horizontale avec une tête haute. Cette situation améliore naturellement le flux veineux et réduit le risque d'œdème cérébral.Assurez-vous que l'air frais et les vêtements qui se contractent au cou, tels que cravates, écharpes, etc., sont ainsi libérés. Ceci améliorera la circulation cérébrale et retardera la mort des cellules nerveuses.Si vous perdez connaissance, voies respiratoires. Dans ce cas, les prothèses amovibles sont retirées de la bouche, la tête est tournée sur le côté pour empêcher les vomissements de pénétrer dans les voies respiratoires. Un rhume doit être appliqué sur la tête (blister de glace ou objets gelés). De telles manipulations peuvent réduire le risque d'œdème cérébral, limiter le nombre d'hémorragies. Le froid ralentit le flux sanguin et favorise la coagulation plus rapide du sang. Ainsi, les dommages irréversibles sont retardés et, dans la mesure du possible, vous devez surveiller en permanence votre pression artérielle, votre rythme cardiaque et votre respiration jusqu'à l'arrivée de l'équipe d'ambulance. Au début de l’arrêt respiratoire, les médecins qui ont pris place continueront à prendre des mesures de réanimation, mais leur efficacité dans la pratique n’est pas aussi grande et n’exclut pas une issue fatale. Dans certains cas, la rupture de l'anévrisme entraîne la mort du patient dans les premières minutes, de sorte que rien ne peut être fait. Cependant, il n’est pas possible de l’installer sur site sans équipement spécial, il est donc nécessaire de continuer à se battre pour la vie du patient jusqu’à l’arrivée des spécialistes.

Chirurgie pour anévrisme cérébral

L'intervention chirurgicale est actuellement la plus efficace dans le traitement de l'anévrisme cérébral, malgré la présence de divers schémas thérapeutiques. Seule une opération peut garantir les meilleurs résultats et un pronostic favorable. Le traitement chirurgical est obligatoire si la taille de l'anévrisme dépasse 7 mm. Pour les patients présentant des anévrismes rompus, l'opération doit être réalisée le plus tôt possible car le risque d'une nouvelle rupture de l'anévrisme (en cas d'arrêt spontané du saignement) et de saignement est plus élevé les premiers jours. Pour les patients présentant un anévrisme non explosé, le moment de l'opération joue un rôle moins important, car le risque de rupture est plusieurs fois inférieur.

Il existe les méthodes chirurgicales suivantes de traitement de l'anévrisme cérébral:

microchirurgie ouverte (chirurgie directe), chirurgie endovasculaire, méthode combinée Le choix de la méthode d'intervention est une question très complexe qui nécessite une approche intégrée. Chaque fois que la méthode de traitement est choisie individuellement, en fonction des résultats obtenus au stade du diagnostic.

Le choix du chirurgien d’une méthode d’intervention particulière est influencé par les facteurs suivants:

localisation de l'anévrisme, présence ou non de sa rupture, état du patient, présence de complications, risques, délai après une hémorragie (si c'était le cas).

Chirurgie ouverte (clipping) pour anévrisme cérébral

La méthode la plus courante de chirurgie ouverte est la coupure. La coupure d'anévrisme est considérée comme une norme dans le traitement de l'anévrisme cérébral. L’accès à l’anévrisme est transcrânien (c’est-à-dire qu’une craniotomie est réalisée). Une telle opération peut durer plusieurs heures, elle comporte un risque grave pour la santé. Cependant, c’est cette méthode qui offre aux médecins le meilleur accès à l’anévrisme.

L'opération se déroule en plusieurs étapes:

trépanation du crâne dans la projection de l'emplacement de l'anévrisme; dissection de la dure-mère; recherche et séparation de l'anévrisme des tissus sains; application de pinces dans la région du cou ou du corps réduire la taille du sac anévrismal ou du cou puis appliquer des clips. Cette méthode vous permet d'éteindre l'anévrisme de la circulation avec un minimum de dommages aux nerfs et au tissu cérébral.

L'opération est réalisée à l'aide d'un microscope opératoire et d'autres équipements de microchirurgie. L'efficacité de la coupure en tant que méthode de traitement chirurgical d'un anévrisme en le désactivant de la circulation sanguine est très élevée.

L'enveloppe est également appelée méthode chirurgicale directe (à l'aide d'une gaze chirurgicale spéciale ou d'un morceau de muscle), qui renforce les parois du vaisseau de manière à ce qu'elle puisse supporter une pression artérielle élevée et empêcher sa rupture.

Chirurgie endovasculaire pour anévrisme cérébral

La chirurgie endovasculaire est une intervention chirurgicale pratiquée sur des vaisseaux sanguins sans incision par une ponction percutanée avec une aiguille. Cette technique vous permet également d'exclure un anévrisme de la circulation. La méthode implique la ponction percutanée de la carotide commune, de l'artère carotide interne ou de l'artère fémorale sous le contrôle d'un appareil à rayons X ou sous le contrôle de la tomodensitométrie. À travers une aiguille, un cathéter est inséré dans le vaisseau, à la fin duquel se trouve un ballon qui ferme la lumière et éteint l'anévrisme du flux sanguin. Au lieu d’un cathéter à ballonnet, on peut également utiliser des micro-spirales spéciales, considérées comme plus modernes et plus efficaces.

Une méthode comme l’embolisation de l’anévrisme s’applique également aux interventions endovasculaires. L’essence de l’embolisation des anévrismes consiste en l’injection de substances spéciales dans le vaisseau affecté, ce qui durcit et conduit à l’arrêt du remplissage sanguin de l’anévrisme. L'opération est réalisée sous contrôle des rayons X avec l'introduction d'un agent de contraste.

Dans les conditions modernes, on recourt plus souvent aux méthodes endovasculaires, ces dernières présentant certaines caractéristiques:

sont plus bénignes, ne nécessitent pas d'anesthésie générale dans la plupart des cas, ne nécessitent pas de libre accès, raccourcissent la période d'hospitalisation, dans certains cas difficiles, c'est la seule méthode appropriée (avec mise en place profonde de l'anévrisme).

Méthode combinée pour les anévrismes cérébraux

La méthode combinée comprend une combinaison de méthode chirurgicale directe et de méthodes endovasculaires. Coupure la plus couramment utilisée avec thrombus endovasculaire, occlusion temporaire avec un ballon avec coupure supplémentaire, etc.

Comme pour toute intervention chirurgicale, le traitement de l'anévrisme cérébral peut entraîner des complications peropératoires ou postopératoires.

Les complications possibles de tout type de chirurgie sur le cerveau incluent:

hypoxie; spasme vasculaire; perforation (rupture) de la paroi de l'anévrisme avec un ballonnet ou un microspiral; rupture d'un anévrisme au cours d'une intervention chirurgicale; embolie (occlusion) de vaisseaux situés à distance (un peu plus loin) de l'anévrisme, formation de caillots sanguins, décès.

Quelles pourraient être les conséquences d'une chirurgie d'anévrisme cérébral?

Les conséquences d'une intervention chirurgicale pour retirer un anévrisme des vaisseaux cérébraux dépendent de la méthode d'intervention chirurgicale. Si l'ablation de l'anévrisme a été réalisée en effectuant une trépanation du crâne, des complications postopératoires peuvent survenir assez souvent. Tout d'abord, il est associé à une circulation sanguine normale altérée, à une irritation des méninges, à un œdème au site de la craniotomie. Le patient peut souffrir de maux de tête et d’acouphènes pendant longtemps. L'apparition d'autres symptômes dépend du lieu spécifique de l'intervention - une déficience temporaire de l'audition, de la vision, de l'équilibre, etc. Parallèlement, ces symptômes peuvent ne pas se présenter avant la chirurgie. Ils apparaissent rarement assez et sont généralement temporaires.

En l'absence d'intervention endovasculaire, il n'y a pas de dissection tissulaire à grande échelle ni de trépanation du crâne. Cela réduit considérablement le risque de complications ou d'effets indésirables pendant la période postopératoire. Il existe un risque de formation de caillots sanguins ou de lésion de la paroi vasculaire. Mais ces complications sont généralement associées à des erreurs médicales spécifiques ou à des difficultés survenant au cours de l'opération.

Afin d'éviter toute conséquence grave après une opération d'élimination d'anévrisme, les règles suivantes doivent être suivies:

après une opération à ciel ouvert, la tête n'est pas lavée pendant au moins 2 semaines (sur instruction du médecin, etc.); abstenez-vous de tout sport de contact ou de sport avec un ballon afin d'éliminer le risque de coups à la tête (environ un an); alimentation (excluez les aliments épicés, ne pas trop manger) exclure l’alcool) pour éviter les saignements et l’enflure du cerveau; cesser de fumer; ne pas aller au bain ou au sauna pendant au moins six mois.Selon les raisons de la formation de l’anévrisme, il peut exister une autre ordonnance. Par exemple, dans l'hypercholestérolémie, qui cause des lésions vasculaires à l'athérosclérose, une restriction en graisses animales est ajoutée au régime alimentaire. Des visites régulières chez le médecin au cours de la période postopératoire minimisent le risque de complications ou de conséquences désagréables. Les cheveux rasés pour la craniotomie se développent généralement. Il ne reste qu'une petite cicatrice arquée, qui peut être visible si les cheveux sont courts.

Traitement des remèdes populaires d'anévrisme cérébral

Étant donné que l'anévrisme est un défaut structurel plutôt qu'une déficience fonctionnelle, il est presque impossible de le guérir avec des médicaments. Les moyens de la médecine traditionnelle dans ce cas sont également impuissants. Les plantes médicinales peuvent avoir des effets différents sur les processus fonctionnels du corps humain, mais le renflement de la paroi vasculaire ne peut être éliminé qu’à l’aide d’une opération.

Cependant, les remèdes populaires peuvent parfois être utilisés pour réduire un certain nombre de symptômes, ainsi que pour prévenir la rupture d'un anévrisme. Les plus efficaces dans ce cas seront les perfusions sédatives et les recettes permettant d’abaisser la tension artérielle. Leur utilisation appropriée améliorera la circulation sanguine dans les vaisseaux cérébraux sans augmenter la pression artérielle. Ainsi, les cellules du tissu nerveux souffriront moins de manque d’oxygène et le risque de complications diminuera.

Les patients présentant un anévrisme des vaisseaux cérébraux avec l'autorisation d'un médecin peuvent utiliser les remèdes populaires suivants:

Jus de citron et d'orange. Mélangez les jus fraîchement pressés dans des proportions égales et ajoutez-leur une quantité égale d'eau tiède bouillie. Buvez chaque jour une demi-tasse de ce mélange à jeun. On pense que cet outil renforce les parois des vaisseaux sanguins et prévient l'athérosclérose.Lait de chèvre à l'ail. Un demi-verre de lait tiède nécessite une demi-cuillère à thé de purée de gruau à l'ail. Buvez tous les jours avant le petit déjeuner. Cela réduit le risque de formation de caillots sanguins et ralentit le dépôt de cholestérol. Le jus de kaki avec pulpe se boit une demi-tasse par jour si le patient, accompagné d'un anévrisme, craint une augmentation périodique de la pression, à savoir de la farine de maïs. Dans un grand verre d'eau bouillie, versez une cuillère à soupe de farine de maïs (pas de flocons!). Il est recouvert d'une soucoupe et laisse infuser pendant la nuit. Au petit-déjeuner, ils boivent de l'eau sans remuer les sédiments. L'outil est efficace pour augmenter occasionnellement la pression. Les baies séchées (4 c. À thé) versez 200 ml d’eau bouillante et infusez au moins 8 heures dans un endroit sombre. Après cela, boire une infusion. Il renforce les parois des vaisseaux sanguins, réduit le risque de rupture de l'anévrisme.Il existe d'autres remèdes populaires utilisés à des fins prophylactiques. Il convient de rappeler qu’avant de commencer tout traitement, même le plus anodin au premier abord, il est nécessaire de consulter votre médecin. Cela s'explique par le fait que le patient ne connaît pas toujours les raisons qui ont provoqué la formation de l'anévrisme, et que l'anévrisme lui-même peut causer une variété de troubles dans le corps. Seul un spécialiste compétent peut prendre en compte tous les facteurs affectant la santé du patient.

Quel est le pronostic de l'anévrisme cérébral?

Le pronostic de l'anévrisme cérébral dépend d'un certain nombre de facteurs. Ils se trouvent dans le processus d’examen diagnostique et sont utilisés dans le choix des tactiques de traitement. En général, on peut dire que les anévrismes inopérables ont toujours un mauvais pronostic. Si un anévrisme ne peut être opéré du tout (en raison de son emplacement ou de la présence de maladies concomitantes graves), il augmente généralement progressivement, les symptômes augmentent et l’état du patient s’aggrave jusqu’à la rupture. Ce sont souvent ces anévrismes qui, tôt ou tard, font mourir le patient.

Cependant, il existe des cas où les anévrismes n’ont pas augmenté et n’ont causé aucun trouble à une personne tout au long de sa vie, alors qu’il mourait d’autres maladies. Il arrive parfois que de petits anévrismes (surtout congénitaux) disparaissent progressivement. Cependant, la probabilité de leur réapparition est élevée.

En général, les facteurs suivants affectent le pronostic de l'anévrisme aortique:

Les anévrismes simples ont généralement un meilleur pronostic que plusieurs, les petits anévrismes ne provoquant généralement pas de symptômes graves tels qu'un risque de rupture important et moindre, l'emplacement de l'anévrisme détermine la gravité des symptômes et la complexité (ou la possibilité) du traitement chirurgical; dans les maladies congénitales des tissus conjonctifs le pronostic des anévrismes est généralement pire, car ces maladies sont incurables et la cause de l'apparition de l'anévrisme ne peut pas être éliminée; des maladies concomitantes (du cœur, du système respiratoire, des reins, du foie, etc.) peuvent rendre l'impossibilité Le traitement chirurgical buccal et l’aggravation grave du pronostic du patient (les jeunes patients tolèrent généralement mieux la chirurgie et le pronostic; le respect du traitement prescrit permet de réduire le risque de complications et d’améliorer le pronostic pour tout patient. Il n’est pas ambigu de dire si une rupture anévrismale se produit ou non Une prévision exacte concernant l'efficacité du traitement n'est actuellement disponible pour aucun spécialiste. Trop de facteurs influent sur l'évolution de la maladie et il n'est pas possible de tous les prendre en compte. Cependant, les médecins tentent de retirer l'anévrisme le plus tôt possible, car les risques postopératoires sont toujours inférieurs au risque lié à la présence d'un anévrisme non ouvert des vaisseaux cérébraux. Ainsi, pour presque tous les patients, l'opération améliore le pronostic.

Prévention de la formation d'anévrisme cérébral

Toutes les mesures préventives pour cette maladie peuvent théoriquement être divisées en deux groupes - la prévention de la formation des anévrismes et la prévention de leur rupture. En pratique, cependant, ces mesures coïncident généralement, car les facteurs qui influent sur ces processus coïncident. Le premier facteur à prendre en compte est la prédisposition héréditaire au développement d'un anévrisme cérébral. Si un patient a des parents de sang atteints d'un anévrisme ou ceux qui sont décédés des suites d'un accident vasculaire cérébral, il devrait être particulièrement prudent. Il est caractéristique que l'anévrisme ne se manifeste pratiquement pas aux stades précoces; par conséquent, une personne qui observe au moins certains symptômes d'anévrisme en elle-même doit être examinée périodiquement par un spécialiste. La meilleure prévention est le diagnostic opportun de la maladie et l'examen à l'aide d'une IRM, d'une tomodensitométrie cérébrale, d'une angiographie, etc. Dans le cas contraire, une personne devrait essayer de respecter un certain mode de vie.

Les mesures préventives les plus importantes sont:

Contrôle de la pression artérielle. Les patients sujets à l'hypertension devraient prendre des médicaments réduisant la pression artérielle. En cas d'anévrisme, il doit être surveillé en permanence. Refus de fumer et consommation d'alcool. Le tabagisme et l'alcool stimulent la contraction vasculaire et modifient le flux sanguin par le biais de divers mécanismes. Cela peut augmenter temporairement la pression dans les vaisseaux. De plus, fumer affaiblit les murs. Les personnes qui arrêtent de fumer et prennent de l'alcool réduisent le risque de développer un anévrisme. Pour les patients présentant un anévrisme, ces mesures sont obligatoires car elles peuvent casser à tout moment. Il est recommandé de manger des légumes et des fruits, ainsi que de limiter la consommation d'aliments frits et gras. La consommation régulière de vitamines dans l'organisme normalise les processus métaboliques, réduit le risque d'athérosclérose et d'hypertension. Contrôle du taux de cholestérol. Si vous détectez un taux élevé de cholestérol, vous devez prendre des médicaments spéciaux. Ils sont nommés par le médecin après avoir examiné le patient. Il est également recommandé de répéter régulièrement les tests sanguins pour le cholestérol. Cela réduira le risque de formation d'anévrysme. Un contexte émotionnel favorable. Il est conseillé aux patients d'éviter les situations stressantes graves causées par le surmenage, des sentiments intenses, du ressentiment ou des doutes. Le stress peut augmenter considérablement la pression, entraînant la rupture d'un anévrisme existant. Le stress chronique chez une personne en bonne santé peut mener à son éducation graduelle. Les patients présentant un anévrisme détecté sont tout simplement dangereux de soulever des poids, de monter rapidement des escaliers ou même de courir vite. Tout effort physique augmente inévitablement la pression (en raison de l'augmentation du rythme cardiaque), ce qui crée un risque d'accident vasculaire cérébral. Malgré toutes les méthodes susmentionnées, la prévention la plus efficace et la plus fiable des accidents vasculaires cérébraux hémorragiques pour anévrisme cérébral est une intervention chirurgicale rapide. Il convient également de noter qu’une personne présentant un anévrisme des vaisseaux cérébraux est strictement interdite de se soigner elle-même. Certains médicaments, s'ils sont utilisés de manière inappropriée ou déraisonnable, provoquent la rupture d'un anévrisme. Avant de prendre tout médicament (y compris l'aspirine ordinaire, qui réduit la viscosité du sang et augmente le risque de saignement), vous devriez consulter un médecin.

Rééducation après anévrisme cérébral

L'anévrisme cérébral lui-même, en règle générale, ne nécessite aucune mesure de rééducation. Ils ne sont discutés qu'en cas de complications. Comme indiqué ci-dessus, après un AVC hémorragique, diverses fonctions sont souvent perdues. Un cours de rééducation est nécessaire pour leur récupération. La décision de commencer la rééducation doit toujours être prise avec votre médecin, qui connaît bien l’histoire de la maladie. Une rééducation peut parfois être nécessaire même après une intervention chirurgicale pour retirer l'anévrisme. Certaines complications postopératoires ressemblent à celles d'un accident vasculaire cérébral.

Pour les patients après un AVC ou une chirurgie, les domaines de rééducation suivants seront utiles:

Traitement par position. La méthode est utilisée pour la paralysie dans les premiers stades de la rééducation. Les membres aux muscles contractés sont étendus de manière à les soulager de la charge et à améliorer le métabolisme. Donc, la paralysie va plus vite. Habituellement, les membres sont placés pendant 1 à 2 heures dans des attelles spéciales fixant leur position. Massage thérapeutique. Il peut être utilisé pour des problèmes neurologiques (massage du cou et du collet) afin d'améliorer le flux sanguin vers le cerveau par les artères vertébrales. Ils font également un massage relaxant des membres en cas de paralysie. Comprend des applications d’argile chaude ou d’ozokérite, qui aident à améliorer le métabolisme et à détendre les muscles, ainsi que d’autres déficiences fonctionnelles telles que l’acupuncture, la magnétothérapie, la thérapie par courant électrique ou l’électrophorèse avec préparations relaxantes. Les troubles de la parole ou de l'audition nécessitent des contacts sociaux constants. Dans ce cas, il est important de communiquer activement avec le patient, malgré ses problèmes et ses difficultés. Les médecins communiquent généralement les bonnes tactiques à la famille et aux amis du patient. Si nécessaire, des orthophonistes sont impliqués. Les violations de la perception sociale et les problèmes cognitifs nécessitent une consultation avec un psychologue.

Il convient de rappeler que la rééducation ne commence en aucun cas immédiatement après un accident vasculaire cérébral ou une opération. Il faut généralement plusieurs semaines pour commencer. Commencez la procédure avec l'autorisation du médecin traitant. Tout exercice commence progressivement. Par exemple, sur les muscles spasmodiques, ne donnez jamais de charge (mouvements actifs) jusqu'à ce qu'ils commencent à récupérer. La réadaptation dans de tels cas peut prendre des mois, voire des années. Habituellement, le travail acharné donne un résultat positif.

Une invalidité entraîne-t-elle un anévrisme cérébral?

L'invalidité est déterminée après un examen socio-médical à l'aide d'une évaluation approfondie de l'état de la santé humaine, en utilisant les critères approuvés par le ministère de la Santé et du Développement social. Dans chaque État, ces critères peuvent légèrement différer, mais ils sont en général similaires.

Les conditions suivantes sont nécessaires pour l’affectation d’un groupe de personnes handicapées:

problèmes de santé qui entraînent des troubles fonctionnels permanents liés à la présence de maladies, blessures ou défauts, restrictions de la vie (incapacité partielle ou totale d'une personne de se déplacer, d'apprendre, de travailler, mais aussi de communiquer, de contrôler son propre comportement); nécessité de l'assistance sociale, réadaptation Toutes ces conditions doivent durer longtemps, généralement pas moins d’un an. Dans ces cas, une personne est reconnue comme invalide temporaire (ou permanente) et peut s'attendre à recevoir un groupe de personnes handicapées.

Il existe 3 groupes d'incapacités caractérisés par les symptômes suivants:

І groupe. Le premier groupe d'invalidité comprend les personnes présentant le degré le plus élevé de déficience fonctionnelle du corps (mouvements, entraînement, communication, contrôle du comportement, etc.). Personnes handicapées І Les groupes ont besoin d'une supervision et d'une aide constantes. Groupe. Le deuxième groupe comprend les personnes souffrant de troubles fonctionnels mineurs du corps dus à des maladies (paralysie, défauts du crâne, etc.) ou à des blessures entraînant une faible capacité de travail de la personne. Groupe III. Les personnes du troisième groupe d'incapacités présentent des troubles fonctionnels du corps de gravité modérée (désorientation, surdité, paralysie, etc.). Ces violations sont dues à des maladies, à des lésions congénitales ou à des défauts. Ces personnes handicapées peuvent se soigner elles-mêmes sans avoir besoin de soins et d'assistance extérieurs.L'anévrisme des vaisseaux sanguins dans le cerveau conduit très souvent à une invalidité grave. Pour évaluer leur aptitude au travail, les experts tiennent compte du type d'anévrisme, de son emplacement, de sa nature, de sa présence et de la fréquence des crises d'épilepsie, des troubles mentaux, des caractéristiques de l'hémodynamique cérébrale (circulation sanguine) et de l'efficacité des interventions médicales. Également pris en compte les caractéristiques sociales du patient - son occupation et ses conditions de travail. Transférer un patient dans un groupe d'incapacité aide à éviter l'aggravation de l'anévrisme et à rétablir ultérieurement la capacité de travail.

La formation professionnelle, la reconversion professionnelle, la sélection et l’orientation professionnelle constituent une réinsertion sociale ainsi que la réadaptation professionnelle des patients atteints d’anévrisme cérébral.

ATTENTION! Les informations sur notre site Web sont des références ou populaires et sont fournies à un large cercle de lecteurs pour discussion. La prescription de médicaments ne doit être effectuée que par un spécialiste qualifié, en fonction des antécédents médicaux et des résultats du diagnostic.

Une maladie rare, mais dangereuse, dont on discutera avec diagnostic tardif, est associée à un risque élevé d'invalidité et de décès. L'anévrisme des vaisseaux cérébraux est une pathologie dans laquelle un ou plusieurs vaisseaux sanguins à l'intérieur du crâne sont endommagés, ce qui menace de se rompre et de saigner.

Anévrisme des vaisseaux cérébraux - causes

Cette maladie se développe à tout âge mais, dans la plupart des cas, elle est détectée chez des patients âgés de 35 à 60 ans. Dans le même temps, les experts notent une incidence plus élevée chez les femmes. Un anévrisme des vaisseaux cérébraux est formé à la suite d'une violation de la structure en trois couches de la paroi vasculaire, dans laquelle, à la suite de la perte d'élasticité des fibres musculaires des coques moyenne et externe, de leur amincissement et de leur étirement, une saillie de la couche interne est formée.

Les conditions préalables à la formation d'anévrismes peuvent servir de modifications vasculaires congénitales, ainsi que de déformations acquises. Les facteurs du premier type (congénitaux) comprennent, par exemple, les malformations artério-veineuses - la tortuosité pathologique des artères avec certaines modifications de la structure anatomique de la paroi vasculaire elle-même. L'anévrisme cérébral acquis peut être associé aux causes principales suivantes:

blessures à la tête fermées; l'hypertension; coarctation de l'aorte; lésions infectieuses du tissu cérébral; exposition aux radiations; kystes et tumeurs à l'intérieur de la tête.

La plupart des scientifiques s'accordent pour dire que plusieurs raisons jouent simultanément un rôle dans le développement de la pathologie. En outre, les facteurs défavorables suivants peuvent augmenter le risque de perte de résistance mécanique et d'élasticité des vaisseaux, contribuant à la formation d'un anévrisme:

l'obésité; prendre des contraceptifs hormonaux; abus d'alcool; tabagisme.

Anévrisme cérébral - symptômes

Selon la taille, les symptômes de l'anévrisme cérébral peuvent être prononcés ou ne pas être remarqués par le patient. Le tableau clinique est causé par la compression des sites anatomiques situés à côté du bulbe vasculaire et par la dégradation de l'influx nerveux, en fonction de la localisation. Les principales manifestations cliniques sont souvent:

La douleur à la tête - caractérisée par une durée et une intensité différentes, survient souvent de manière paroxystique (dans certains cas, une augmentation de la pression est liée). La localisation de la douleur dépend de la zone touchée. Dans ce cas, si le foyer est profond, la douleur est moins intense et, au contraire, les défauts superficiels provoquent une douleur intense. Troubles du sommeil - une focalisation sur la zone responsable du contrôle du sommeil, de l'insomnie, de la difficulté à s'endormir, de la somnolence diurne, etc. peut survenir. Nausées, envie de vomir - de tels symptômes sont plus caractéristiques des formations superficielles, ainsi que des grands anévrismes provoquant une augmentation de la pression intracrânienne. La particularité de ces sensations est qu'elles ne sont pas associées à la prise de nourriture, ne sont pas éliminées par la prise de médicaments, les vomissements n'apportent pas de soulagement. Déficience visuelle - avec des modifications vasculaires anormales dans la région du nerf optique, une perte partielle ou totale de la vision, un strabisme, une vision double, un trouble, un "voile" devant les yeux, etc. les artères. Capacités cognitives altérées - mémoire altérée, capacité d'absorber de nouvelles informations, de penser logiquement, de lire, de compter, etc. Troubles psychologiques - changements fréquents d'humeur émotionnelle, irritabilité, anxiété excessive. Engourdissement du visage, faiblesse des muscles du visage.

Anévrisme de l'aorte - symptômes

Un anévrisme cérébral affecte parfois les branches de l'aorte, le plus gros vaisseau sanguin du corps. Parmi les manifestations de cette pathologie, les patients notent souvent le malaise oppressif-cambrant dans différentes parties de la tête associé à une augmentation de la pression intracrânienne. Il est également souvent observé des vertiges, ralentissement du pouls, transpiration. Parfois, il y a une légère sensation de picotement dans la tête dans la zone des dommages.

Anévrisme de l'artère cérébrale

La forme de la maladie, dans laquelle le défaut formé ressemble à un sac rempli de sang et se forme à la suite de lésions locales sur l'une des couches vasculaires, est la plus courante. Dans ce cas, une turbulence se forme dans la circulation sanguine, le mouvement du sang ralentit, il existe un risque de formation de caillots sanguins. Les signes d'anévrisme des vaisseaux cérébraux de ce type peuvent ne pas se manifester pendant une longue période, jusqu'à la rupture de la saillie ou de la thrombose.

Anévrisme de l'artère principale du cerveau

Avec la défaite de l'artère principale (basilaire), la douleur est localisée dans la zone occipitale de la tête et du cou. En outre, un anévrisme de l'artère cérébrale provoque des manifestations telles qu'une parésie nerveuse faciale périphérique, une déficience auditive unilatérale et un bruit dans l'oreille ressemblant à une bouffée de vent. Depuis l'artère principale alimente le cervelet et le patient en sang, et si l'apport sanguin dans ces zones est insuffisant, des vertiges, une perte auditive et des troubles de la coordination peuvent survenir.

Anévrisme de l'artère carotide du cerveau

Les caractéristiques caractéristiques d'un anévrisme cérébral situé dans l'artère carotide comprennent des manifestations telles que le bruit et les acouphènes, des maux de tête intenses, des vertiges, des problèmes de perception visuelle. Lors de la palpation et de l'inspection en raison de son emplacement superficiel, il se produit un gonflement pulsionnel anormal et perceptible, dans la région duquel il y a une légère douleur.

Anévrisme des vaisseaux cérébraux - conséquences

L'existence prolongée d'un anévrisme des vaisseaux cérébraux et sa compression des lobes frontaux sont souvent la cause d'une atrophie cérébrale dans cette région. Il en résulte un déclin cognitif croissant et croissant, qui se traduit par des changements de comportement et des caractéristiques personnelles. L'anévrisme du cerveau, symptôme des effets de la compression des tissus qui ne permettent pas de corriger la détérioration de la vision, entraîne des lésions du nerf optique.

Rupture d'anévrisme cérébral

Lors du diagnostic d'un anévrisme vasculaire cérébral, de tout stress émotionnel ou physique, de la hausse de la pression artérielle, les mauvaises habitudes peuvent rapidement provoquer la conséquence la plus dangereuse - la rupture d'une formation vasculaire remplie de sang. Le résultat est un saignement dans le tissu cérébral ou l'espace intracrânien, le sang commence à exercer une pression sur cette zone, et cela conduit à la rupture des différentes fonctions.

Parfois, la rupture de l'anévrisme des vaisseaux cérébraux en cas de non-intervention d'urgence peut entraîner une issue fatale. Reconnaître le moment de la rupture peut être sur les caractéristiques principales suivantes:

mal de tête soudain et grave; se sentir nauséeux; vomissements abondants; perte de conscience

Rupture d'anévrisme cérébral - conséquences

Dans d'autres cas, la rupture d'un anévrisme cérébral peut avoir des conséquences moins pitoyables. Toutefois, après une hémorragie cérébrale, une personne devient souvent invalide. Diagnostiqué avec cette complication peut être:

accident vasculaire cérébral hémorragique; l'hydrocéphalie; vasospasme; le coma; lésions cérébrales irréversibles, etc.

Traitement de l'anévrisme cérébral

Il est important de savoir que la médecine moderne ne dispose pas de méthodes conservatrices efficaces pour se débarrasser de l'anévrisme cérébral. Par conséquent, lors de l'identification d'une maladie aussi dangereuse, il est préférable de ne pas risquer et de ne faire l'expérience d'aucun remède traditionnel ni d'aucune autre technologie alternative, souvent proposée non par des médecins, mais par des charlatans. Le traitement efficace de l'anévrisme cérébral ne peut être effectué que par des manipulations chirurgicales.

Dans les cas où la formation vasculaire est faible, ne provoque pas d'anomalies significatives, les patients sont invités à tactique attentiste et l'observation qui implique des visites régulières à un neurologue ou un neurochirurgien, un contrôle sur la taille de l'anévrisme, traçant son « comportement ». De plus, des méthodes sont assignées pour minimiser le risque de conséquences dangereuses:

normalisation de la pression artérielle; réduire le taux de cholestérol dans le sang; augmentation de l'élasticité artérielle; traitement des pathologies infectieuses; rejet de mauvaises habitudes; rationnement de l'activité physique, etc.

Anévrisme cérébral - opération

Si un anévrisme vasculaire cérébral est détecté, ce qui est souvent diagnostiqué par rayons X, examens tomographiques et angiographie, il est possible d'échapper à ses complications par la chirurgie neurochirurgicale. Le traitement chirurgical dans ce cas est très difficile, il vise à isoler la cavité de l'anévrisme et à l'éliminer de la circulation cérébrale. La chirurgie pour enlever un anévrisme cérébral peut être effectuée de l’une des manières suivantes:

occlusion endovasculaire; anévrisme coupant le cou.

Chirurgie endovasculaire des anévrismes de l'artère cérébrale

Cette méthode est peu invasive et est réalisée sous anesthésie générale. L'embolisation endovasculaire d'un anévrisme de vaisseaux cérébraux implique l'introduction d'un cathéter flexible à travers l'un des vaisseaux distants du cathéter, qui est progressivement avancé vers la zone pathologique sous le contrôle d'un appareil à rayons X. Ensuite, une micro-bobine est insérée à partir du cathéter dans la cavité de l’anévrisme, provoquant l’encrassement et la mort de la formation. L'avantage de cette technique est la possibilité d'accéder à des vaisseaux profonds, même après une rupture d'anévrisme.

Coupure d'anévrisme cérébral

Lorsque l'anévrisme cérébral n'est pas profond ou lorsqu'une intervention urgente est nécessaire après une hémorragie, une opération à ciel ouvert est réalisée. Cette technique consiste à ouvrir le crâne et à isoler la formation de la circulation sanguine en plaçant une pince spéciale en métal sur son cou. Il en résulte une disparition progressive de la cavité de la saillie vasculaire et son remplacement par du tissu conjonctif.

L'opération nécessite un matériel de microchirurgie de haute qualité, un microscope opératoire. Si l'intervention est réalisée après la rupture de l'anévrysme vasculaire cérébral, elle comprend également le drainage de l'hématome intracérébral qui s'est formé et l'élimination du sang dans l'espace sous-arachnoïdien.

Anévrisme cérébral - conséquences après la chirurgie

Même après une intervention chirurgicale réussie, qui élimine l'anévrisme cérébral, les conséquences après la chirurgie peuvent être lointaines. Les complications sont associées à la réaction au médicament anesthésique, aux lésions des parois vasculaires, au retrait incomplet des caillots sanguins, etc. À cet égard, les patients peuvent développer:

détérioration de l'apport sanguin au tissu cérébral; thrombose; œdème cérébral; l'émergence d'un nouvel anévrisme; processus d'infection; altération de la parole, de l'audition, de la vision, etc.

Cependant, le risque de chirurgie dans la plupart des cas est justifié. La vie après la coupure de l'anévrisme cérébral, ainsi qu'après la chirurgie endovasculaire, présente certaines limites et recommandations. De nombreux patients ont besoin d'une longue période de rééducation avec un traitement de physiothérapie, de médicaments, d'opérations répétées.

Ivan Drozdov le 03/02/2017

L'anévrisme cérébral est une formation pathologique localisée sur les parois des vaisseaux intracrâniens, qui tend à se développer et à remplir la cavité de sang. La paroi du vaisseau affecté fait saillie et commence à exercer une pression sur les nerfs et le tissu cérébral situés à proximité, responsables de l'activité vitale et du fonctionnement du corps. Ayant atteint une taille importante, l'anévrisme peut se rompre et entraîner les conséquences les plus graves - un accident vasculaire cérébral avec les conséquences qui s'ensuivent, un coma ou le décès.

Causes de l'anévrisme cérébral

La formation d'anévrismes intracrâniens est presque toujours associée à des troubles pathologiques des tissus vasculaires. Les maladies acquises ou congénitales contribuent à la destruction des parois des vaisseaux sanguins, réduisent leur tonus et leur délaminage. Les vaisseaux affaiblis ne résistent pas à la pression naturelle du flux sanguin, ce qui entraîne la formation d'un anévrisme à l'endroit le plus mince sous la forme d'une saillie de la paroi avec accumulation ultérieure de sang dans la cavité.

Les principales raisons provoquant la destruction des parois vasculaires et l'apparition d'un anévrisme intracrânien incluent:

Les anomalies génétiques qui se manifestent non seulement sous forme de maladies congénitales, mais aussi acquises. L'hypertension. Les parois des vaisseaux sanguins perdent leur élasticité et se couvrent de microfissures dues à une pression artérielle excessive. Avec des effets pathologiques prolongés, une saillie de la paroi du vaisseau aminci peut survenir et le développement de l'anévrisme en conséquence. Athérosclérose L’apparition de plaques athéroscléreuses et la destruction des parois vasculaires sont souvent associées à une hypertension artérielle, ce qui augmente le risque d’anévrysmes. Blessure intracrânienne. En cas de TCC fermée, des lésions des artères cérébrales de la dure-mère peuvent se produire, entraînant le développement d'anévrismes sur les parois. Infections cérébrales Dans de tels cas, les anévrismes sont une complication de la maladie sous-jacente, par exemple une méningite aiguë, une endocardite bactérienne ou des maladies fongiques. Embolie tumorale. L'anévrisme apparaît sur le fond du chevauchement partiel du lit vasculaire avec un morceau de tumeur, détaché du corps de l'éducation. Exposition aux radiations.

Si l'une des maladies ou affections décrites est susceptible, une personne doit être examinée périodiquement par des spécialistes et, si nécessaire, faire l'objet d'un traitement. Une analyse régulière de l’état des vaisseaux cérébraux permettra de constater l’évolution de la pathologie et de prendre les mesures appropriées.

Anévrisme cérébral: symptômes

Au début de la maladie, les symptômes d'un anévrisme cérébral sont légers. Les signes qui ressemblent souvent aux manifestations de maladies neurologiques attirent peu l'attention, alors que la maladie continue à se développer. Si, au stade initial, la pathologie des vaisseaux cérébraux n'a pas été détectée et que cet anévrisme a augmenté pour atteindre une taille importante, le patient commence alors à présenter des symptômes plus prononcés de cette maladie:

Mal de tête La pulsation modérée, qui se manifeste le plus souvent d'une part et au niveau des orbites, se produit lorsque l'anévrisme des vaisseaux passe dans les tissus superficiels des méninges. Si la pathologie est localisée dans les tissus internes de la médulla, la douleur à la tête ne doit pas être perturbée en raison de l'absence de récepteurs de la douleur dans ces structures. Douleur au visage. Le symptôme survient lors du développement d'un anévrisme dans les parois de l'artère carotide et de la pression exercée sur les processus du nerf facial. Troubles visuels. L'anévrisme, situé près des nerfs optiques, peut les comprimer et causer ainsi une déficience visuelle. Si la maladie se développe à proximité immédiate du faisceau de nerf optique, le patient peut perdre partiellement la vue ou devenir aveugle. Crampes Les contractions musculaires se produisent involontairement lorsqu'elles sont comprimées par de grands anévrismes des tissus des grands hémisphères, responsables des fonctions motrices. Les convulsions provoquées par un anévrisme ne ressemblent pas aux crises d'épilepsie. Cependant, leur appartenance à la maladie ne peut être diagnostiquée que lors d'un examen approfondi. Troubles neurologiques causés par la compression des nerfs crâniens. En conséquence, le patient peut diminuer le goût et l'audition, manifester des expressions faciales altérées et un ptosis de la paupière supérieure. Attaques transitoires de type ischémique. En fonction du vaisseau ou de l'artère, qui est affecté par un anévrisme, le patient développe des crises aiguës de troubles de l'apport sanguin cérébral pouvant durer jusqu'à une journée. Ce processus s'accompagne de vertiges (pouvant aller jusqu'à la perte de conscience), d'une perte d'orientation, d'une mémoire et d'une sensibilité affaiblies, d'une paralysie des membres et de certaines parties du corps.

Dans l'état proche de la rupture de l'anévrisme, la nature des symptômes change chez le patient. L'intensité des signes neurologiques décrits augmente, entraînant une détérioration notable de l'état de santé du patient. À ce stade, l'accès aux médecins est déjà une mesure urgente, sinon la rupture de l'anévrisme menacerait des conséquences irréversibles et entraînerait la mort.

Types d'anévrismes

Selon les signes externes et la structure du développement, il existe 3 types d'anévrismes intracrâniens:

Bagulaire - un sac rond contenant du sang est attaché à la paroi du vaisseau avec une base ou une jambe. L'apparition de ce type d'anévrisme ressemble à une baie suspendue à une branche, elle s'appelle donc «baie». Côté - a l'apparence d'une tumeur, située directement sur la paroi du vaisseau; En forme de fuseau - situé à la place de l'expansion pathologique des vaisseaux sanguins à l'intérieur.

Sur le site de localisation de l'anévrisme sont:

Artériel - se produisent dans les endroits des vaisseaux artériels ramifiés en raison de leur expansion pathologique. Artérioveineux - affecte les parois des vaisseaux veineux.

Par la nature de l'origine de l'anévrisme cérébral est divisé en:

Exfoliant - les anévrismes sont situés directement dans la paroi du vaisseau en raison de sa séparation et de son infiltration de sang à travers des fissures. Vrai - se produire à l'intérieur du navire en raison de la saillie du mur. Faux - sont formés à partir du côté extérieur du vaisseau sous la forme d'un néoplasme creux, tandis que le sang y pénètre par des microfissures ou des trous dans la paroi.

Les anévrismes du cerveau sont classés selon d'autres signes. Ainsi, par le nombre d'anévrismes sont multiples ou uniques, par la nature de l'apparence - congénitale ou acquise, de taille - petite, moyenne et grande. Si l'anévrisme a son origine sur le fond d'une infection purulente, on l'appelle mycose.

Rupture d'anévrisme cérébral et ses conséquences

Avec des vaisseaux excessivement minces et sous l’influence de facteurs provoquants chez un patient, une rupture d’anévrisme peut survenir avec l’épanchement de sang dans les tissus voisins. En fonction de la localisation de l'anévrisme, une hémorragie peut affecter le tissu cérébral, les espaces enveloppants et les ventricules.

L’hémorragie provoquée par la rupture de l’anévrisme entraîne des risques élevés de blocage des canaux conducteurs de la liqueur et de stagnation du liquide de la liqueur. Le cerveau gonfle et le sang qui s'est disséminé à travers les tissus cérébraux provoque le développement du processus inflammatoire et la nécrose. En conséquence, les parties du cerveau progressivement mourantes cessent de transmettre des signaux aux systèmes et organes vitaux, et leur travail cesse.

La rupture d'un anévrisme cérébral est caractérisée par les symptômes suivants:

Maux de tête intenses. Le sang répandu dans le tissu cérébral irrite les nerfs situés à cet endroit, ce qui provoque une douleur insupportable à la tête. Nausées et vomissements soudains. Perte de conscience Il se produit à la suite d'une forte augmentation de la PIC, provoquée par une effusion de sang, la formation d'un hématome et un gonflement du cerveau. Signes neurologiques indiquant une irritation de la muqueuse du cerveau. Ces symptômes comprennent l'apparition de photophobie, une tension musculaire dans le cou, le dos et les jambes. Dans ce dernier cas, le patient ne peut pas toucher son torse avec son menton ni s'asseoir.

Lorsque l'anévrisme se rompt, le risque de décès est extrêmement élevé.

Même si une personne peut être sauvée et avoir un état stable, le risque de complications après une hémorragie méningée est élevé:

re-rupture de l'anévrisme; les accumulations de fluide dans les structures cérébrales (cidrocéphalie) provoquées par le chevauchement des canaux conducteurs; ischémie cérébrale avec une faible probabilité de décès.

Les complications qui surviennent après la rupture d'un anévrisme dépendent également du degré de lésion cérébrale. Ainsi, le patient peut manifester:

troubles de la parole - après une hémorragie dans l'hémisphère gauche, la parole devient trouble, des problèmes d'écriture et de lecture se posent; troubles du système moteur, paralysie des membres - avec lésions de la moelle épinière; diminution du réflexe de déglutition - l'ingestion de nourriture est considérablement entravée, la nourriture au lieu de l'œsophage pénètre dans les voies respiratoires, provoquant ainsi le développement de processus inflammatoires dans les poumons; instabilité psychoémotionnelle se manifestant sous forme d'attaques d'agression, de colère ou, au contraire, d'infantilisme, d'apathie, de peur terrifiante; diminution de la perception - chez une personne, la perception spatiale des objets qui l'entourent est perturbée (par exemple, il est difficile pour elle d'entrer dans la porte ou de verser du thé dans la tasse); déficience cognitive - se manifestant sous forme de déficience de la mémoire, de déclin mental et de pensée logique; troubles psychologiques - une personne qui a déjà eu une rupture d'anévrisme, est souvent perturbée par des humeurs dépressives et dans ce contexte, une insomnie se développe, une perte d'appétit, une apathie face aux événements actuels; maux de tête - attaques récurrentes sous forme de fortes pulsations ou de lumbago, qui sont difficiles à éliminer avec des analgésiques, détériorent la santé et réduisent la performance; des crises d'épilepsie se produisent chez tous les 5 patients qui ont subi une rupture d'anévrisme.

Bien souvent, les fonctions cérébrales perdues ne peuvent pas être restaurées. Cependant, une rééducation compétente et une surveillance régulière par des spécialistes nous permettent d'améliorer l'activité cérébrale et de réaliser un libre-service complet.

Traitement de l'anévrisme cérébral

Pour le traitement de l'anévrisme, deux méthodes principales sont utilisées: chirurgicale et conservatrice. Si un anévrisme cérébral est de petite taille et n'a pas tendance à se développer, il est observé par des spécialistes au moyen de diagnostics réguliers et il est prescrit un médicament d'appoint. Avec une croissance intensive et la menace d'une rupture de l'éducation, il est recommandé au patient de subir une intervention chirurgicale.

Avec un traitement conservateur, on prescrit au patient un médicament dont l’action vise à réduire l’impact de l’anévrisme sur les tissus environnants et à éliminer les symptômes pathologiques:

Médicaments vasodilatateurs (nimodipine) - prescrits pour prévenir les spasmes vasculaires, leur expansion et améliorer la circulation sanguine dans les artères du cerveau. Antihypertenseurs (Captopril, Labetalol) - hypotenseurs apparents pour soulager le ton de la paroi vasculaire. Lorsque l'anévrisme, la prise de médicaments aide à soulager la tension du mur d'éducation et réduit ainsi le risque de rupture. Anticonvulsivants (fénozépam) - effet relaxant sur les cellules nerveuses, ce qui réduit le taux de transmission des impulsions à la région à problème. Médicaments prescrits contre la douleur (Morphine) - prescrits pour les maux de tête insupportables en soins intensifs et sous le contrôle des systèmes vitaux du corps. Les drogues de ce groupe contribuent à la dépendance, elles sont donc utilisées dans des cas exceptionnels. Pilules antiémétiques (métoclopramide) - indiquées lorsque la maladie s'aggrave avec vomissements.

Il faut se rappeler qu’il est impossible de soigner de façon conservatrice l’anévrisme des vaisseaux cérébraux, les médicaments ne pouvant que réduire le risque de rupture.

Si la formation se développe rapidement et exerce une pression sur le tissu adjacent, vous devez écouter l'opinion des experts et, en l'absence de contre-indications, accepter l'opération.

Enlèvement d'anévrisme cérébral, chirurgie

Une intervention chirurgicale comporte le risque d'apparition de complications ultérieures, mais celles-ci sont plusieurs fois moins importantes que les menaces qui apparaissent lors de la rupture de l'anévrisme cérébral.

En fonction des preuves, de l'état général, de l'emplacement et du degré de danger de la vie, le patient doit suivre l'une des procédures chirurgicales suivantes:

Opération ouverte (kranitomie). La méthode consiste à ouvrir le crâne sur le site de localisation de l'anévrisme et à utiliser l'un des types de traitement suivants: Coupure - placez une pince métallique sur le col de l'anévrisme sans pincer le vaisseau mère et retirer le sang accumulé de la cavité. Au fil du temps, la cavité de l'anévrisme est remplacée par du tissu conjonctif, ce qui empêche toute pénétration ultérieure de sang dans la cavité. Shunt - le vaisseau endommagé est bloqué et le flux sanguin est redirigé vers un vaisseau artificiel situé à côté (shunt). Renforcement des parois - le vaisseau endommagé sur le site du développement de l'anévrisme est enveloppé dans un matériau chirurgical spécial, à la suite duquel une sorte de capsule se forme sur la zone à problèmes. Embolisation endovasculaire. La procédure est effectuée de manière mini-invasive sans avoir à ouvrir le crâne. En utilisant l'angiographie, un cathéter flexible est guidé à travers le vaisseau sanguin vers l'anévrisme. Après cela, une spirale métallique est insérée dans la cavité de formation, ce qui bloque la lumière du vaisseau et empêche ainsi la pénétration de sang à l'intérieur. L'avantage de la méthode est l'absence de nécessité d'une intervention ouverte. En même temps, l'inconvénient est l'impossibilité de prélever le sang accumulé dans la cavité de l'anévrisme et le développement de spasmes vasculaires en réaction à un corps étranger.

En dépit de la progressivité de cette dernière méthode, la spirale peut se déformer avec le temps et ouvrir la lumière, ce qui permet de rétablir l'irrigation sanguine de l'anévrisme et de favoriser sa croissance. Dans de tels cas, il est recommandé au patient de répéter l'opération.

Rééducation après anévrisme cérébral

La période de récupération après une chirurgie dépend de plusieurs facteurs: l’âge du patient, le type d’anévrisme et les structures cérébrales qu’il affecte, le professionnalisme des chirurgiens pratiquant l’opération et le degré de complication pouvant survenir au cours de son opération.

Jusqu'à ce que l'état se stabilise dans la période postopératoire, le patient est à l'hôpital et sous la surveillance de neurochirurgiens, il suit un traitement médicamenteux. En fonction de l'état de santé et des indicateurs à l'hôpital, il peut rester entre 3 et 30 jours. Après cette période, la période de réadaptation commence.

Pour une rééducation efficace, le patient peut avoir besoin d’une période allant jusqu’à 2 ans, période pendant laquelle un traitement est recommandé dans des sanatoriums spécialisés sous la supervision de médecins et de psychologues en réadaptation. Au cours de cette période, les traitements de soutien et les mesures de réadaptation sont prescrits par des cours avec une pause entre eux dans quelques semaines. Selon le degré de dommage subi par les structures cérébrales chez la personne qui a subi l'opération, des spécialistes de profil étroit l'aident à restaurer les fonctions perdues de la parole, de l'écriture, de la lecture et de la marche.

Les mesures de rééducation efficaces prescrites après le retrait d'un anévrisme intracrânien comprennent les procédures de physiothérapie, qui peuvent être divisées en deux groupes:

effets tactiles sur les tissus musculaires et les vaisseaux sanguins endommagés lors d'une intervention chirurgicale ou d'une hémorragie; l'utilisation de techniques instrumentales pour la stimulation des tissus affectés par la chirurgie.

Le premier groupe comprend:

massage thérapeutique des zones à problèmes - ceinture scapulaire, zone du cou, tête, membres; acupuncture; thérapie physique, y compris le travail avec des simulateurs, si, après l'opération, les fonctions motrices sont altérées.

Parmi toutes les techniques instrumentales après le retrait de l'anévrisme cérébral, on utilise:

électrophorèse à l'aide de solutions médicamenteuses; stimulation musculaire; UHF selon les indications; bains d'oxygène, de brome ou de sulfure d'hydrogène.

Sur une base individuelle, un réhabilitologue peut ajuster la liste des procédures médicales en fonction de la manière dont le traitement actuel affecte le corps.

Conséquences de l'anévrisme cérébral et du pronostic

Un patient chez qui un anévrisme cérébral a été diagnostiqué doit comprendre qu'un retard de traitement peut entraîner une rupture, une hémorragie sous-arachnoïdienne et des conséquences graves: de la perte de certaines fonctions vitales à la mort.

Lorsqu'un anévrisme est détecté avant la rupture, le patient a une chance, sinon pour un rétablissement complet, puis pour une prolongation significative de la vie. Le pronostic de survie après la chirurgie est en moyenne de 10 ans et peut varier en fonction de l’âge du patient, de sa résistance corporelle, de la structure et de la localisation d’un anévrisme distant.

Un anévrisme cérébral rompu aggrave de façon significative le pronostic de survie et se traduit par les résultats moyens suivants:

décès dans 10% des cas avant l'arrivée des médecins, dans 5% - après la chirurgie, dans 50% des cas - dans les 30 jours suivant la pause; la formation d'un hématome intracrânien chez 22% des patients survivants ayant eu une hémorragie méningée; circulation sanguine dans les ventricules cérébraux chez 14% des patients, ce qui, dans la moitié des cas, entraîne la mort.

Les risques de décès augmentent plusieurs fois si un grand anévrisme est au stade aigu ou en cas d'hémorragie répétée.

Sur l'ensemble des patients ayant survécu à la rupture d'un anévrisme, seuls 30% sont capables de s'auto-entretenir, alors qu'ils peuvent présenter des troubles de la fonction cérébrale en fonction du site de l'hémorragie:

violation de la perception; diminution des fonctions cognitives (mémoire, pensée, capacité de développement mental); changements dans les qualités comportementales et le contexte psycho-émotionnel; violation de la parole, des fonctions auditives et visuelles; crises d'épilepsie, paralysie courte.

Le pronostic de la rupture d'un anévrisme cérébral dépend de plusieurs facteurs: l'âge du patient, la localisation de l'anévrisme, le degré d'épanchement et l'assistance prompte des médecins.

En Savoir Plus Sur Les Bateaux