Toute l'anatomie / Anatomie du système veineux

"Anatomie du système veineux"

Plan d'étude pour le sujet:

Système supérieur de la veine cave.

Le système de la veine cave inférieure.

Le système de la veine porte.

Caractéristiques de l'approvisionnement en sang du fœtus.

Système supérieur de la veine cave.

La veine cave supérieure est formée par la fusion des veines brachio-céphaliques droite et gauche, qui sont formées par la fusion de la jugulaire interne (recueille le sang de la cavité crânienne: le cerveau et ses membranes, les régions frontale et latérale du visage, la langue, le pharynx, le larynx, la thyroïde) et le sous-clavien ( recueille le sang des veines du membre supérieur). Ce système comprend les veines superficielles de la tête et du cou - les veines jugulaire externe et jugulaire antérieure (le sang est prélevé dans les régions temporales, pariétales et occipitales de la tête, de l'auricule, du cou antérieur et latéral). Du sang veineux est recueilli dans les veines profondes qui accompagnent les artères du même nom - les veines axillaires, brachiales, radiales et ulnaires et les veines superficielles - les veines principale, centrale et médiane du coude. Il est le plus souvent utilisé pour l’administration de drogues par voie intraveineuse. Une veine non appariée va également affluer dans la veine cave supérieure (elle recueille le sang de la paroi arrière de l'abdomen et de la moitié droite de la cavité thoracique, organes médiastinaux), et elle prend elle-même une veine semi-non appariée (elle recueille le sang de la paroi arrière de l'abdomen et de la moitié gauche de la cavité thoracique, organes médiiorinal).

Avec un système de veine cave inférieure.

La veine cave inférieure est formée de la confluence des veines iliaques communes droite et gauche, qui sont formées par la confluence des veines iliaques externes et internes. À travers la veine iliaque interne, le sang s'écoule des parois et des organes du petit bassin. Le sang coule de la veine iliaque externe du membre inférieur, sur lequel des veines profondes accompagnent les artères du même nom - veines fémorale, poplitée, antérieure et postérieure tibiale, et superficielles - veines sous-cutanées grandes et petites. En outre, les veines rénales, les veines surrénaliennes et testiculaires droites (ovaires), les veines hépatiques, les veines phréniques et lombaires inférieures (collectent le sang des reins, des glandes surrénales, des testicules (ovaires), du foie et des parois de la cavité abdominale) dans la cavité abdominale inférieure.

Le système de la veine porte.

Dans la veine orotnye est formée par la fusion du splenic (recueille le sang de la rate, du bas et du dos de l'estomac, du corps et de la queue du pancréas, la moitié gauche du grand omentum) et des veines mésentériques supérieures (recueille le sang de l'intestin grêle et de son mésentère, aveugle, ascendant et droit) moitié du côlon transverse, appendice, tête et partie du corps du pancréas, moitié droite du corps de l'estomac et de l'épiploon). La veine mésentérique inférieure s’écoule dans la veine mésentérique supérieure (collecte le sang de la partie supérieure du rectum, du côlon sigmoïde, du côlon descendant et de la moitié gauche du côlon transverse). La veine porte passe par la porte du foie, dans laquelle le sang est débarrassé des produits de décomposition, et les glucides sont convertis en glycogène. Après cela, le sang à travers les veines hépatiques pénètre dans la veine cave inférieure.

Caractéristiques de la circulation sanguine du fœtus

Pour le fœtus et la mère ne fait pas bon ménage. Du placenta, le sang artériel traverse les veines ombilicales jusqu'au fœtus (jusqu'à la porte du foie) et passe par une partie du sang dans la veine cave inférieure, où il est mélangé à du sang veineux. Le sang de l'oreillette droite (emprisonné dans la veine cave inférieure) passe dans l'oreillette gauche par l'ouverture ovale du septum interaural. De l'oreillette gauche, le sang entre dans le ventricule gauche et poursuit son chemin dans un grand cercle de circulation sanguine. De la veine cave supérieure, le sang est envoyé à l'oreillette droite, puis au ventricule droit. À partir du ventricule droit, le sang pénètre dans le tronc pulmonaire, à partir duquel le canal est évacué vers l’aorte par le Botallov. Le sang retourne au placenta le long des artères ombilicales.

Veine cave inférieure

La veine cave inférieure, v. le cava inférieur (fig. 826; voir fig. 806, 807), recueille le sang des membres inférieurs, des parois et des organes du pelvis et de l'abdomen. Il commence à la surface antérolatérale droite de la vertèbre lombaire IV-V. Il est formé par la fusion de deux veines iliaques communes, gauche et droite, vv. iliacae communes dextra et sinistra, et monte légèrement vers la droite le long de la surface latérale des corps vertébraux jusqu'à l'ouverture de la veine cave inférieure du diaphragme.

La surface gauche de la veine sur une grande distance en contact avec l'aorte. La surface arrière est contiguë au gros muscle lombaire droit (au bord latéral), puis à la jambe droite du diaphragme.

Les artères lombaires droites passent derrière la veine, aa. lumbales dextrae et artère rénale droite, a. renalis dextra. Au niveau du dernier, la veine est dilatée, s'écarte légèrement vers la droite, passe devant le bord médial de la glande surrénale droite vers l'arrière de la surface diaphragmatique du foie et dans le sulcus de la veine cave inférieure. Ensuite, la veine passe à travers l'ouverture de la veine cave du diaphragme et, tombant dans la cavité péricardique, s'écoule immédiatement dans l'oreillette droite.

Sur la face antérieure de la veine se trouvent de bas en haut: la racine du mésentère de l'intestin grêle et l'artère testiculaire droite, a. testiculaire, la partie horizontale du duodénum, ​​au-dessus de laquelle se trouve la tête du pancréas et une partie partiellement descendante du duodénum. La racine du mésentère du côlon transverse passe encore plus haut. L'extrémité la plus haute de la veine est légèrement élargie et entourée sur trois côtés par la substance du foie.

Les régions de la face antérieure de la veine cave inférieure situées au-dessous du lieu de formation et jusqu'au niveau de la racine mésentérique de l'intestin grêle, et au sommet à partir du niveau de la racine mésentère du côlon transversal jusqu'au bord inférieur du foie, sont recouvertes de péritoine.

La veine cave inférieure reçoit deux groupes de branches: les veines pariétale et interne.

Veines pariétales

1. Veines lombaires, vv. lumbales (voir fig. 826), deux à gauche et à droite, passent entre les muscles de la paroi abdominale, comme les veines intercostales, en répétant le parcours des artères lombaires.

Les veines lombaires prennent la branche postérieure, qui se situe entre les processus transverses de la peau et des muscles du dos, et dans la région du foramen intervertébral - les branches des plexus veineux de la colonne vertébrale. Stvoliki vv. Les lumbales sortent de derrière le bord médial du gros muscle lombaire, suivent la surface frontale de la colonne vertébrale (laissée derrière l'aorte) jusqu'à la veine cave inférieure et pénètrent dans la région de sa paroi postérieure.

Les veines lombaires contiennent un petit nombre de valves; sur les côtés de la colonne vertébrale, ils sont reliés par des anastomoses verticales qui forment la veine lombaire ascendante gauche, v. lumbalis ascendens sinistra, et veine lombaire ascendante droite, v. lumbalis ascendens dextra. Les veines lombaires gauches sont plus longues que les droites, car la veine cave inférieure est située à droite de la ligne médiane du corps.

2. La veine phrénique inférieure, v. phrenica inférieur, hammam, accompagne les branches de l'artère du même nom sur la face inférieure du diaphragme et passe sous le diaphragme dans la veine cave inférieure.

Veines internes

1. Veine testiculaire, v. testiculaire (voir fig. 826), se forme dans le scrotum à partir des veines testiculaires. Ces dernières émergent dans la face postérieure du testicule, s'unissent aux veines de l'épididyme et forment plusieurs petites tiges qui, anastomosant entre elles, forment le pterusium plexus pampiniformis (voir fig. 638, 639, 780).

Le plexus plexus accompagne un. testiculaire dans le canal inguinal. À l'approche de l'anneau inguinal profond, le nombre de vaisseaux de ce plexus diminue et seuls deux troncs pénètrent dans la cavité abdominale. Ces derniers suivent le rétropéritonéal vers le haut et un peu médialement le long de la surface avant du gros muscle lombaire et sont reliés au niveau de l'articulation sacro-iliaque, formant un tronc - la veine testiculaire.

Veine testiculaire droite, v. testiculaire dextra, en remontant, se jette directement dans la veine cave inférieure; veine testiculaire gauche, v. testicularis sinistra, se jette dans la veine rénale gauche, v. renalis.

Chez les femmes, la veine ovarienne, v. ovarica, commence dans la zone de la porte de l'ovaire. Un grand nombre de veines émergeant de l'épaisseur de la glande, anastomosées, forment un plexus ovarien dense dans le mésentère de l'ovaire. Ce plexus, ayant pénétré dans l'épaisseur du ligament large de l'utérus, s'appelle le plexus lobacé, plexus pampiniformis (ovarii).

Le plexus de la lumière est situé entre les feuilles du ligament large de l'utérus, des anastomoses avec le plexus veineux utérin, du plexus veineux utérin et des veines de la trompe de Fallope.

Le plexus de la lumière continue dans la veine ovarienne, qui accompagne l'artère du même nom, d'abord dans le ligament suspendant l'ovaire, puis rétropéritonéal vers le haut; moins de valves dans la veine.

2. veine rénale, v. renalis (fig. 827, 828; voir fig. 826) se forme dans la région de la porte du rein à partir du confluent de trois à quatre, et parfois davantage de veines quittant la porte du rein. Les veines rénales sont dirigées des portes du rein vers le côté médial et à angle droit dans la veine cave inférieure au niveau du cartilage intervertébral entre les vertèbres lombaires I et II (la gauche est légèrement plus haute que la droite).

Les veines rénales prennent des veines de la capsule grasse du rein et de l'uretère.

La veine rénale gauche est plus longue que la droite; elle prend v. suprarenalis sinistra, v. testiculaire et traverse l'aorte en avant.

Les veines rénales s'anastomosent avec les veines lombaires, non appariées et semi-non appariées.

3. Veines surrénales, vv. Les surrénales sont formées à partir de petites veines sortant de la glande surrénale.

Veine surrénale gauche, v. suprarenalis sinistra, se jette dans v. renalis sinistra; veine surrénale droite, v. suprarenalis dextra, - le plus souvent en v. cava inférieur, parfois en v. renalis dextra. En outre, certaines des veines surrénales coulent dans les veines phréniques inférieures.

4. Veines hépatiques, vv. hepaticae (fig. 829) sont les dernières branches que la veine cave inférieure recouvre dans la cavité abdominale et généralement avant de tomber dans l'oreillette droite.

Les veines hépatiques recueillent le sang du système capillaire de l'artère hépatique et de la veine porte dans l'épaisseur du foie. Ils quittent le foie dans la région de la veine cave inférieure et tombent immédiatement dans la veine cave inférieure. Les veines hépatiques acceptent les veines hépatiques petites et grandes.

Les grandes veines hépatiques, toutes les trois, portent du sang provenant du lobe droit du foie - les veines hépatiques droites, vv. hepaticae dextrae, lobes carrés et caudés - veines hépatiques moyennes, vv. hepaticae intermediae et du lobe gauche du foie - veines hépatiques gauches, vv. hepaticae sinistrae. Ces derniers, avant de se jeter dans la veine cave inférieure, sont reliés au ligament veineux.

Système de veine de portail

Veine de portail, v. portae hepatis (fig. 830; voir fig. 829, 842), recueille le sang d'organes abdominaux non appariés.

Il se forme derrière la tête du pancréas à la suite de la fusion de trois veines: la veine mésentérique inférieure, v. mésentérique inférieur, veine mésentérique supérieure, v. mesenterica superior, et veine splénique, v. splenica.

La veine porte depuis le lieu de sa formation monte et vers la droite, passe derrière la partie supérieure du duodénum et pénètre dans le ligament hépato-duodénal, passe entre ce dernier et atteint la porte du foie. Dans l’épaisseur du ligament, la veine porte se situe avec les canaux biliaires et cystiques communs, ainsi qu’avec les artères hépatiques communes et propres, de manière à ce que les canaux occupent la position extrême à droite, à gauche les artères et derrière les canaux et les artères qui les séparent.

Dans la porte du foie, la veine porte est divisée en deux branches - les lobes droit et gauche, respectivement, les lobes droit et gauche du foie.

Branche droite, r. dextre, plus large que la gauche; il pénètre par la porte du foie dans l'épaisseur du lobe droit du foie, où il se divise en branches antérieures et postérieures, r. antérieur et r. postérieur. Branche gauche, r. sinistre, plus long que la droite; se dirigeant vers le côté gauche des portes du foie, il se divise, le long du chemin, en une partie transversale, pars transversa, donnant des branches aux branches en queue de lobe caudé, rr. caudati, et partie ombilicale, pars umbilicalis, à partir de laquelle partent les branches latérale et médiale, rr. laterales et médiales, dans le parenchyme du lobe gauche du foie.

Trois veines: les veines mésentériques inférieures, mésentériques supérieures et spléniques, qui forment v. portae, sont appelées les racines de la veine porte. De plus, la veine porte reçoit les veines gastriques gauche et droite, vv. gastricae sinistra et dextra, veine pré-médullaire, v. prepylorica, veines paraumbilicales, vv. paraumbilicales et la veine de la vésicule biliaire, v. cystica

1. Veine mésentérique inférieure, v. mesenterica inferior (voir fig. 774, 829), recueille le sang des parois de la partie supérieure du côlon droit sigmoïde et du côlon descendant et avec ses branches correspond à toutes les branches de l'artère mésentérique inférieure. Il commence dans la cavité pelvienne par la veine rectale supérieure, v. rectalis superior, et dans la paroi du rectum, ses branches sont reliées au plexus veineux rectal, plexus veineux rectal.

La veine rectale supérieure est dirigée vers le haut, traverse les vaisseaux iliaques antérieurs au niveau de l'articulation sacro-iliaque gauche et reçoit les veines sigmoïde-intestinales, vv. sigmoideae, qui découlent de la paroi du côlon sigmoïde.

La veine mésentérique inférieure est située de manière rétropéritonéale et, en remontant vers le haut, forme un petit arc de cercle convexe à gauche. En adoptant la veine colique gauche, v. colica sinistra, la veine mésentérique inférieure déviée vers la droite, passe immédiatement à gauche de la courbure duodéno-médullaire sous le pancréas et se connecte le plus souvent à la veine splénique. Parfois, la veine mésentérique inférieure coule directement dans la veine porte.

2. Veine mésentérique supérieure, v. mesenterica superior (voir fig. 771, 829), recueille le sang de l'intestin grêle et de son mésentère, du caecum et du processus vermiforme, du côlon ascendant et transversal et des ganglions lymphatiques mésentériques de ces régions. Le tronc de la veine mésentérique supérieure est situé à droite de l'artère du même nom et ses branches accompagnent toutes les branches de cette artère.

La veine mésentérique supérieure commence dans la région de l'angle iléo-colique, où elle s'appelle la veine intestinale iléo-colique.

Veine iléo-colique, v. ileocolica, recueille le sang de l'iléon terminal, de l'appendice (veine de l'appendice, v. appendicularis) et du caecum. En haut et à gauche, la veine iléo-colique-intestinale continue directement dans la veine mésentérique supérieure.

La veine mésentérique supérieure est située à la racine du mésentère de l'intestin grêle et forme un arc avec un renflement à gauche et en bas et prend un certain nombre de veines:

  • veines jéjunales et iléales, vv. jejunales et ileales, âgés de 16 à 20 ans seulement, se rendent dans le mésentère de l'intestin grêle, où ils accompagnent les branches des artères de l'intestin grêle avec leurs branches. Les veines intestinales tombent dans la veine mésentérique supérieure à gauche;
  • les veines intestinales du côlon droit, vv. colicae dextrae, vont de manière rétropéritonéale à partir du côlon ascendant et s'anastomosent avec les veines iléo-coliques et côlon-intestinales moyennes;
  • la veine intestinale du côlon, v. colica media, situé entre les feuilles du mésentère du côlon transverse; il recueille le sang du coude droit du côlon et du côlon transverse. Dans la région de la courbure gauche du côlon, des anastomoses avec la veine intestinale du côlon gauche, v. colica sinistra, formant une grande arcade;
  • veine gastro-épiploïque droite, v. gastroepiploica dextra, accompagne l'artère du même nom le long de la plus grande courbure de l'estomac; recueille le sang de l'estomac et du grand omentum; au niveau du pylore se jette dans la veine mésentérique supérieure. Avant d'entrer, il prend les veines pancréatiques et pancréatoduodénales;
  • veines pancréatoduodénales, vv. pancreaticoduodenales, en répétant le trajet des artères du même nom, recueillent le sang de la tête pancréatique et du duodénum;
  • veines pancréatiques, vv. pancreaticae, partent du parenchyme de la tête du pancréas, en passant dans les veines pancréato-duodénales.

3. veine splénique, v. splenica (voir fig. 829), collecte le sang de la rate, de l'estomac, du pancréas et de l'épiploon. Il se forme dans la région de la porte de la rate à partir des nombreuses veines émergeant de la substance de la rate (voir fig. 769). Ici, la veine splénique reçoit la veine gastro-épiploïque gauche, v. gastroepiploica sinistra, qui accompagne l'artère du même nom et recueille le sang de l'estomac, du grand omentum et des veines gastriques courtes, vv. le sang de gastricae transportant du sang du fond de l'estomac.

Depuis la porte de la rate, la veine splénique est dirigée vers la droite, le long du bord supérieur du pancréas, situé sous l’artère du même nom. Il traverse la surface antérieure de l'aorte immédiatement au-dessus de l'artère mésentérique supérieure et se confond avec la veine mésentérique supérieure, formant une veine porte.

La veine splénique prend les veines du pancréas, vv. pancreaticae, principalement du corps et de la queue du pancréas.

En plus de ces veines, formant la veine porte, les veines suivantes s’écoulent directement dans son tronc:

  • veine de moelle, v. prepylorica, commence dans la région du pylore de l'estomac et accompagne l'artère gastrique droite;
  • veines gastriques, gauche et droite, v. gastrica sinistra et v. gastrica dextra, suivez la moindre courbure de l’estomac et accompagnez les artères gastriques. Dans la région du pylore, les veines pyloriques y affluent, dans la région de la partie cardiaque de l'estomac, les veines de l'œsophage;
  • veines paraumbilicales, vv. paraumbilicales (voir fig. 829, 841) commencent au niveau de la paroi abdominale antérieure autour de l'anneau ombilical, où ils s'anastomosent avec les branches des veines épigastriques supérieures et inférieures profondes et profondes. En se dirigeant vers le foie le long du ligament rond du foie, les veines ombilicales s'unissent dans un seul tronc ou tombent dans la veine porte avec plusieurs branches;
  • veine de la vésicule biliaire, v. cystica, se jette dans la veine porte directement dans la substance du foie.

En outre, dans ce domaine dans v. portae hepatis vide un certain nombre de petites veines des parois de la veine porte elle-même, des artères hépatiques et des conduits du foie, ainsi que des veines du diaphragme, qui atteignent le foie le long du ligament croissant.

Anatomie de la veine cave inférieure - informations:

Veine cave inférieure -

La veine cave inférieure, inférieure à V. cava, est le tronc veineux le plus épais du corps et se situe dans la cavité abdominale près de l'aorte, à sa droite. Elle se forme au niveau de la vertèbre lombaire intraveineuse à partir du confluent de deux veines iliaques communes, légèrement en dessous de la division aortique et immédiatement à droite de celle-ci. La veine cave inférieure est dirigée vers le haut et légèrement vers la droite, et plus elle s’éloigne de l’aorte.

Sa partie inférieure est adjacente au bord médial du droit m. Le psoas se place ensuite à l'avant de sa surface et au sommet se trouve sur la partie lombaire du diaphragme. Puis, se trouvant dans le sulcus venae cavae sur la surface postérieure du foie, la veine cave inférieure traverse le foramen venae cavae du diaphragme dans la cavité thoracique et se jette immédiatement dans l’oreillette droite. Les affluents affluant directement dans la veine cave inférieure correspondent aux branches appariées de l'aorte (sauf pour vv. Hepaticae). Ils sont divisés en veines pariétales et veines des viscères.

Veines pariétales:

  1. vv. lumbales dextrae et sinistrae, quatre de chaque côté, correspondent aux artères du même nom, prennent des anastomoses des plexus vertébraux; ils sont interconnectés par des troncs longitudinaux, vv. lumbales ascendentes;
  2. vv. phrenicae inférieur pénètre dans la veine cave inférieure où il passe dans la gorge du foie.

Les veines des viscères:

  1. vv. chez les hommes, les testicules (vv. ovaricae chez les femmes) commencent au niveau des testicules et se tressent comme des artères en forme de plexus (plexus pampiniformis); droit v. Le testicule s’écoule directement dans la veine cave inférieure selon un angle aigu, la gauche - dans la veine rénale gauche sous un angle droit. Cette dernière circonstance rend difficile, peut-être, l'écoulement de sang et provoque une apparition plus fréquente de varices du cordon spermatique gauche par rapport à celle du droit (chez une femme, le v. Ovarica commence à la porte de l'ovaire);
  2. vv. les rénales, les veines rénales, passent devant les artères du même nom et les recouvrent presque complètement; gauche plus longtemps que la droite et passe devant l'aorte;
  3. v. suprarenale dextra rejoint la veine cave inférieure immédiatement au-dessus de la veine rénale; v. suprarenalis sinistra n'atteint généralement pas la veine cave et se fond dans la veine rénale située en face de l'aorte;
  4. vv. hepaticae, les veines hépatiques, s’écoulent dans la veine cave inférieure où elle passe le long de la face postérieure du foie; les veines hépatiques transportent le sang du foie, où le sang s'écoule à travers la veine porte et l'artère hépatique.

Anatomie de la fonction de la veine cave inférieure

Le système circulatoire du corps humain a une structure complexe. Les veines, qui sont conçues pour collecter le sang gaspillé, en constituent une partie importante. La plus grande d'entre elles est la veine cave inférieure.

Les violations de son travail peuvent avoir de graves conséquences sur la santé. Il est donc important de connaître la structure normale de ce navire et ses éventuelles anomalies.

But et emplacement de la veine cave inférieure

La veine cave inférieure est le plus grand vaisseau du corps. Il n'a pas de vannes. La réponse à la question de savoir où se trouve ce navire est sans équivoque.

Cette veine prend naissance entre la quatrième et la cinquième vertèbre de la colonne lombaire. Le lieu de sa formation devient la connexion des veines iléales gauche et droite. Le vaisseau se lève à l'avant du muscle psoas.

En outre, il passe le long de la surface postérieure du duodénum, ​​est situé dans le sillon du foie, pénètre dans une ouverture spéciale du diaphragme et se transforme en péricarde. De là, il devient clair où la veine tombe, son extrémité est située dans l'oreillette droite. Le côté gauche est en contact avec l'aorte.

Au cours du processus respiratoire, le diamètre du vaisseau change. En inhalant, la veine est quelque peu comprimée et en expirant, elle se dilate. Les fluctuations de diamètre vont de 2 à 3,4 cm, c'est la norme.

Le but principal du navire est de collecter le sang résiduel de tout le corps. Il est transmis directement au coeur.

La structure

L'anatomie de la veine cave inférieure est simple. Il a deux types d’affluents: viscéral et pariétal.

Les affluents viscéraux de la veine cave inférieure sont conçus pour aspirer le sang des organes internes. Parmi eux se trouvent les veines suivantes:

  1. Hépatique. Tomber dans la veine cave inférieure sur le site qui longe le foie. Ces affluents sont courts. Le plus souvent, ils n'ont pas une seule vanne.
  2. Surrénale. C'est un navire de courte longueur qui n'a pas de vannes. Commence à la porte des glandes surrénales. Allouer les veines gauche et droite. Cela dépend de quelle glande surrénale ils viennent.
  3. Rein. Chacun se jette dans le vaisseau au niveau de l'espace entre la 1ère et la 2ème vertèbre. Le navire de gauche est légèrement plus long que celui de droite.
  4. Ovarien ou testiculaire. Chez les hommes, le vaisseau prend naissance au niveau de la paroi postérieure du testicule. Il représente le plexus pectoral de plusieurs petits vaisseaux qui pénètrent dans le cordon spermatique. Chez les femmes, les origines des portes des ovaires.

Les affluents pariétaux sont situés dans le pelvis et le péritoine. Les veines suivantes incluent:

  1. Le lombaire. Monté dans les parois de la cavité abdominale. En règle générale, leur nombre ne dépasse pas quatre. Contenir des vannes.
  2. Diaphragmatique inférieur. Allouer à droite et à gauche. Connectez-vous avec la veine cave inférieure dans la zone de sa sortie du sulcus du foie.

Le système complexe de la veine cave inférieure conduit à ce que toute pathologie affecte négativement la santé humaine.

Syndrome de la veine cave inférieure

Plus commun est le syndrome de la veine cave inférieure chez les femmes enceintes. Une telle affection ne peut pas être qualifiée de maladie, mais constitue une violation du processus d’adaptation du corps à la taille élargie de l’utérus, ainsi que des modifications de la circulation sanguine.

Dans la plupart des cas, un tel écart par rapport à la norme se manifeste chez les femmes qui portent un très gros fœtus ou plusieurs bébés en même temps. Comme les parois du vaisseau sont trop molles et que le flux sanguin y est faiblement comprimé, il est facile à comprimer.

Le syndrome peut être causé par les raisons suivantes:

  1. Changements dans la composition du sang.
  2. L'hérédité.
  3. Augmentation de la coagulation sanguine.
  4. Maladies infectieuses des veines.
  5. La présence d'une tumeur dans le péritoine.

L'évolution de la maladie dépend en grande partie des caractéristiques d'un organisme particulier. Il y a souvent un blocage de la base de la veine cave inférieure, un caillot de sang.

Les symptômes du problème dépendent en grande partie du degré de dommage. Plus souvent, les premiers signes apparaissent au troisième trimestre. Ils sont renforcés quand une femme est allongée sur le dos. Parmi les principales caractéristiques sont:

  1. Légère sensation de picotement dans les membres inférieurs.
  2. Vertiges.
  3. Gonflement des jambes.
  4. Varices.
  5. Douleur dans les membres, faiblesse.

Dans la plupart des cas, le syndrome de compression ne nuit pas à la santé. Mais dans certains cas, un état d'effondrement peut se développer. Si la compression pendant la grossesse est importante, elle peut nuire à l’état du fœtus. Parfois, cela entraîne un décollement du placenta, des varices ou la formation de thrombus.

La pression du vaisseau entraîne une diminution du débit cardiaque. Par conséquent, moins de nutriments et d'oxygène sont fournis aux tissus. Une hypoxie peut se développer.

Le traitement est choisi par le médecin individuellement, en fonction des caractéristiques du patient. Étant donné que la consommation de drogues pendant la grossesse n’est possible que dans des cas extrêmement graves, les experts conseillent d’effectuer le traitement à l’aide d’ajustements comportementaux et nutritionnels.

Les règles suivantes doivent être observées:

  1. Vous ne pouvez pas dormir en position arrière. Cela conduit à une augmentation des symptômes désagréables.
  2. Il est interdit de faire des exercices qui impliquent d'être sur le dos et d'utiliser également vos muscles abdominaux.
  3. Pendant le repos, il est préférable de s'asseoir à gauche ou en semi-assise. Vous pouvez utiliser des oreillers spéciaux qui sont enfermés sous le dos et les jambes.
  4. Normaliser le flux sanguin aidera à marcher. Il entraîne une contraction active des muscles de la jambe, ce qui favorise la remontée du sang.
  5. Bon effet donne la natation. Dans l'eau, il se crée un effet de compression qui élimine le sang des membres inférieurs.
  6. L'utilisation de quantités accrues d'acide ascorbique et de vitamine E est indiquée.

Le respect de ces recommandations aidera à rétablir un flux sanguin normal et à améliorer la santé.

Thrombose

La structure de la veine cave inférieure est simple. Les pathologies dans cette zone sont rares. Occlusion occasionnelle de la lumière. Cela peut se produire pour les raisons suivantes:

  1. Problèmes de coagulation du sang.
  2. Dommages au mur de la veine.
  3. Diminution du flux sanguin.

De tels facteurs conduisent à la formation d'un caillot sanguin. Les maladies infectieuses, les blessures, les tumeurs malignes, un long séjour immobilisé peuvent aggraver la situation.

La maladie peut être asymptomatique. Parmi ses principaux signes, il y a: rougeur et gonflement des extrémités, fatigue, somnolence. Dans de rares cas, des sensations douloureuses apparaissent.

Le traitement de cette maladie vise à prévenir la thromboembolie, en arrêtant le développement de la thrombose, en réduisant le degré de gonflement des tissus, en restaurant la lumière du vaisseau. Plusieurs techniques sont utilisées à ces fins:

  1. Traitement médicamenteux. Cela inclut l'utilisation d'anticoagulants - des anticoagulants, ainsi que des fonds destinés à la dissolution d'un caillot sanguin. Si la maladie est accompagnée de douleurs graves, le médecin vous prescrit des anti-inflammatoires non stéroïdiens. Au cours de la phase aiguë de la maladie, le port du pansement élastique spécial est indiqué.
  2. Intervention chirurgicale. Il est recommandé lorsque le risque de thromboembolie est élevé. En fonction de la gravité de la lésion et de l'état du patient, une intervention ou une plicature endovasculaire est réalisée.

Le complexe de mesures thérapeutiques comprend le respect obligatoire du régime alimentaire. Dans la mesure du possible, les aliments contenant les vitamines K et C doivent être inclus dans le menu, tandis que l’ail et le poivron vert doivent être ajoutés au menu pour la préparation de celui-ci.

Intervention endovasculaire

L'expansion endovasculaire implique l'installation d'un filtre à cava. C'est un petit appareil en fil de fer en forme de sablier, parapluie ou douille.

De telles structures sont résistantes à la corrosion et n'ont pas de propriétés ferromagnétiques. L'installation est facile. En même temps, ils font un excellent travail. Ils sont en titane, en nitinol ou en acier inoxydable.

Un tel filtre est sélectionné individuellement pour chaque patient. Ceci prend en compte les particularités de la structure de la veine cave inférieure et son diamètre. Les filtres de cava sont divisés en trois groupes principaux:

  1. Permanent Supprimez-les par la suite impossible. Ils sont solidement fixés aux parois du navire avec une antenne spéciale.
  2. Amovible. Une fois la tâche terminée, ils sont supprimés.

Les indications pour l'installation de filtres sont: l'impossibilité d'appliquer le traitement avec les anticoagulants, la probabilité élevée de rechute de la thromboembolie. L'installation d'un tel dispositif n'est pas autorisée si le rétrécissement de la lumière est critique ou s'il n'y a pas d'accès libre au navire.

Plication

La plicature de la veine cave inférieure consiste en la formation de la lumière du vaisseau à l’aide de crochets spéciaux en forme de U. En conséquence, la lumière est divisée en plusieurs canaux. Le diamètre d'un canal ne dépasse pas 5 mm. Cette taille est suffisante pour rétablir un flux sanguin normal, tandis que les caillots sanguins ne peuvent pas aller plus loin.

Il est conseillé d'effectuer une plicature lors du montage d'un filtre à cava pour une raison quelconque est impossible. Au cours de la procédure, le thrombus formé dans le vaisseau est retiré. L'indication d'une telle opération est la présence d'une tumeur dans la cavité abdominale ou l'espace rétropéritonéal.

Une telle intervention peut être effectuée même en fin de grossesse. Mais avant cela, il est nécessaire de faire subir à une femme une césarienne et d'en extraire le fruit.

La veine cave inférieure est une composante importante du système circulatoire. Ses maladies sont souvent asymptomatiques, vous devez donc subir un examen médical périodique.

Veines creuses supérieures et inférieures: leur système et anatomie, pathologie des veines creuses

La veine cave supérieure et inférieure font partie des plus gros vaisseaux du corps humain, sans lesquels le fonctionnement correct du système vasculaire et du cœur est impossible. La compression et la thrombose de ces vaisseaux sont parsemées non seulement de symptômes subjectifs désagréables, mais également de troubles graves du flux sanguin et de l'activité cardiaque, de sorte que les experts méritent une attention particulière.

Les causes de compression ou de thrombose des veines creuses étant très différentes, la pathologie est confrontée à des spécialistes de différents profils: oncologues, phthisiopulmonologues, hématologues, obstétriciens-gynécologues, cardiologues. Ils traitent non seulement l'effet, c'est-à-dire le problème vasculaire, mais également la cause - maladies d'autres organes, tumeurs.

Parmi les patients présentant des lésions de la veine cave supérieure (REG), il y a plus d'hommes que de femmes alors que la veine cave inférieure (VPN) est plus souvent atteinte chez la moitié féminine en raison de la grossesse et de l'accouchement, des pathologies obstétricales et gynécologiques.

Les médecins proposent un traitement conservateur pour améliorer le flux veineux, mais ils doivent souvent recourir à des opérations chirurgicales, en particulier pour traiter une thrombose.

Anatomie de la veine cave supérieure et inférieure

Depuis le cours d'anatomie du lycée, beaucoup se souviennent que les deux veines creuses transportent du sang jusqu'au cœur. Ils ont un diamètre de lumière assez large, où tout le sang veineux coule des tissus et des organes de notre corps. En se dirigeant vers le cœur par les deux moitiés du corps, les veines sont connectées au prétendu sinus, par lequel le sang pénètre dans le cœur, puis se rend au cercle pulmonaire pour y être oxygéné.

Le système de la veine cave inférieure et supérieure, veine porte - lecture

Veine cave supérieure

système de la veine cave supérieure

La veine cave supérieure (VCS) est un gros vaisseau d'environ deux centimètres de large et d'environ 5 à 7 cm de long. Il transporte le sang de la tête et de la moitié supérieure du corps et se situe dans la partie antérieure du médiastin. Elle est dépourvue d'appareil valvulaire et est formée en reliant deux veines brachio-céphaliques derrière le point où la première côte est connectée au sternum à droite. Le vaisseau descend presque verticalement jusqu'au cartilage de la deuxième côte, où il entre dans la poche cardiaque, puis dans l'oreillette droite dans la projection de la troisième côte.

Le thymus et les zones du poumon droit sont antérieurement à la SVC; à droite, il est recouvert d'un fragment de membrane séreuse médiastinal, à gauche, à côté de l'aorte. La partie arrière de celui-ci est située à l'avant de la racine du poumon, la trachée est située à l'arrière et légèrement à gauche. Le nerf vague passe dans le tissu situé derrière le vaisseau.

Les REG récupèrent le flux sanguin provenant des tissus de la tête, du cou, des mains, du thorax et de l'abdomen, de l'œsophage, des veines intercostales et du médiastin. Une veine non appariée y tombe par derrière et des vaisseaux transportant du sang du médiastin et du péricarde.

Vidéo: veine cave supérieure - formation, topographie, afflux

Veine cave inférieure

La veine cave inférieure (VCI) est dépourvue d'appareil valvulaire et présente le plus grand diamètre parmi tous les vaisseaux veineux. Il commence par combiner deux veines iliaques communes, son embouchure est située à droite de la zone de la branche aortique dans les artères iliaques. Topographiquement, le vaisseau commence par la projection du disque intervertébral à 4-5 vertèbres lombaires.

La VCI est dirigée verticalement vers le haut, à droite de l'aorte abdominale. À l'arrière, elle repose en fait sur le muscle psoas majeur de la moitié droite du corps et est recouverte à l'avant d'une feuille de la membrane séreuse.

En se dirigeant vers l'oreillette droite, la VCI est située derrière le duodénum, ​​la racine du mésentère et la tête du pancréas, pénètre dans le même sillon du foie et est reliée aux vaisseaux veineux hépatiques. Ensuite, sur le trajet de la veine, se trouve le diaphragme, qui a sa propre ouverture pour la veine cave inférieure, à travers lequel cette dernière monte et passe dans le médiastin postérieur, atteint la chemise du cœur et se connecte au cœur.

La VCI recueille le sang des veines du bas du dos, des branches diaphragmatiques et viscérales inférieures qui vont des organes internes - l'ovaire chez la femme et le testicule chez l'homme (les bons passent directement dans la veine cave, les gauches vont vers le rein à gauche), le rein (horizontalement depuis la porte du rein), veine surrénale (gauche connecté directement au rein), hépatique.

La veine cave inférieure prélève du sang des jambes, des organes pelviens, de l'abdomen et du diaphragme. Le fluide monte le long de l'aorte. L'aorte est à gauche du vaisseau presque sur toute sa longueur. À la place de l'entrée de l'oreillette droite, la veine cave inférieure est recouverte d'un épicarde.

Vidéo: veine cave inférieure - formation, topographie, afflux

Pathologie de la veine cave

Les modifications de la veine cave sont souvent secondaires et sont associées à la maladie d'autres organes et sont donc appelées le syndrome de la veine cave supérieure ou inférieure, indiquant que la pathologie n'est pas indépendante.

Syndrome de la veine cave supérieure

Le syndrome de la veine cave supérieure est généralement diagnostiqué chez la population masculine jeune et âgée, l'âge moyen des patients étant d'environ 40 à 60 ans.

Le syndrome de la veine cave supérieure est caractérisé par une compression de l'extérieur ou une formation de thrombus due à des maladies des organes médiastinaux et des poumons:

  • Cancer bronchopulmonaire;
  • La lymphogranulomatose, augmentation des ganglions médiastinaux due au cancer d'autres organes;
  • Anévrisme aortique;
  • Processus infectieux et inflammatoires (tuberculose, inflammation du péricarde avec fibrose);
  • Thrombose sur le fond d'un cathéter ou d'une électrode qui est long dans le vaisseau lors d'une stimulation cardiaque.

compression de la tumeur du poumon de la veine cave supérieure

Lorsqu'un navire est comprimé ou que sa perméance est violée, il se produit une obstruction aiguë du mouvement du sang veineux de la tête, du cou, des bras, de la ceinture scapulaire au cœur, entraînant une congestion veineuse et de graves troubles hémodynamiques.

La luminosité des symptômes du syndrome de la veine cave supérieure est déterminée par la rapidité avec laquelle le flux sanguin est perturbé et par le développement des voies de circulation. Avec un chevauchement soudain de la lumière vasculaire, le phénomène de dysfonctionnement veineux augmentera rapidement, entraînant une insuffisance aiguë de la circulation sanguine dans le système de la veine cave supérieure, avec un développement relativement lent de la pathologie (croissance des ganglions lymphatiques, croissance des tumeurs du poumon) et l'évolution lente de la maladie.

Les symptômes qui accompagnent l'expansion ou la thrombose des restes explosifs de guerre, "correspondent" à la triade classique:

  1. Gonflement des tissus du visage, du cou et des mains.
  2. Cyanose de la peau.
  3. Expansion des veines saphènes du haut du corps, des mains, du visage, gonflement des troncs veineux du cou.

Les patients se plaignent de difficultés respiratoires, même en l'absence d'effort physique, la voix peut devenir rauque, la déglutition est perturbée, il y a tendance à des haut-le-cœur, à la toux et à la douleur à la poitrine. Une forte augmentation de la pression dans la veine cave supérieure et ses affluents provoque la rupture des parois des vaisseaux sanguins et des saignements du nez, des poumons, de l'œsophage.

Un tiers des patients sont confrontés à un œdème laryngé dans le contexte d'une stagnation veineuse, qui se manifeste par un bruit, une respiration sifflante et une asphyxie dangereuse. Une augmentation de l'insuffisance veineuse peut entraîner un gonflement du cerveau - une maladie mortelle.

Pour soulager les symptômes de la pathologie, le patient cherche à prendre une position assise ou semi-assise dans laquelle le flux de sang veineux vers le cœur est quelque peu facilité. En position couchée, les signes de congestion veineuse décrits sont améliorés.

La violation de la circulation sanguine du cerveau se caractérise par les signes suivants:

  • Maux de tête;
  • Syndrome convulsif;
  • Somnolence;
  • Conscience jusqu'à l'évanouissement;
  • Diminution de l'audition et de la vision;
  • Pucheglaziye (en raison du gonflement du tissu derrière les globes oculaires);
  • Déchirure;
  • Gomme dans la tête ou les oreilles.

La radiographie des poumons sert à diagnostiquer le syndrome de la veine cave supérieure (elle permet de détecter les tumeurs, les modifications du médiastin, du cœur et du péricarde), ainsi que l’imagerie par résonance magnétique et par calcul (néoplasmes, recherche des ganglions lymphatiques). La phlébographie permet de déterminer l’emplacement et le degré de blocage du vaisseau.

En plus des études décrites, le patient est dirigé vers un ophtalmologiste, qui détectera la congestion du fond d'œil et le gonflement, pour un examen par ultrasons des vaisseaux de la tête et du cou afin d'évaluer l'efficacité du flux sortant à travers eux. En cas de pathologie de la cavité thoracique, une biopsie, une thoracoscopie, une bronchoscopie et d'autres études peuvent être nécessaires.

Avant que la raison de la stagnation veineuse ne devienne claire, on prescrit au patient une diète avec une teneur minimale en sel, des médicaments diurétiques, des hormones et le régime de consommation est limité.

Si la pathologie de la veine cave supérieure est causée par un cancer, le patient suivra une chimiothérapie, une radiothérapie et une chirurgie dans un hôpital oncologique. En cas de thrombose, des thrombolytiques sont prescrits et une option de rétablissement rapide du débit sanguin dans le vaisseau est prévue.

Les indications absolues du traitement chirurgical en cas de lésions de la veine cave supérieure sont une obstruction aiguë des vaisseaux avec thrombus ou une tumeur à croissance rapide avec manque de circulation collatérale.

stenting de la veine cave supérieure

Dans la thrombose aiguë, un thrombus est retiré (thrombectomie). Si la cause est une tumeur, elle est excisée. Dans les cas graves, lorsque la paroi veineuse est altérée ou germée de manière irréversible par une tumeur, il est possible de réséquer une partie du vaisseau en remplaçant le défaut par les propres tissus du patient. L’une des méthodes les plus prometteuses est l’endoprothèse veineuse au site de la plus grande difficulté liée au flux sanguin (angioplastie par ballonnet), utilisée pour les tumeurs et la déformation cicatricielle des tissus du médiastin. En traitement palliatif, les opérations de manœuvre permettent de libérer le sang en évitant la partie touchée.

Syndrome de la veine cave inférieure

Le syndrome de la veine cave inférieure est considéré comme une pathologie plutôt rare, et il est généralement associé à un blocage de la lumière du vaisseau par un thrombus.

clampage de la veine cave inférieure chez la femme enceinte

Un groupe particulier de patients présentant une insuffisance de la circulation sanguine dans la veine cave comprend les femmes enceintes, qui ont des conditions préalables pour presser le vaisseau avec un élargissement de l'utérus, ainsi que des modifications de la coagulation du sang du côté hypercoagulatif.

L'évolution, la nature des complications et les conséquences de la thrombose de la veine cave sont parmi les types les plus graves de circulation veineuse altérée, car l'une des plus grandes veines du corps humain est impliquée. Les difficultés de diagnostic et de traitement peuvent être associées non seulement à l'utilisation limitée de nombreuses méthodes de recherche chez la femme enceinte, mais également à la rareté du syndrome lui-même, à propos duquel peu de choses ont déjà été écrites dans la littérature spécialisée.

La thrombose, qui est souvent associée à un blocage des vaisseaux profonds des jambes, de la veine fémorale et iliaque, peut être la cause du syndrome de la veine cave inférieure. Près de la moitié des patients ont une voie ascendante pour la thrombose.

La perturbation du flux sanguin dans la veine cave peut être causée par une ligature de la veine ciblée afin d'éviter une embolie pulmonaire avec des lésions des veines des membres inférieurs. Les néoplasmes malins des organes abdominaux rétropéritonéaux provoquent une obstruction du NPS dans environ 40% des cas.

Pendant la grossesse, les conditions sont créées pour la compression du NIP par un utérus de plus en plus important, ce qui est particulièrement visible quand il y a deux fruits et plus, le diagnostic de polyhydramnios est établi ou le fœtus est assez gros. Selon certaines données, chez la moitié des femmes enceintes, la moitié des femmes enceintes présenteraient des signes d’écoulement veineux altéré dans la veine cave inférieure, mais ces symptômes ne se manifesteraient que dans 10% des cas et des formes prononcées se manifesteraient chez une femme sur 100, avec une combinaison très probable de grossesse avec une pathologie de l’hémostase et maladies somatiques.

Les signes cliniques de thrombose de la veine cave inférieure sont déterminés par son degré, le taux d’occlusion de la lumière et le niveau d’occlusion. Selon le niveau de blocage, la thrombose est distale, lorsqu'un fragment de veine est affecté au-dessous du site d'entrée des veines rénales, dans d'autres cas, les segments rénal et hépatique sont impliqués.

Les principaux signes de thrombose de la veine cave inférieure sont les suivants:

  1. La douleur abdominale et le bas du dos, les muscles de la paroi abdominale peuvent être tendus;
  2. Gonflement des jambes, région de l'aine, pubis, abdomen;
  3. Cyanose sous la zone d'occlusion (jambes, taille, abdomen);
  4. Expansion possible des veines sous-cutanées, qui est souvent associée à une diminution progressive de l'œdème résultant de l'établissement d'une circulation collatérale.

Avec la thrombose rénale, le risque d'insuffisance rénale aiguë en raison d'une pléthore veineuse marquée est élevé. Dans le même temps, la violation de la capacité de filtration des organes évolue rapidement, la quantité d'urine formée est fortement réduite à son absence totale (anurie), la concentration en produits métaboliques azotés (créatinine, urée) augmente dans le sang. Les patients atteints d'insuffisance rénale aiguë dans le contexte d'une thrombose veineuse se plaignent de douleurs dans le bas du dos, leur état s'aggrave progressivement, l'intoxication augmente et une insuffisance de conscience telle que le coma urémique est possible.

La thrombose de la veine cave inférieure au confluent des affluents hépatiques se manifeste par de fortes douleurs abdominales - dans l'épigastre, sous l'arcade costale droite, caractérisée par un ictère, le développement rapide d'ascites, l'intoxication, des nausées, des vomissements, de la fièvre. En cas de blocage aigu du vaisseau, les symptômes apparaissent très rapidement et le risque d'insuffisance hépatique ou rénale et hépatique aiguë avec une mortalité élevée est élevé.

Les troubles de la circulation sanguine dans la veine cave au niveau des affluents hépatiques et rénaux font partie des variétés de pathologies les plus graves avec une mortalité élevée, même dans les conditions des possibilités de la médecine moderne. L'occlusion de la veine cave inférieure au-dessous de la branche des veines rénales se fait plus favorablement, car les organes vitaux continuent à remplir leurs fonctions.

Lors de la fermeture de la lumière de la veine cave inférieure, la défaite des jambes est toujours bilatérale. Les symptômes typiques de la pathologie peuvent être considérés comme une douleur, touchant non seulement les membres, mais aussi la région de l'aine, l'abdomen, les fesses, ainsi que l'enflure, s'étendant uniformément sur toute la jambe, la paroi antérieure de l'abdomen, l'aine et le pubis. Sous la peau, les troncs veineux dilatés deviennent visibles, prenant alors le rôle de détournements du flux sanguin.

Plus de 70% des patients atteints de thrombose de la veine cave inférieure souffrent de troubles trophiques au niveau des tissus mous des jambes. Dans le contexte d'un œdème grave, des ulcères ne cicatrisant pas apparaissent, ils sont souvent multiples et le traitement conservateur n'apporte aucun résultat. Chez la majorité des patients de sexe masculin présentant des lésions de la veine cave inférieure, la stagnation du sang dans les organes pelviens et le scrotum est à l'origine de l'impuissance et de l'infertilité.

Chez la femme enceinte, la compression de la veine cave de l'extérieur de l'utérus en croissance peut être peu visible ou absente si le flux sanguin collatéral est adéquat. Les symptômes de la pathologie apparaissent dès le troisième trimestre et peuvent consister en un œdème des jambes, une faiblesse grave, des vertiges et des évanouissements en décubitus dorsal, lorsque l'utérus repose réellement sur la veine cave inférieure.

Dans les cas graves pendant la grossesse, le syndrome de la veine cave inférieure peut se manifester par des épisodes de perte de conscience et une hypotension grave, qui affecte le développement du fœtus dans l'utérus, qui souffre d'hypoxie.

Pour identifier les occlusions ou les compressions de la veine cave inférieure, la phlébographie est l’une des méthodes de diagnostic les plus informatives. Peut-être que l'utilisation de l'échographie, l'IRM, des tests sanguins sont nécessaires pour la coagulation et l'urine pour exclure la pathologie rénale.

Vidéo: thrombose de la veine cave inférieure, thrombus flottant à l'échographie

Le traitement du syndrome de la veine cave inférieure peut être conservateur sous forme d'anticoagulants, de traitement thrombolytique, de correction des troubles métaboliques par perfusion de solutions médicamenteuses. Cependant, une opération est nécessaire avec des occlusions massives et très localisées du vaisseau. Une thrombectomie, une résection des zones vasculaires, des opérations de dérivation visant à faire circuler le sang en contournant le site d'occlusion sont effectuées. Pour la prévention de la thromboembolie, des filtres à cava spéciaux sont installés dans le système artériel pulmonaire.

Il est conseillé aux femmes enceintes présentant des signes de compression de la veine cave de ne dormir ou de s’allonger que sur le côté, afin d’éliminer les exercices en position couchée sur le dos, en les remplaçant par des procédures de marche et de récupération de l’eau.

Système de la veine cave inférieure

Le système de la veine cave inférieure est constitué de vaisseaux collectant le sang des parois et des organes de la cavité abdominale et du pelvis, ainsi que des extrémités inférieures. La veine cave inférieure (v. Cava inférieure) (Fig. 215, 233, 236, 237) commence au niveau de la surface antérolatérale droite des vertèbres lombaires IV - V. Il est formé par la fusion des veines iliaques communes droite et gauche (vv. Iliacae communes dextra et sinistra). Son bord gauche est en contact avec l'aorte abdominale, la surface postérieure avec le diaphragme. En remontant et en passant par l'ouverture du diaphragme du même nom, la veine cave externe pénètre dans la cavité du sac situé près du cœur et pénètre dans l'oreillette droite. Les vaisseaux qui y coulent sont divisés en veines pariétales et internes. Par les veines de la paroi comprennent les éléments suivants:

1) les veines lombaires (vv. Lumbales) (Fig. 233), à raison de quatre de chaque côté, prélèvent du sang des plexus veineux de la colonne vertébrale, de la peau et des muscles du dos;

2) les veines diaphragmatiques inférieures (vv. Phrenicae inferiores), accompagnent l'artère du même nom et recueillent le sang de la surface inférieure du diaphragme.

Le groupe des veines internes comprend:

1) les veines testiculaires (vv. Testiculares) (Fig. 233), recevant du sang du parenchyme testiculaire; chez la femme, les veines ovariennes (vv. ovaricae) desservant les ovaires;

2) veine rénale (v. Renalis) (Fig. 215, 233), formée par la fusion de trois ou quatre veines, quittant la porte du rein et recueillant le sang de la capsule graisseuse du rein et de l'uretère;

3) les veines surrénales (vv. Supraspinales), qui sont formées à partir du confluent des veines quittant la glande surrénale et prélèvent du sang de la glande surrénale;

4) les veines hépatiques (vv. Hepaticae) (Fig. 215, 236), recevant du sang provenant du système capillaire de l'artère hépatique et de la veine porte, tandis que le sang des organes abdominaux non appariés pénètre dans le système portail, puis le foie, et de là le long des veines hépatiques dans la veine cave inférieure.

La veine porte (v. Portae hepatis) (Fig. 166, 236) est située derrière la tête du pancréas au confluent de la veine mésentérique inférieure, de la veine mésentérique supérieure et de la veine splénique. En montant, à droite de la porte du foie, la veine porte pénètre dans l’épaisseur de l’estomac et englobe les veines de l’estomac, du pancréas et du pylore.

La veine mésentérique inférieure (v. Mesenterica inférieur) (Fig. 236) débute dans la cavité pelvienne. Il reçoit le sang des parois de la partie supérieure du rectum, du sigmoïde et du côlon descendant. Les branches de la veine mésentérique inférieure correspondent pleinement aux branches de l'artère du même nom.

Dans la veine mésentérique supérieure (v. Mesenterica superior) (Fig. 215, 236), les vaisseaux veineux sont infusés à partir de l'intestin grêle et de son mésentère, du côlon ascendant et transversal, du caecum et de l'appendice. Il s’agit de la veine colique iléale (v. Ileocolica), des veines côlon-intestinale droite et moyenne (vv. Colicae dextrae et media), des veines du jéjunum et de l’iléon (vv. Intestinales jéjunales et ilii), des veines gastro-épiploïques ( vv. gastroepiploicae).

Dans la veine splénique (v. Splenica) (Fig. 236), le sang provient de la rate, de l'estomac, du pancréas, de l'épiploon et du duodénum.

Tout le sang veineux des parois et des organes du pelvis pénètre dans la veine iliaque commune (v. Iliaca communis) (Fig. 233, 236, 237), formée par la fusion de la veine iliaque interne (v. Iliaca interna) (Fig. 233, 236, 237 ) et la veine iliaque externe (v. iliaca externe) (Fig. 233, 236, 237). Les vaisseaux formant la veine iliaque interne sont divisés en pariétal et viscéral.

Les branches pariétales de deux accompagnent la même artère. Celles-ci incluent les veines fessières supérieure et inférieure (vv. Gluteae superiores et inferiores), les veines obturatrices (vv. Obturatoriae) (Fig. 233), les veines sacrées latérales (vv. Sacrales laterales) (Fig. 233). Ensemble, ils prélèvent du sang sur les muscles de la ceinture pelvienne et de la cuisse, ainsi que sur les muscles de l'abdomen.

Les veines internes comprennent la veine génitale interne (v. Pudenda interna), dans laquelle du sang est prélevé à partir du périnée, des organes génitaux externes et de l'urètre; veines de la vessie (vv. vesicales), qui prélèvent le sang de la vessie, des vésicules séminales, du canal déférent, de la prostate chez l'homme et du vagin chez la femme (chez la femme par les veines utérines (vv. utérine), du sang veineux coule de l'utérus); ainsi que les veines rectales inférieures et moyennes (vv. rectales inferiores et mediae), se dirigeant vers la veine iliaque interne à partir des parois du rectum. Anastomoses entre eux, les vaisseaux forment les plexus vésiculaires, rectus, prostatiques, vaginaux et veineux utérins autour des organes pelviens.

Les veines des membres inférieurs s'anastomosant les unes avec les autres sont divisées en groupes de vaisseaux superficiels et profonds.

Les veines superficielles des membres inférieurs sont représentées par des vaisseaux sous-cutanés formant le réseau veineux plantaire du pied (rete venosum plantare pedis) et le réseau veineux dorsal du pied (rete venosum dorsale pedis). Les veines des doigts du pied (vv. Digitales pedis) sont étroitement liées à ces réseaux (Fig. 237). Les veines métatarsiennes postérieures (v. Metatarseae dorsales pedis) (Fig. 237), qui font partie du réseau, produisent deux grands vaisseaux, qui sont le début des grandes et petites veines cachées ou sous-cutanées. La grande veine latente (v. Saphena magna) (Fig. 233, 237) débute sur le réseau veineux dorsal du pied et constitue une continuation des veines métatarsiennes dorsales médianes. S'élevant sur la surface médiale de la jambe et de la cuisse, il recueille les veines superficielles qui vont de la peau et se jettent dans la veine fémorale (v. Femoralis). La petite veine latente (v. Saphena parva) (Fig. 237) commence à l'extérieur du réseau veineux dorsal sous-cutané du pied et, en se penchant vers l'arrière de la cheville latérale et remontant le long du dos du tibia jusqu'à la fosse poplitée, se jette dans la veine poplitée 237).

Les deux veines profondes du membre inférieur accompagnent les artères du même nom, commençant à la surface plantaire du pied par les veines digitales plantaires (vv. Digitales plantares), qui se rejoignent à leur tour pour former les veines métatarsiennes plantaires et dorsales du pied (vat. Metatarseae plantares et dors pedales). Les veines du métatarse se déversent dans l'arc veineux plantaire (arcus venosus plantaris) et l'arc veineux postérieur (arcus venosus dorsalis) (Fig. 237). La voûte plantaire veineuse transfère le sang dans les veines marginales médiales et latérales, qui forment les veines tibiales postérieures (vv. Tibiales posteriores) (Fig. 237), et en partie dans les veines du dos du pied. L'arcade veineuse dorsale transfère le sang dans les veines tibiales antérieures (vv. Tibiales anteriores) (Fig. 237). Les veines tibiales postérieure et antérieure traversent le tibia, recueillent le sang des os et des muscles, puis se rejoignent dans le tiers supérieur du tibia, formant une veine poplitée.

Plusieurs petites veines du genou (vv. Genre) (Fig. 237) et une petite veine latente ou sous-cutanée de la jambe (v. Saphena parva) sont infusées dans la veine poplitée (v. Poplitea). En se déplaçant à la cuisse, la veine poplitée devient fémorale.

La veine fémorale (v. Femoralis) (Fig. 233, 237) monte vers le haut, passe sous le ligament inguinal et recueille les vaisseaux qui suivent le sang des muscles et du fascia de la cuisse, de la ceinture pelvienne, de la hanche, des organes génitaux externes et des parois abdominales inférieures.. Il s'agit notamment de la veine profonde de la cuisse (v. Profunda femoris) (fig. 233, 237), de la veine génitale externe (vv. Pudendae externe) (fig. 233, 237), de la grande veine latente (v. Saphena magna), de la veine épigastrique superficielle (v. epigastrica superficialis) (fig. 233, 237), veine superficielle entourant l'os iliaque (v. circumflexa ilium superficialis) (fig. 237). Dans la région du ligament inguinal, la veine fémorale passe dans la veine iliaque (v. Iliaca externa) (Fig. 237).

Les plus grandes veines superficielles et profondes ont des valves et s'anastomosent largement entre elles. Les systèmes des veines creuses inférieure et supérieure sont en communication constante les uns avec les autres, se connectant avec l'aide de la veine de la paroi antérolatérale du tronc, de veines non appariées et semi-non appariées, de plexus vertébraux veineux internes et internes et formant une anastomose prononcée.

Fig. 166. Foie (surface inférieure):
1 - le lobe gauche du foie; 2 - ligament triangulaire du foie; 3 - lobe postérieur (caudé) du foie; 4 - indentation surrénale;
5 - indentation rénale; 6 - propre artère hépatique; 7 - veine porte; 8 - canal biliaire commun;
9 - canal hépatique commun; 10 - canal kystique; 11 - le lobe droit du foie; 12 - indentation intestinale duodénale;
13 - ligament rond du foie; 14 - indentation du colon; 15 - part avant (carré); 16 - vésicule biliaire

Fig. 215. Schéma des grands et petits cercles de la circulation sanguine:
1 - capillaires de la tête, du torse et des extrémités supérieures; 2 - l'artère carotide commune gauche; 3 - capillaires pulmonaires;
4 - tronc pulmonaire; 5 - veines pulmonaires; 6 - veine cave supérieure; 7 - aorte; 8 - l'auricule gauche; 9 - oreillette droite;
10 - ventricule gauche; 11 - ventricule droit; 12 - tronc coeliaque; 13 - canal thoracique;
14 - artère hépatique commune; 15 - artère gastrique gauche; 16 - veines hépatiques; 17 - artère splénique; 18 - les capillaires de l'estomac;
19 - capillaires du foie; 20 - les capillaires de la rate; 21 - veine porte; 22 - veine splénique; 23 - artère rénale;
24 - veine rénale; 25 - capillaires rénaux; 26 - artère mésentérique; 27 - veine mésentérique; 28 - veine cave inférieure;
29 - capillaires intestinaux; 30 - capillaires du bas du torse et des membres inférieurs

Fig. 233. Schéma du système des veines creuses supérieure et inférieure:
1 - veine jugulaire antérieure; 2 - veine jugulaire externe; 3 - veine suprascapulaire; 4 - veine jugulaire interne; 5 - arcade veineuse jugulaire;
6 - veine brachiocephalic; 7 - veine sous-clavière; 8 - veine axillaire; 9 - arcade aortique; 10 - veine cave supérieure; 11 - la veine royale;
12 - ventricule gauche; 13 - ventricule droit; 14 - tête de la veine du bras; 15 - veine brachiale; 16 - veines intercostales postérieures;
17 - veine rénale; 18 - veines testiculaires; 19 - veine lombaire ascendante droite; 20 - veines lombaires; 21 - veine cave inférieure;
22 - la veine sacrée médiane; 23 - la veine iléale générale; 24 - veine sacrale latérale; 25 - veine iliaque interne;
26 - veine iliaque externe; 27 - veine épigastrique superficielle; 28 - veine génitale externe; 29 - grosse veine latente;
30 - veine fémorale; 31 - veine profonde de la cuisse; 32 - veine de blocage

Fig. 236. Schéma de la veine porte et de la veine cave inférieure:
1 - veine cave inférieure; 2 - anastomose entre les branches du portail et la veine cave supérieure; 3 - veine hépatique; 4 - veine porte;
5 - veine splénique; Veine mésentérique supérieure 6; 7 - veine mésentérique inférieure; 8 - la veine iléale générale;
9 - veine iliaque externe; 10 - veine iliaque interne; 11 - anastomose entre les branches du portail et la veine cave inférieure

Fig. 237. Schéma des veines des membres inférieurs:
1 - veine cave inférieure; 2 - veine iliaque commune; 3 - veine iliaque interne; 4 - veine iliaque externe;
5 - veine epigastrium superficielle; 6 - veine superficielle entourant l'os iliaque; 7 - veines génitales externes;
8 - veine profonde de la cuisse; 9 - veine fémorale; 10 - veines du genou; 11 - veine poplitée; 12 - veine cachée de la jambe;
13 - veines tibiales antérieures; 14 - veines tibiales postérieures; 15 - la grande veine cachée; 16 - un arc veineux dorsal;
17 - veines métatarsiennes dorsales; 18 pieds de veines du pied

Le système de la veine cave inférieure est constitué de vaisseaux collectant le sang des parois et des organes de la cavité abdominale_polosti et du pelvis, ainsi que des membres inférieurs. La veine cave inférieure (v. Cava inférieure) (Fig. 215, 233, 236, 237) commence au niveau de la surface antérolatérale droite des vertèbres lombaires IV - V. Il est formé par la fusion des veines iliaques communes droite et gauche (vv. Iliacae communes dextra et sinistra). Son bord gauche est en contact avec l'aorte abdominale_aorta, la surface postérieure avec le diaphragme. En remontant et en passant par l'ouverture du diaphragme du même nom, la veine cave externe pénètre dans la cavité du sac situé près du cœur et pénètre dans l'oreillette droite. Les vaisseaux qui y coulent sont divisés en veines pariétales et internes.
Par les veines de la paroi comprennent les éléments suivants:

1) les veines lombaires (vv. Lumbales) (Fig. 233), à raison de quatre de chaque côté, prélèvent du sang des plexus veineux de la colonne vertébrale, de la peau et des muscles du dos;

2) les veines diaphragmatiques inférieures (vv. Phrenicae inferiores), accompagnent l'artère du même nom et recueillent le sang de la surface inférieure du diaphragme.

Le groupe des veines internes comprend:

1) les veines testiculaires (vv. Testiculares) (Fig. 233), recevant du sang du parenchyme testiculaire; chez la femme, les veines ovariennes (vv. ovaricae) desservant les ovaires;

2) veine rénale (v. Renalis) (Fig. 215, 233), formée par la fusion de trois ou quatre veines, quittant la porte du rein et recueillant le sang de la capsule graisseuse du rein et de l'uretère;

3) les veines surrénales (vv. Supraspinales), qui sont formées à partir du confluent des veines quittant la glande surrénale et prélèvent du sang de la glande surrénale;

4) les veines hépatiques (vv. Hepaticae) (Fig. 215, 236), recevant du sang provenant du système capillaire de l'artère hépatique et de la veine porte, tandis que le sang des organes abdominaux non appariés pénètre dans le système portail, puis le foie, et de là le long des veines hépatiques dans la veine cave inférieure.

La veine porte (v. Portae hepatis) (Fig. 166, 236) est située derrière la tête du pancréas au confluent de la veine mésentérique inférieure, de la veine mésentérique supérieure et de la veine splénique. En montant, à droite de la porte du foie, la veine porte pénètre dans l’épaisseur de l’estomac et englobe les veines de l’estomac, du pancréas et du pylore.

La veine mésentérique inférieure (v. Mesenterica inférieur) (Fig. 236) débute dans la cavité pelvienne. Il pénètre dans le sang des parois de la partie supérieure du rectum, sigmoïde et colon_obod_kishka descendant. Les branches de la veine mésentérique inférieure correspondent pleinement aux branches de l'artère du même nom.

Dans la veine mésentérique supérieure (v. Mesenterica superior) (Fig. 215, 236), les vaisseaux veineux sont infusés à partir de l'intestin grêle et de son mésentère, du côlon ascendant et transversal, du caecum et de l'appendice. Il s’agit de la veine colique iléale (v. Ileocolica), des veines côlon-intestinale droite et moyenne (vv. Colicae dextrae et media), des veines du jéjunum et de l’iléon (vv. Intestinales jéjunales et ilii), des veines gastro-épiploïques ( vv. gastroepiploicae).

Dans la veine splénique (v. Splenica) (Fig. 236), le sang provient de la rate, de l'estomac, du pancréas, de l'épiploon et du duodénum.

Tout le sang veineux des parois et des organes du pelvis pénètre dans la veine iliaque commune (v. Iliaca communis) (Fig. 233, 236, 237), formée par la fusion de la veine iliaque interne (v. Iliaca interna) (Fig. 233, 236, 237 ) et la veine iliaque externe (v. iliaca externe) (Fig. 233, 236, 237, 307). Les vaisseaux formant la veine iliaque interne sont divisés en pariétal et viscéral.

Les branches pariétales de deux accompagnent la même artère. Celles-ci incluent les veines fessières supérieure et inférieure (vv. Gluteae superiores et inferiores), les veines obturatrices (vv. Obturatoriae) (Fig. 233), les veines sacrées latérales (vv. Sacrales laterales) (Fig. 233). Ensemble, ils prélèvent du sang sur les muscles de la ceinture pelvienne et de la cuisse, ainsi que sur les muscles de l'abdomen.

Les veines internes comprennent la veine génitale interne (v. Pudenda interna), dans laquelle du sang est prélevé à partir du périnée, des organes génitaux externes et de l'urètre; veines de la vessie (vv. vesicales) qui prélèvent le sang de la vessie, vésicules séminales, canal déférent, prostate chez l'homme et vagin chez la femme (chez la femme par les veines utérines (vv. utérine), le sang veineux coule de l'utérus); ainsi que les veines rectales inférieures et moyennes (vv. rectales inferiores et mediae), se dirigeant vers la veine iliaque interne à partir des parois du rectum. Anastomoses entre eux, les vaisseaux forment les plexus vésiculaires, rectus, prostatiques, vaginaux et veineux utérins autour des organes pelviens.

Les veines des membres inférieurs s'anastomosant les unes avec les autres sont divisées en groupes de vaisseaux superficiels et profonds.

Les veines superficielles des membres inférieurs sont représentées par des vaisseaux sous-cutanés formant le réseau veineux plantaire du pied (rete venosum plantare pedis) et le réseau veineux dorsal du pied (rete venosum dorsale pedis). Les veines des doigts du pied (vv. Digitales pedis) sont étroitement liées à ces réseaux (Fig. 237). Les veines métatarsiennes postérieures (v. Metatarseae dorsales pedis) (Fig. 237), qui font partie du réseau, produisent deux grands vaisseaux, qui sont le début des grandes et petites veines cachées ou sous-cutanées. La grande veine latente (v. Saphena magna) (Fig. 233, 237) débute sur le réseau veineux dorsal du pied et constitue une continuation des veines métatarsiennes dorsales médianes. S'élevant sur la surface médiale de la jambe et de la cuisse, il recueille les veines superficielles qui vont de la peau et se jettent dans la veine fémorale (v. Femoralis). La petite veine latente (v. Saphena parva) (Fig. 237) commence à l'extérieur du réseau veineux dorsal sous-cutané du pied et, en se penchant vers l'arrière de la cheville latérale et remontant le long du dos du tibia jusqu'à la fosse poplitée, se jette dans la veine poplitée 237).

Les deux veines profondes du membre inférieur accompagnent les artères du même nom, commençant à la surface plantaire du pied par les veines digitales plantaires (vv. Digitales plantares), qui se rejoignent à leur tour pour former les veines métatarsiennes plantaires et dorsales du pied (vat. Metatarseae plantares et dors pedales). Les veines du métatarse se déversent dans l'arc veineux plantaire (arcus venosus plantaris) et l'arc veineux postérieur (arcus venosus dorsalis) (Fig. 237). La voûte plantaire veineuse transfère le sang dans les veines marginales médiales et latérales, qui forment les veines tibiales postérieures (vv. Tibiales posteriores) (Fig. 237), et en partie dans les veines du dos du pied. L'arcade veineuse dorsale transfère le sang dans les veines tibiales antérieures (vv. Tibiales anteriores) (Fig. 237). Les veines tibiales postérieure et antérieure traversent le tibia, recueillent le sang des os et des muscles, puis se rejoignent dans le tiers supérieur du tibia, formant une veine poplitée.

Plusieurs petites veines du genou (vv. Genre) (Fig. 237) et une petite veine latente ou sous-cutanée de la jambe (v. Saphena parva) sont infusées dans la veine poplitée (v. Poplitea). En se déplaçant à la cuisse, la veine poplitée devient fémorale.

La veine fémorale (v. Femoralis) (Fig. 233, 237) monte vers le haut, passe sous le ligament inguinal et recueille les vaisseaux qui suivent le sang des muscles et du fascia de la cuisse, de la ceinture pelvienne, de la hanche, des organes génitaux externes et des parois abdominales inférieures.. Il s'agit notamment de la veine profonde de la cuisse (v. Profunda femoris) (fig. 233, 237), de la veine génitale externe (vv. Pudendae externe) (fig. 233, 237), de la grande veine latente (v. Saphena magna), de la veine épigastrique superficielle (v. epigastrica superficialis) (fig. 233, 237), veine superficielle entourant l'os iliaque (v. circumflexa ilium superficialis) (fig. 237). Dans la région du ligament inguinal, la veine fémorale passe dans la veine iliaque (v. Iliaca externa) (Fig. 237).

Les plus grandes veines superficielles et profondes ont des valves et s'anastomosent largement entre elles. Les systèmes des veines creuses inférieure et supérieure sont en communication constante les uns avec les autres, se connectant avec l'aide de la veine de la paroi antérolatérale du tronc, de veines non appariées et semi-non appariées, de plexus vertébraux veineux internes et internes et formant une anastomose prononcée.

Atlas de l'anatomie humaine. Akademik.ru 2011

En Savoir Plus Sur Les Bateaux